111.   Mai 96. Le Bac Mirande.

 3 ans s’étaient écoulés, depuis mon   départ à la retraite, je rentrais avec mon épouse de quelques jours passés au   Val d’Aran Espagnol, et feuilletant les journaux de la veille, j’eu la   surprise de lire que le Basket Astarac Club de Mirande était en mauvaise   posture financière, un comité de salut public était à son chevet, seuls 5   membres souhaitaient le sauver, le reste souhaitait son arrêt. 

J’en fus tout   retourné, et complètement abasourdi, je n’étais qu’un simple supporter,  mais imaginer une ville de 3800 Habitants   perdre une Equipe de Nationale I, 3 fois championne de France, 3 fois   finaliste de la coupe d’Europe, 6 coupe Ronchetti, les juniors championnes de   la  coupe de France 94, les cadettes   championnes de France en 1996, cela faisait un peu désordre. Le lendemain   matin, je téléphone à un dirigeant, et lui dit que je suis prêt à m’engager   pour aider à la relève du Club. Deux heures plus tard, un ami viens me   rencontrer, et me dit que, du fait que j’étais jeune retraité, il lui avait   été demandé de faire un peu pression sur moi pour venir épauler, ce qui   pouvait encore être sauvé.

Il fallait aller très vite c’est donc le 25 mai   qu’un petit nombre de volontaires se réunirent et vinrent combler une équipe à   12 membres, prêts a s’engager pour continuer la saison. Le rang de 11ième   du championnat ne plaidait pas en sa faveur, ni les 750 000 Frs de déficit au   fond du Bilan. Je passerais sur les détails des réunions tous les deux soirs,   et les démarches faites pour ébaucher la présentation d’un programme   cohérent. J’acceptais auprès de mes amis de présenter le Bureau,  et ma candidature à l’assemblée générale   extraordinaire qui eut lieu le 20 Juin, et après élection du conseil   d’administration et du président, un programme fut présenté à l’assemblée   très nombreuse, et aux partenaires de la commune, du département, et de la   région, ainsi qu’aux nombreux sponsors et supporters du Bac. Notre ambition   retrouver l’’Europe dans deux ans, et revenir dans les 4 grands, dans les 4   ans : ambitieux peut-être, mais réalisable. Nous gardions 4 joueuses, il   nous en fallait 4 de plus, plus l’école des Espoirs.

Notre 1er   objectif était de lancer une opération 200 000 Frs en bons de soutien,   ensuite faire le tour des banques pour connaître leur appui, et partir à la   chasse aux sponsors. Beaucoup de travail sur le plancher, un encouragement   ‘respectable’ par l’assistance, mais dire qu’elle avait sauté de joie serait   prétentieux, mais les « supporters »étaient toujours là. Deux   étrangères furent recrutées, l’opération 200 000 Frs marchait bon train,   l’engagement personnel de 4 d’entre nous pour 200 000 Frs de plus, fit   que les banques nous prirent un peu plus au sérieux, et notre budget   prévisionnel plus facilement accepté.

Durant la saison le Président accompagna   les équipes dans tous les déplacements, la 5ième place au  classement (sur 12) fut sa récompense. Le bilan 96/97 s’équilibre à  1  900 000Frs. Les subventions à 800 000 Frs. L’autofinancement à   940 000 Frs. On ne peut passer sous silence le Geste du club   palois ‘l’Elan Béarnais’ qui dédommagea une prestation de notre équipe   par un don au club de 50 000 Frs.

Ainsi brossée succinctement la saison du   renouveau Mirandais, le prochain chapitre dans une quinzaine, nous montrera   qu’avec les roses, il y a souvent des épines.

 

 

May quwaté vint sétzé. Lou Bac Mirando.

Très ans   s’éron escoulats, démpuch moun départ à la rétraito, qué tournawi dabé Luciènno dé quawqués jours   passats aw Val d’Aran  Espagnol,   é hwéllétawi lous journals dé la Bèillo, awuy la surprézo dé légi qué lou Baskét Astarac Club dé Mirando èro én machanto pousturo financièro, un   coumitat dé salut public èro éntaw beillà, souls cinq mémbrés   souhaitawon lou sawwa, lou rèsto souhaitawo arrèstà.

Qu’éstèy tout révirat, é   coumplètomén abasourdit, n’èri qu’un simplé   supportèr , m’és imagina uo bilo dé très Milo wéyt cént habitants pèrdé uo équipo dé Nationalo 1,   très cops champiouno dé Franço, très cops finalisto dé la coupo d’Europo, chés coupos Ronchetti, las Juniors champiounos dé la coupo dé Franço quwaté vint quatorzé, las cadèttos   champiounos dé Franço én quwaté vint sétzé, aco hazéwo un paw désordré. Lou léndouman maytin, qué téléphoni a un   dirigeant, é lou dizi qué soy prèch à m’éngadgea   à aydà la réllèwo dou club. Duos horos més tard un amic bén à ma réncountro, é en dit qué dou fait qu’èri un jouèn rétraitat, l’awéwon démandat dé hai   prèssioun sur jou éntà béngué ayda, so qué   poudéwo èsté sawbat.

Qu’aléwo ana bisté, qui dounc lou   vinto cinq dé may qu’un pétit noumbré dé bouléntaris sé réuniscoun, é véngoun coumbla uo équipo à doutzé mémbrés prèstés à   s’éngadgea éntà countinua la sazoun. Lou rén dé ounzièmo dou champiounat nou plaidawo pas én   sa favou, ni lou déficit dé sèt cént cinquanto Milo francs aw houn dou   Bilan. Qué passérèy suws détails dé réunious cado dus sés, é las démarchos   hèytos éntà  prépara un programo poussiblé.   Qu’accèptèy awprès dé mous amics dé prézéntà lou   burèw,é ma canditaturo à l’assémblado généralo   extraourdinario qu’awout loc, lou vint dé Juin, é après élèctioun dou Counséil   d’administratioun é dou Présidént, un programo éstèc préséntat à l’assémblado noumbrouzo, é aws parténaris dé la Coumuno,   dou départomén, é dé la régioun, tabé aws noumbrous ‘spounsors’, é supportèrs dou   Bac. Nosto émbitioun, rétroubà l’Europo diguén dus ans, é tournà diguén lous quwaté grans,   diguén quwat’ans : ambitious   bélèw, més réalizablé. Qu’awéwon quwaté jougayros,   én qualéwo quwaté dé més, plus l’éscolo   dous ’éspwèrs’.

Nosté prumè objèctif éstèc dé lança uo awpératioun « dus cént milo Francs » én bous dé susténs, après parti à la casso dous « spounsors ». Rédé trabail suw planchè, un éncouratjomén   ‘rèspèctablé’ pér l’assisténço, més dizé qu’awè sawtat dé plazé séré préténtious, més lous « supportèrs » éron toujours aquiw. Duos éstrangèros éstèn récrutados, é l’awqpératioun   ‘dus cént Milo Francs marchawo rédé bièn, l’éngadjomén   dé quwaté d’éntré nouzaws éntà dus cént Milo Francs dé més, hèscout   qué las banquos nous prénguoun un paw més  aw sérious, é nosté budgèt prévisiounèl més façilomén   acceptat.

Péndén la sazoun lou   Présidént accoumpagnèc las équipos à toutés lous   désplaçoméns, la cinqu’ièmo plaço aw classomén (sur doutzé) éstèc sa   récoumpénso. Lou bilan    quwaté vint sétzé- quwaté vint dèzo sèt,   s’équilibrèc à un Millioun naw cént Milo francs.   Las subvéntious à wéyt cént Milo francs. L’autofinançomén   à naw cént quaranto Milo francs. Nou poudén   décha passa la sazoun sénsé parlà dou gèsté dou club   Palwès dé ‘l »Elan Béarnés, qué déjdoumadjèc uo prèstatioun dé nosto équipo, d’un doun dé cinquanto Milo Francs.

Aquiw   broussado rapidomén la sazoun dou rénawèt Mirandés, lou prouchain chapitré diguéns uo quinzéo, bous   mountrérà qu’après las rozos, y a soubén lous   picants.

 001 (1024x716)  002 (1024x703)