105. Une  Pause pour réfléchir.

 Nous   sommes en  1989, dix ans déjà que j’ai   changé de casquette, pour me transformer en Agent immobilier, et quand je   regarde derrière, le résultat est assez correct, je n’ai pas fais fortune.   Mon entourage, et surtout ma famille, m’aurait   vu terminer ma carrière dans l’agronomie.  

Quand à moi je dois dire que je me suis   épanoui,  et j’ai muri dans ma vision   de la vie. Bien sur qu’il m’est arrivé au 30 du mois de me verser mon   salaire, et quelques jours plus tard de le reverser en fonds propres dans   l’entreprise. Demandez aux commerçants ou entrepreneurs, si malheureusement   ils ne connaissent pas cette ‘Gymnastique’, mais qu’elle satisfaction quand   en fin d’année le bilan est positif, un salarié ne peut pas toujours comprendre.  

Pour moi   cela avait été un choix, à un moment de ma vie, ou il me restait 15 ans avant   ma retraite prévue à 60 ans, (et prise à cette date) les enfants tous   majeurs, ayant une situation dans la vie,    me permettait de rechercher une voie nouvelle, ou j’avais tout à   apprendre,  et à me prouver qu’on peut   réussir.Il me   restait donc 5 ans à continuer cette aventure qui m’intéressait  beaucoup, et que j’allais consacrer en   partie à la création d’un ‘portefeuille’ de locations qui manquait un peu   dans la région, du fait de la restauration de maisons dans un programme   d’amélioration de l’habitat, mis en place par la ville de Mirande et de ses   alentours, et auquel nous avions participés. Egalement de la demande de   locations  par les demoiselles du BAC   Mirande, qui évoluaient en division Nationale 1 en Basket Ball. Il   fallait aussi penser à la succession de notre Agence, car notre fille   ayant  effectué ses études à l’école de   l’immobilier de Toulouse, était toute indiquée à cette reprise.

Je compris   très vite qu’elle était éprise de la frénésie de la grande ville, et c’est   Toulouse qui l’attirât. J’en fus un peu dépité bien sûr, mais aujourd’hui,   avec le recul, je suis très heureux de ne pas l’avoir retenue. Car elle aussi   elle a réalisé sa vie professionnelle,    « elle s’est fait les griffes », elle a eu, elle aussi des   moments difficiles, mais elle a très bien réussi.Je me mis   donc en mesure de vendre en son temps notre Agence.

Je voudrais revenir un   peu sur les décisions de notre fille, je savais qu’elle avait des   compétences, mais aussi beaucoup de caractère, quand on voit des parents qui   veulent ‘a tout prix’ orienter leurs enfants ; faites bien   attention, si vous les sentez ‘forts’ laisser les choisir.Les   transactions suivaient leurs cours, avec comme toujours dans l’immobilier,   des hauts et des bas fluctuants comme le temps, nous étions, du fait de   l’extension de la partie locations, trois personnes à plein temps avec pour   chacun son travail bien défini, le but étant à partir des décisions récentes   de présenter à la vente une Agence intéressante avec un bon chiffre   d’affaires en locations, primordial sur le marché de l’immobilier.

 Nous aurons l’occasion un peu plus tard de   parler de la vente d’une affaire que j’avais crée, et qui se portait très   bien.

 

105. Uo Paouzo éntà réfléchi.  

Qu’èm én Milo naou cén quouaté vin naou, dèt’zans déjà qu’èy cambiat dé casquéto, én tan transfourma én agent immoubiliè, é   quan  mé rébiri, lou résultat y   prou réussit, més n’èy pas hèyt fourtuno.Moun   éntouratgé, é surtout ma famillo, m’aourén bich   tèrminà ma carrièro diguén l’agronomio.

Quant à   jou, qué déoui dizé qu’ém soy épanouit, é qué m’a hèyt madurà diguén la vizioun dé la bito. Bièn   ségu qué m’y arribat aou trénto dou mès d’é m’attribuà un salari, é quaouqués jours   més tard dé lou tourna bouta à la caisso dé l’éntréprézo.   Démandat aous coumerçants ou   éntréprénurs, sé malhérouzomén n’am pas counégut aquéro ‘gymnastiquo’, més   qu’ino satisfaccioun, én fin d’annado quan lou bilan y   pousitif, un salariat nou pot pas toujours coumpréngué.

Entà jou aquo èro éstat un chouès, à un moumén dé ma   bito oun mé démouraouo quinz’ans aouan la rétraito, prébisto à soixant’ans (et   prézo én aquéro dato), lous dronlés touts majurs, dab uo situatioun, én pèrmétéouo d’èxplourà uo naouèro pisto, oun aouèy tout à appréngué, é am prouba   qu’on ,pot réussi.Qu’ém   démouraouo cinq ans à countinua aquéro avénturo qué m’éntérésaouo bièn é qu’anaoui   counsacra én partido à la créatioun d’un ‘portefuillo’   dé loucatioun qué manquaouo un paou  diguén la régioun, dou fait dé la restaouratioun dé mayzous, diguén un programo d’améliouratioun   dé  l’habitat, boutat én plaço pèr la bilo dé Mirando é dous   aléntours,  oun aouéouon   participats. Egalomén dé la démando dé loucatious pèr   las démayzèlos dou BAC Mirande, quévoluaouon én Nationalo 1 én   Baskét ball.Qué caléouo tabèn pénsà à la succèssioun dé nosto Agénço, émprémou qué Mireillo aouè éffectuat sous éstudis à l’éscolo dé l’immoubiliè à   Toulouzo, éro touto éndicado à la réprézo.

Qué coumpréngouy   bisté qu’èro prézo pèr la   frénézio dé la gran bilo, é qui Toulouzo qué l’attiraic.   Qu’én éstèy un paou countrariat dé ségu, més aouéy dabé lou récul, qué soy countén dé nou pas l’aoué   réténgudo. Emprémou éro tabén à réussit sa bito prouféssiounèlo, « qué   sa hèyt las griffos », qu’a aut   éro tabén sous mouméns diffiçilés, més qu’a rédé bièn réussit.Quém boutèy douc én mésuro dé béné én soun   témps nosto Agénço.

Qué bouléri   tourna un paou sur las déçizious   dé nosto dronlo, qué sabéoui qu’aouè coumpéténços, més tabén un   fort catactari, qu’an bézén paréns qué bon ‘a tout prêt’ oriéntà lou dronlés ;   hèsquat bièn atténtioun, sé lous séntits ‘ forts’ déchat   lous caouzi.Las   Transactious séguiouon soun cours, dabé coumo toutjours diguén l’immobiliè,haoutos et bachos coumo lou témps, qu’èron,   dou fait dé l’èxténsioun dé la   partido loucatioun très pèrsounos à témp coumplèt,   dabé éntà cadun soun trabail bièn définit, lou but èro,  à parti   dé las déçizious récéntos, dé préséntà à la vénto uo Agénço éntéréssénto dabé un boun chiffré d’ahès én loucatioun, caouzo primourdialo diguén lou marcat dé l’immoubiliè.

Qu’aouran l’aoucazioun un paou mès tard dé   parlà dé la bénto d’un ahè qu’aouèy créat, é qu’és pourtaouo rédé bièn.

Auch en Gascogne

Auch en Gascogne

Les allées de l'intendant d'Etigny

Les allées de l’intendant d’Etigny