110.   1er Juin 93. La retraite.

    Attendue, compte tenu de mon   intention de l’a prendre, de mon état de santé, et aussi de la mauvaise issue   de ma transaction de cession de commerce, mais aussi redoutée du fait de   manque d’activité, d’une vie familiale que je n’avais jamais connue   pleinement (travail à l’extérieur) des heures à respecter, tout cela   redemandais un apprentissage de vie que j’avais souhaité.

Mais comment le   mettre en place, et surtout s’y habituer. Tout d’abord un raisonnement à se   faire, les enfants de 35 ans, 31 ans, et 25 ans, volaient de leur propres   ailes, avaient une situation convenable, et nous avaient donnés  3 petits enfants, j’allais avoir un peu   plus de temps de les voir évoluer dans leurs activités, et pour ceux qui en   auraient besoin de les aider à leurs déménagements.

Les travaux à la maison   me permirent aussi de m’adapter à diverses occupations, notamment la création   d’un petit lac de plaisance, accessible à la baignade et à la pêche pour   distraire les nombreux vacanciers occupant notre gîte rural, également une   forêt de 2,5 Hectares  ou j’entrepris, avec l’aide d’un bucheron   pour l’abattage, l’exploitation pour le chauffage de vieux arbres centenaires   qui empêchaient la régénération, par la superficie qu’ils occupaient.

Je me   vois encore avec mon épouse, partant pour la forêt distante d’un Km avec le   tracteur et la fendeuse hydraulique, le déjeuner dans le sac, aller fendre   des billots tronçonnés à 80    cm, et qui faisaient des diamètres de 80 à 120 cm. Quel plaisir de   déjeuner après 1 H de travail, assis sur un billot, notre table sur un autre   billot, manger au couteau pain , jambon et fruit, suivis pour moi, par un bon   coup de rouge, et pour mon épouse de l’eau de source de la maison. Nous   étions en juin, nous arrivions au bois à    8 H et nous rentrions à 11 H afin d’éviter les grosses chaleurs. Nous   consommions 35 M3   de bois par an, dans une grande cheminée qui chauffait 8 gros radiateurs.  

L’autre grand travail était l’entretien du parc de 3 Ha plantés de 200 arbres   fruitiers et d’ornement qu’il fallait tailler, entretenir, et surtout tondre   le gazon sur cette surface, j’étais pour cela très bien équipé avec une   tondeuse de 1, 80 m   de coupe, je passais souvent pour ne pas ramasser l’herbe. Mais il y avait   autour de cela 300 m   de fossés et ruisseaux, qu’il fallait faucarder à la débroussailleuse, et   tout cela en pleine saison toutes les 3 semaines. Le jardin occupait   sérieusement ma femme, avec aussi ses parcelles de fleurs, mon rôle dans ce   domaine se cantonnait à effectuer le labour    et la première préparation, par la suite j’étais « interdit de   séjour ».

J’avais fais volontairement une coupure assez nette avec mon   Agence, les souvenirs ne me rattachant pas trop à celle-ci, et mes retours   sur Mirande se bornaient à assister aux matchs de Basket à la Poudrière. Avec   des sorties vers les Pyrénées ou le val d’Aran, que nous pratiquions   régulièrement, et le travail d’entretien de la maison et du Gîte, quelques   années passant, qui me permirent de m’habituer un peu à notre nouvelle vie de   retraités.

De part ma disponibilité, nous étions un peu plus proche de nos   enfants et petits enfants afin de se rencontrer avec eux un peu plus souvent.   Nous aurons l’occasion sur le prochain chapitre, d’aborder les demoiselles du   Bac Mirande.

 

 

 Prumè dé Juin 93.

La rétraito.Atténgudo, counté téngut dé moun   énténtioun dé là préngué, dé moun éstat dé santat, é tabé dé la machanto fin dé la vénto dé moun coumèrço,   més tabén rédoutaoui lou manquo d’activitat, é   d’uo bito familialo qué n’aouéy jamés à fait partatjado   (trabail à l’èxtériur), horos à rèspéctà,tout   aco  démandaouo   yaouté appréntissatgè dé bito qu’aouéoui souhaitat.

Més coumo at bouta én plaço, é surtout s’y   habitua. Tout d’abord un razounomén  à sé hai, lous dronlés aouéouon trénto cinq, trénto un , é vinto cinq’ans, boulaouon dé sas propos alos, aouèn uo situatioun counvénablo, é   mous aouèn baillats très pétits drounléts, anaoui aoué un paou més dé témps   éntas bézé évoluà diguén la souo activitat, é éntaous qué n’aousson bézouy, lous ayda à déjménatja.

Lous trabails à la   maysoun én pèrmétoun tabén dé m’adapta a   différéntos occupatious, particulièromén la créatioun d’un pétit lac de   plazénço, accéssiblé à la pésco é aou bay, éntà distrèzé lous bacanciès noumbrous qu’occupaouon lou Gîté Rural, égalomén un boch dé duos hèctaros è méjo, oun éntrépréngouy, dabé l’aydo d’un bouscassè éntà hai l’abatatgé,   l’èxploitatioun éntaou caouhatgé dé viéillés arbrés cénténaris qu’émpèchaouon la   régénératioun, pèr la supèrfiçio qué coubriouon.

Qu’ém béy éncouèro   dabé Luciènno, parti décap aou boch distén d’un Kilomèstré dabé lou tractur é la fénduzo hydrauliquo, lou   déjuna diguén lou sac ana chénè billots trounçounats à quouaté bin céntimèstrés, é qué hazéouon   dé quouaté vin  à cén vint céntimèstrés dé diamèstré.   Qu’in plazé dé déjuna sétuts sur un billot, nosto taoublo sur yaouté billot, minja aou coutèt, pan et jamboun et un frut, séguits éntà jou d’un boun cop dé rougé,   é Luciènno aygo dé sourço dé la   mayzoun. Qu’éron én Juin, arribaouon aou boch à ouéyt ouros é moun tournaouon à ounz’ouros, éntà éjbita las granos calous. Qué   counsoumaouon trénto cinq mèstrés cubés dé bouès pèr an, diguén uo grano chiménéo qué caouhaouo ouéyt grossés radiaturs.

L’aouté gran trabail èro l’éntrétièn d’un   gran parc dé très hèctaros, plantat dé dus cént arbrés frutès, é   d’ornomén qué caléouo taillà é éntréténgué, é   surtout touné lou gazoun sur   aquéro surfaço, qu’èri ént’aco bièn équipat dab uo tounduzo d’un mèstré quouaté vint dé coupo, qué passaoui soubén éntà pas amassa l’hèrbo. Més y aouè aou tour très cén méstrés   dé barrats é arrious qué caléouo daillà à la   débroussailluzo, é én pléo sazoun toutos las très   sémanos.. Lou cazaou occupaouo sériouzomén Luciènno, dabé tabèn las parcèlos dé flous, moun rôlé diguén aquét domaino èro dé laourà é hai la   prumèro préparàtioun, pèr la suito èri « éntèrdit dé  séjour ».

Qu’aouéy hèyt bouléntariomén uo coupuro prou nétto dabé l’Agénço, lous soubénirs qu’én raccourdaouon  à éro  n’èron   pas appréciablés, é mous rétours sur Mirando sé bournaouon a   assistà aous matchs dé Baskét  à la Poudrièro. Dabé sourtidos décap las Pyrénéos é lou Val d’Aran,   qué pratiqu’aouon régulièromén,é lou trabail d’éntrétièn dé la   mayzoun é dou Gîté, quaouquos annados passèn, qu’én pèrméttoun dé m’habituà un paou à nosto bito dé rétraitats.

Dou fait dé la dispounibilitat, èron un paou més proché dé la famillo é dous pétits, é   mous réncountraouon un paou més soubén. Aouran l’aouccazioun suou prouchain chapitré, d’abourda las démayzèllos dou   Bac Mirande.

Le gîte rural.

Le gîte rural.

Le lac de plaisance.

Le lac de plaisance.