108.   Fin de carrière difficile. 

Nous sommes dans les années 90, j’ai   quelques problèmes de santé qui commencent à fragiliser un peu mes jambes, et   qui me donnent des soucis pour l’avenir. Mon moral s’en trouve un peu touché   également, et je me rends compte que ma retraite en 1993 sera difficile à   atteindre sans difficultés.

Je m’y prépare de mon mieux, la vente de notre   Agence étant le souci majeur pour moi, car je ne voudrais pas perdre le fruit   de 15 ans de travail pour une affaire créée et développée, mais je ressens la   difficulté à l’aboutissement. Tout d’abord un contexte économique difficile,   et une aggravation de ma santé qui fragilise mon moral. La décision de   prendre un négociateur va peut-être me permettre de traverser quelques mois   difficiles, et me permettre de me reposer un peu, et voir si je peux   l’intéresser à la reprise de notre Agence. Mais une période d’arrêt de   travail ne m’a pas permis de retrouver mon niveau normal d’activité. L’Agence   fonctionne très bien, nous avons un portefeuille de 80 locations (service   créé récemment), ce  qui ‘adoucit’, un peu nos charges administratives,   et permet de mieux préparer un repreneur de notre affaire.

Afin de simplifier   la vente, je venais de fermer l’Agence que j’avais ouvert dans le Val d’Aran   Espagnol « aussi en Gascogne », 5 années auparavant, et ou je   passais beaucoup de mes fins de semaine à Viella. Une secrétaire Espagnole   travaillait en semaine à mi temps, pour être disponible le Samedi, faire   visiter les appartements. Région touristique par excellence, les ouvertures   de l’Agence correspondait au flux des clients. Cette Agence, qui avait été   pour moi un aboutissement, concrétisant 30 ans de vacances et (fin de semaines) passées au Val   d’Aran.

J’avais à un certain moment la prétention de connaître tous les   restaurants de la Vallée ; il faudrait déchanter aujourd’hui. J’avais   quand même trouvé une grande différence entre l’accueil de l’ami de trente   ans, et du commerçant venant s’installer parmi eux. J’avais pourtant pris   toutes les précautions nécessaires, carte de travail, création de Société   avec partenaires Espagnols, registre de commerce, comptable agréé, etc.   j’étais devenu un peu l’étranger, ce qui ne m’empêcha pas d’effectuer de   belles transactions immobilières.

Vous comprenez facilement que  ce travail au val d’Aran, pouvait déranger   un repreneur celle-ci fut donc fermée. Me sentant de plus en plus fatigué, il   me sembla bon d’accélérer mes démarches de vente, me proposant évidemment   d’aider le repreneur a la bonne continuation de l’entreprise.

Mon choix se   porta sur une jeune personne ‘bon chic bon genre’ ayant fait de la   construction immobilière, avec des ventes à réaliser, en instance de   finition, que j’avais visité (pour lui faire plaisir). Il avait vu mon   handicap ‘marche difficile’ et mon état de santé, et il me manœuvra tellement   bien, qu’un compromis de vente fut signé devant notaire : il rentrait   immédiatement à l’Agence comme ‘commercial’ rémunéré à la commission et   prenant l’affaire après règlement de la somme prévue.

Cette période fut très   difficile, je m’aperçu très vite qu’il était malhonnête, très importun, il   entreprit sous notre étiquette, des prêts commerciaux (sans succès   éclatants), mais je me trouvais coincé par notre engagement. Il fallu donc   que je vende immédiatement, compte tenu de mon état de santé, pour éviter des   risques que je devinais venir, avec titres de paiements sur un an.

Il ne put   jamais me payer son achat (200 000 Frs 1992). Cela correspondait au   bénéfice que j’aurais pu retirer de 15 ans de la création de ce commerce qui   employait 3 Salariés à plein temps.

Vivement   la retraite pour oublier tout cela, et refaire un peu ma santé.

 

 

Fin dé carrièro diffiçilé.

Qu’èm diguén las annados quouaté vint dèt, qu’èy quaouqué problèmo dé santat qué couménçon à   fragiliza un paou las camos, é qu’ém baillon souçis éntà l’abéngué, Lou moral s’én   trobo un paou toucat égalomén, é qu’ém réndi counté qué la rétraito én quouaté vint trétzé sérà diffiçilo à arriba sénsé difficultats.

Qué   m’y prépari dé moun méillou, la vénto dé nosto Ageanço y lou gran souçi éntà jou, nou bouléri pas pèrdé lou frut dé quinz’ans   dé trabail éntà un ahè créat é dévéloupât, més qué résséntichi   la difficultat à l’aboutissomén. Tout d’abord uo périodo économiquo diffiçilo, é uo aggravaçioun dé ma santat qu’ém   fragilizo lou moral. La déçizioun dé préngué un   négoçiatur ém ba bélèou pèrmétté dé traouèssa quaouqués més diffiçilés, é ém pèrmété   d’ém répaouza un paou, é bézé sé lou podi   intéréssa à la réprézo dé l’Ageanço.Més la périodo   d’arrêch dé trabail n’oum pèrméttou pas dé rétroubà   moun nibèou normal d’activitats. L’Ageanço   founctiounaouo rédé bièn, qu’aouéouon un portofuillo dé   quouaté vint loucatious (sèrviçi créat darrèromén) ço ‘qu’adouçiouo’ un paou las cargos administrativos, é pèrmétéouo dé   prépara méillou un réprénur dé   nosté ahè.

Qué vénguéoui dé   barra l’Ageanço qu’aouèy aoubèrt diguén lou Val d’Aran   Espagnol «  tabé en Gascougno » cinq’ans   aouan, é oun passaoui lous fins dé sémano à Vièlla. Uo sécrétario Espagnolo trabaillaouo à méy témps én sémano, éntà èsté dispouniblo lou disatté éntà hai visità lous appartoméns.   Régioun touristiquo émpourténto, las aoubèrturos   dé l’Ageanço courrèspoundéouon aou passatgé dous cliants. Aquéro Ageanço èro éstado éntà jou   l’aboutissomén dé trént’ans dé bacansos é fins dé sémanos passats aou Val d’Aran.

Qu’aouéoui, à un cèrtain moumént la prétentioun de counégué toutés lous rèstaourants dé la valléo ; én aquésto   époquo séré émpoussiblé. Qu’aouèy troubat uo grano différénço éntré l’accuill dé ‘l’amic dé trént’ans’, é   dou coumerçan qu’és bénguéouo installa. Qu’aouèy pourtant prés toutos las précaoutious   nécéssarios, carto dé trabail,   créatioun dé la souciétat dabé parténaris Espagnols, régistré dou coumèrço,   countablé agréat etc. Qu’èri débéngut l’éstrangè, ço qué nou m’émpèchè   pas dé hai dé bounos transactious immoubiliarios.

Qué coumprénguérat   facilomén qu’aquét trabail aou Val d’Aran poudéouo déréngea un réprénur,   aquèsto, éstèc dounc barrado. Em séntioui dé més én més fatiguat, qu’accélérèy   dounc las démarchos dé vénto, é proupouzèy dounc  d’accoumpagna lou réprénur à la bouno   countinuatioun dé  l’éntréprézo.

Moun   chouès s’arréstèc sur uo pèrsouno ‘boun chic boun geanré’, aouè trabaillat   diguén la counstruccioun immobilièro, dabé véntos à réaliza, én  pérido d’accabomén , qu’aouèy visitat (éntaou   hai plazé). Qu’aouè bich moun handicap ‘marcho diffiçilo’ é moun éstat dé   santat, é quen manubrèc tèllomén bièn qu’un coumproumis dé vénto èstè sinnat   daouan noutari. Qué réntraouo à l’Ageanço coumo coumerçial, pagat à la   coumissioun, é prénguéouo poussèssioun àprès règlomén dé la soumo prébisto.

Aquéro périodo éstèc rédé diffiçilo. Qué m’apèrcébouy visté qu’èro maouoounèsté,   rédé impourtun, qu’éntrépréngout aou nom dé l’Ageanço prèts particuliès et   coumèrçiaous (sénsé succès), més qu’én troubaoui couénçat pèr nosté éngadjomén.   Qué calouc dounc véné immédiatomén, counté téngut dé moun éstat dé santat,   éntà éjbità risqués qué bézéoui béngué, dabé titrés dé pagomén répartits sur   un an.

Noun poudouc jamés paga soun achat (200 000Frs 1992). Aco   courrèspoundéouo aou bénéfiçi qu’aouri poudut rétirà dé qinz’ans dé la créatioun   d’aquét coumèrço qu’émplégaouo très salariats à plén témps.

Vivomén la   rétraito éntà déjbrémbà tout aco, é sé réhai un paou la santat.

Viella depuis l'immeuble La Tuca

Viella depuis l’immeuble La Tuca

La Tuca au fond à droite, 110 appartements.

La Tuca au fond à droite, 110 appartements.