104. Les vendanges au Billan.

 Ce   chapitre va me permettre de remémorer la passion qu’avait engendrée en moi,   mes débuts dans l’Armagnac, pays de vignes s’il en est.

 Mon court passage de deux ans, alors que   seul le Maïs était ‘dans le vent’ à l’époque, me permit d’apprivoiser un peu   mieux la viticulture.

Quand en   1961 je retourne dans mon Astarac natal, mon beau père tombé aveugle, je   m’intéresse à l’exploitation, et aussi à une vigne de 25 ares,  un peu en décrépitude, mais celle-ci me   permet de mettre en pratique les méthodes appliquées dans l’Armagnac, et un   peu de mesurer les résultats obtenus. En effet de 1500 Kg de vendange en   1ère année de récolte,  3 ans après   nous récoltions 3500 Kg.   Imaginez la fierté du Viticulteur.

Mais ceci   me demanda de réorganiser la petite exploitation ou les terres cultivables   furent mises en fermage, mais je gardais la vigne comme ‘violon d’Ingres’.

Alors que   les vignes disparaissaient dans le village, et que 20 ares de terres bien   exposées me tendaient les bras, à 200 m de mon bureau, je ne pus m’empêcher d’y   planter de la vigne avec les conseils éclairés du Technicien de la   coopérative viticole de Montestruc 32390, qui me fit introduire le Gamay,   raisin précoce et apprécié en vin (le Beaujolais). Cette plantation de 700 pieds conduite en   vigne haute palissée à 3 filets, et taillée avec une ‘tire’ de 8 bourgeons et   un ‘cou’ de reprise à deux bourgeons.

Je dois   dire que le Technicien de l’ITCF que j’étais, ne pouvait se permettre de   passer son temps dans un chai, mon plaisir étant surtout la culture, la   vendange était  livrée à la   Coopérative. Au départ la récolte était amenée à la coopérative en comporte   de 100L, non foulée pour éviter les fermentations. Par la suite un quai   d’embarquement fut installé à Masseube, et c’est en douils de 900 L qu’ils étaient   acheminés dans la soirée à Montestruc (35 Km).

C’est   dans les années 1970 que ‘ma vigne’ fut en plein rapport, et me permis   d’arracher l’ancienne qui se trouvait écartée de la ferme de 1500 m, et de mettre le   terrain en fermage. Celle-ci fut conduite après 3 ans de techniques   culturales classiques : charrue plus hersages, en terrain enherbé, avec   désherbage sur la ligne,  fumure  totale sur terrain fauché et entretenu   (motofaucheuse).

Technique   un peu  révolutionnaire à l’époque,   mais qui pour nous était très satisfaisant. A 6 ans, 1700 pieds de vigne   plantés à 2,40 m   d’écartement, dépassaient les 5 tonnes de raisins.

 Avouez   que pour un Technicien ‘Céréales’ sa vigne en face ses micro parcelles de blé   et de Maïs, et de plus sa collection fourragère, ne le laissait pas   indifférent. Mais quand il dit « sa vigne » quelle   ingratitude ! Car son épouse y a passé au moins autant de temps que lui,   car le ‘détroussage’, le pliage, le palissage, le sulfatage, le désherbage, était   son travail, mais aussi son plaisir ; Merci Lucienne pour cette passion   partagée.

C’est   dans les années 1990 que se termina cette culture, les ans commençant à peser   sur nos membres vieillissants, car la vigne n’est pas une passion de tout   repos.

Ainsi   racontée une autre palette de notre vie,    qui a rassemblé le couple dans une passion, comme l’a été aussi celle   de l’élevage des chiens « montagne des Pyrénées ».

 

Las brégnos aou Billan. 

Aquét chapitré ém ba pèrmété dé rémémourat la passioun qu’aouè éngéndrat  ché jou mous débuts diguén l’Armagnac, paîs dé bigno si a.

Moun   court passatgé dé dus ans, alabéts qué soul lou milloc   èro ‘diguén lou bén’ à l’époquo,   én pèrmétou d’apprivoiza unpaou meillou la Bigno.

Quand én   Milo naou cén soixanto un tourni diguén moun Astarac dé   néchénso, mou baou pay cajut abuglé, qué m’éntérèssi à l’èxploitatioun,   é tabén à uo vigno dé vinto cinq aros, un paou én   décrépitudo, més aquésto ém pèrmét dé bouta én pratiquo las méthodos appliquados diguén l’Armagnac é dé poudé mézura lous résultats obténguts. En éffèt dé milo cinq cén Kilos dé   brégno én prumèro nado dé récolto, très ans après   récoultèn très milo cinq cén Kilos. Imaginat la fièrtat dou viticultur.

Mès aco én démandè dé réourganiza la   pétito éxploitatiou , las tèrros cultivablos éstèn baillados én fèrmatgé, més   qu’ém gardéy la bigno coumo ‘plazé’.

Alabéts qué toutos las vignos   s’arringuaouon én tout lou Billatgé, é qué vint aros dé tèrro én ténéouon lous bras, à dus cént mèstrés dé moun burèou, noun poudouy pas émpacha d’y plantà uo vigno, dabé lous couseils dou Technicièn dé   la Coupérativo dé Mountestruc.32390. ,qu’ém hèscout éntroduizé lou Gamay, arazin douriou é appréçiat én bin   ( lou Beaujolais). Aquéro plantatioun dé sèt cén pès, counduito   én vigno haouto palissado à très filéts, é taillado dab uo ‘courréjado’ à ouéyt bourgeous é un   ‘cot’ à dus bourgeous.

Qué déoui dizé qué lou Tehnicièn   dé l’ITCF qu’èri, nous  poudéouo   pèrmété dé passa soun témps diguén un chay, moun plazé èro surtout la culturo, la brégno èro livrado à la Coopérativo .   Aou départ la récolto èro amiado à la coopérativo èn sémaous dé Cén litros én vrac, éntà ésbità las ferméntatious.   Pèr la suito un quai d’émbarquomén éstèc énstallat à Masséoubo, é qui én Douils de Naou cén litros qu’èro amiat à Montestruc (trénto cinq Kilomèstrés).

Qui diguén las annados soixanto dèts qué   ‘ma vigno’ éstèc én plén rapport, ém   pèrmétouc d’arringua l’ancièno, éscartado dé la bordo dé quinzé cén mèstrés, é   boutà lou tèrrén én fèrmatgé. Aquésto éstèc counduito après très ans dé tehniquos culturalos classiquos :   charruo é hèrsatgés, én tèrrén   fourratgeat, dabé déshèrbatgé sur la ligno, fumuro totalo suou terrén daillat, é éntréténgut   (motofauchuzo).

Techniquo un paou révoulutiounayro à l’époquo, més qué mous satifazéouo bièn. A chés ans Milo sèt cén pès dé bigno plantats à dus mèstrés quaranto d’éscartomén, dépassaouon las   cinq tonnos d’Arazis.

 Avouat   qué pèr un Tehnicién ‘Céréalos’ sa vigno én faço las micro parcèlos, dé blat é dé   milloc, é dé més sa coulèctioun fourratgèro, nou lou déchaouo pas   éndifférén. Més qu’an dit « sa vigno »Quino   éngratitudo ! sa hénno ya passat aou méns aoutan dé téms qu’ét ; lou   déstroussatgé, éstaqua, palissa, lou prumè sulfatatgé, lou desherbatgé sur la ligno èro lou soun trabail, més tabén soun   plazé. Mèrçio Luciènno pèr aquéro passioun partatjado.

Qui diguén las annados milo naou cén quouaté vin dèt qué tèrminèn   aquéro culturo, lous ans couménçaouon   dé péza sur nostés mémbrés qué   biélliouon, émproumou qué la vigno n’y pas uo passioun dé tout répaous.

 Aquiou   racountat yaouto palétto dé nosto bito, qu’a rassémblat   lou couplé diguén uo passioun, coumo l’èro éstat tabé l’éjléouatgé dous cas « mountagnos   dé las Pyrénéos.

1984. La vigne Mouledous

1964. La vigne Mouledous

Vendange au Billan 1984

Vendange au Billan 1984