107.   Chiens Montagne des Pyrénées à Bagnères  65200. 

Comme raconté dans les chapitres 50,   ces chiens nous ont captivés, mais aussi un peu trop accaparés durant une   douzaine d’années, d’expositions, de reproduction, et il faut le dire d’un   certain esclavage, surtout pour mon épouse.Donc vers les années 1982, nous   ‘avons levé le pied’ pour ne garder que notre ‘Montagne’ de compagnie. Je me   sens un peu obligé de vous raconter le dernier  Concours National  spécial de la race Montagne qui eut lieu à   Bagnères de Bigorre 65200  berceau de   la race, cette année là.

Ce fut une journée inoubliable ou   seules les deux races, Montagne »Patou » et Berger   « Labrit » concourraient pour le titre de champion de France. Nous   étions donc venus en spectateurs et notre fille Mireille passionnée à 14 ans,   n’aurait pas loupé cette manifestation.

Pour nous petits éleveurs amateurs    ‘prenant notre retraite’, nous avions beaucoup de connaissances, car il se   lie entre éleveurs une certaine amitié partagée, au travers de nos animaux.   Mais là vraiment le cercle s’était élargi, des Allemands, des Espagnols, et   des Italiens s’étaient déplacés pour cet évènement.

 Dans nos Pyrénées Gasconnes le fanion de la   race des ‘Montagnes’ était porté depuis plusieurs années par l’Ariègeois Dr   Vétérinaire Giralt, mais depuis quelques temps, de jeunes outsiders montaient   sur les podiums, présentant des animaux très proches du Standard, et   obtenaient des prix d’excellence, et de championnat. Mais là, nous avions le   niveau supérieur, voir International.

Quel régal de voir à chaque section   des dizaines de Mâles en compétitions, autant de femelles, jeunes mâles,   jeunes femelles, trois ou quatre familles (chien, chienne et jeune) Je   comprend que pour une personne avertie, cela laisse rêveur, mais a voir l’émerveillement   du nombreux public, applaudir les classements    de ces ‘bêtes de concours’ on éprouve un grand frisson, et quels   remerciements pour les éleveurs.

Imaginez notre joie, débarrassés des   contraintes du concours, de discuter avec nos collègues éleveurs, et   apprécier le niveau toujours plus relevé de nos ‘grands blancs’, et surtout   accueillir ces Etrangers voisins défendant si bien nos races Pyrénéennes. Le   Dr Giralt ainsi qu’un jeune éleveur du plateau Pyrénéen Mr Ducasse   défendirent très bien nos Pyrénées. De jeunes Allemands eurent la   satisfaction de faire un prix d’ensemble (Mâle et femelle) très appréciés.

Ces concours spéciaux d’une race, ont   un public également très professionnel, car on y rencontre des éleveurs   venant surtout chercher des géniteurs pour l’amélioration de leur élevage, et   il n’est pas rare de rencontrer des hommes ou des femmes consultant les   papiers d’identité de chiens susceptibles d’améliorer leurs lignées, et de   contrôler la consanguinité.

Qui a raconté qu’un élevage de gros   toutous était un passe temps de tout repos ? Peut être, et même   certainement, c’est tout ce labeur et cette attention, qui sont la récompense   à l’amélioration de ces animaux.

Ce fut pour nous un pèlerinage à une   race qui a comblé de bonheur notre famille, et dont nous garderons un   souvenir de nos 45 ans. Et oui !  C’était il y a 35 ans !

 

 Cas dé Montagno dé las Pyrénéos à   Bagnèros . 65200 

Coumo racountat diguén lous chapitrés cinquanto, aquérés cas mous   aouèn captivats, més tabén accaparats, durant uo doutzéno d’annados,  d’expouzitious, dé réprouductioun, é at caou bièn dizé d’un cèrtain éxclavatgé, surtout éntà la Luciènno.Dounc décap Milo naou cént quouaté vint dus, ‘qué llèouèn un paou lou pè’ éntà garda qué nosté ‘Mountagno’ dé   coumpagnio. Qu’ém séntichi un paou aoubligat dé bous   racountà lou darrè Concours National spécial dé la raço ‘Mountagno’ qu’agout loc à Bagnèros dé Bigorro 65200   léyt dé la raço, aquéro nado.

Qu’éstèc uo journado inoubliablo oun soulos las duos raços Mountagno « Patou »   é Bèrgér  « Labrit » concourréouon   éntaous titrés dé champioun dé   Franço. Eron dounc vénguts én spèctatous é nosto hillo Mireille passiounado à quatorz’ans, n’aouré pas manquat aquéro maniféstatioun.

Entà nouzaous, pétits élevurs ‘ à la rétraito’ qu’aouéouon rédé   counéchénços, émprémou uo cèrtaino amistat s’installo éntré lous élevurs é lous animaous. Mès aquiou lou cérclé s’èro élargit, Allémans, Espagnols, é Italièns s’èron désplaçats énta aquét évènomén.

Diguén nostos Pyrénéos Gascounos lou fanioun dé la raço dous   ‘Mountagnos’ èro pourtat démpuch plusiurs annados per l’Ariègouès  Dr Vétérinari Giralt, més démpuch quaouqué téms, dé jouénés   candidats mountaouon sur las planchos, é prézéntaouon   animaous proché dou Standard, é   obténguéouon prèts d’excélénço, é dé   Championnat. Més aquiou aouéouon lou nibèou supériur, bézé international.

Qu’in régal dé bézé à cado sèctioun  dètzéos dé masclés én compétitiouns,   aoutan dé fumèlos,  jouénés masclés, jouénos fumèlos, é trés ou quouaté famillos( can, cagno, et   jouén). Qué coumpréngui qu’éntà uo pèrsouno abèrtido, aquo dècho’sénsé bout’, més à bézé l’émèrveillomén dou public noumbrous apploudi lou classomén d’aquéros ‘bèstios dé concours’ on   ésprobo un gran frissoun, é qu’inés rémèrcieméns éntaous élévurs.

Imaginat nosté plazé, déjgatgeats dous souçis dou concours, dé   discuta dabé nostés collèguos élevurs, é appréçia lou   nibèou toutjours més réllèouat dé nostés ‘grands Blancs’ é surtout accueilli aquéts Estrangès bézis, déféndén rédé bièn nostos raços Pyrénéènos. Lou Dr Giralt, é yaouté jouén élevur dou platèou Pyrénéèn, Mu Ducasse déféndoun rédé bièn nostos Pyrénéos.Dé jouénés Allémans aououn la satisfaccioun dé hai un prêt d’énsémblé   (masclé é fumèlo) bièn appréçiats.

Aquérés concours spéçializats dé raço, réténguén un public rédé profféssionèl, é qui réncountron   soubèn élévurs vénguts sèrca géniturs éntà sous éjléouatgés, é n’y pas raré dé réncountrà homés ou hènnos counsultà lous papès d’identitat dous cas,  capablés d’améliourà la génétiquo , et   countroulà la consanguinitat.

Qui a   racountat qu’un éjléouatgé dé grossés toutous èro un passo témps dé tout répaous ?   Bélèou, é mèmo cèrtainomén, qui   tout aquét trabail é aquéro atténtioun, qué   soun la récoumpénso à   l’améliouratioun d’aquéts animaous.

Qu’éstèc énta nouzaous un pélélinatgé à uo raço qu’a coumblat lou bounhur dé nosto famillo, é dounc gardarém un soubénir dé nostés quaranto cinq ans. E oh, qu’èro y a trénto cinq ans !!

 

Concours de Bagnères 65200.

Concours de Bagnères 65200.

Les Champions de France 'Montagne'Mâle et femelle.

Les Champions de France ‘Montagne’
Mâle et femelle.