101. 14 Juillet à Mirande avec   l’USAM.

 L’Union   Sportive Alerte Mirandaise, club de Rugby de 3ième Division à   l’époque, animait afin d’arrondir ses recettes quelques fêtes, en   l’occurrence ici le 14 Juillet. Le matin après  la cérémonie aux monuments aux morts, avait   lieu dans les rues de la ville un défilé avec la clique  Mirandaise « Les Biberons », à   l’aquelle participait d’ailleurs quelques Rugbymans. 

Elle conduisait l’après   midi à l’Ile du Pont, ou avait lieu une course Landaise spectacle, animée précisément   par les joueurs, ce qui en faisait son charme. Evidemment les jeux de piscine   de la Télé en premier lieu, mais ils étaient très variés, aussi courses   avec des ânes, a la brouette, un grand bar évidemment avec de gros sandouiches   concoctés  a la « ventrèche »   par l’équipe de l’intendant Beth. Il fallait voir la participation de tous   les ‘aficionados’, sachant qu’ils enrichiraient un peu la ‘cagnotte’ du Club.  

On ne peut passer sous silence, la participation de l’USAM à la fête   patronale du 15 Aout. Et spécialement le marché dans la rue, du Lundi avec   les repas du midi et du soir, véritable aubaine pour le club, mais quel   travail pour les Organisateurs, entre le Midi et le soir plus de 300 repas   étaient servis. Etant bien placé dans l’angle de la place et disposant d’un   ‘Arceau’ en cas de mauvais temps mais surtout un rez de chaussée à ciel   ouvert avec grange cimenté avec eau et électricité dans l’immeuble,   communiquant par un large couloir avec l’Arceau.

Tout cela permettait à nos   cuisiniers et serveurs de travailler dans des conditions acceptables. Cela   était ma participation  pour le Club,   ou jouaient mes deux fils Alain et Serge. J’ai souvenance d’une célèbre   ‘Mounjétado’ ou Cassoulet, de l’année 1982 servi par l’USAM, avec comme   animation le groupe ‘Aspatarak’ composé   en partie par des Rugbymans du Club. Quelle ambiance continue pendant 12 h   d’affilées.

Les membres dirigeants dont je faisais partie, étaient souvent   récompensés par des réceptions de la Municipalité, et on ne peu oublier la   participation de Francis le pâtissier de service, chargé des sports à la   municipalité, qui nous offrait des terrains de rugby a consommer à faire   pâlir le plus grand peintre. Nostalgie me direz vous : un peu !! ,  

Mais que de souvenirs de ces déplacements avec les joueurs, accompagnés par   quelques supporters fidèles et mûrs, qui avaient comme consigne de se faire   oublier durant le déplacement d’avant match, afin de ne pas déconcentrer   l’équipe. Souvent un car de supporters, plus bruyant  ceux là venait faire  l’ambiance, l’entrain, et le support à   notre équipe. Je me souviens des gouters d’après matchs, ou chaque   dirigeant avait son travail pour la restauration de ces équipes affamées. Les   ‘arrêts buffet’ étaient prévus à l’avance pour leur site connu, et je me souviens   d’une table pliable de camping ronde, de dimension assez grande qui   permettait de déposer les victuailles, le ‘cubi’ de vin rouge, et la place   pour couper  le pain, la saucisse et   saucisson. Celle ci que j’ai toujours, à été lardée de milliers de coup de couteaux,   elle est pour moi un souvenir heureux, d’une époque ou je pointais les 50   ans.

Evidemment époque révolue, ou une équipe de rugby englobait tout un   canton et plus, drainait parents, voisins, et amis autour du terrain, se   continuait le Lundi au marché à Mirande pour critiquer le match passé, et   refaire l’équipe pour le match à venir. Aujourd’hui, moins de joueurs   ’locaux’, donc moins de parents et amis suiveurs, quelques joueurs   ‘subventionnés’ par des employeurs partenaires permettent un niveau de jeu   qui a bien évoluer dans les séries dites de promotion.

 Mais si la nostalgie   vous tiraille, allez donc voir un match de ‘rugby de village’ en 4ème   série. Cela existe encore.

 

 

 Quatorzé Juillét à Mirando dabé   l’USAM.

L’Uniou    Sportivo Alèrto Mirandézo, club dé Rugby dé   troizièmo divisioun à l’époquo, animaouo éntà arroundi sas récètos quaouquo hèsto, açi lou quatorzé Juillét. Lou maytin après la cérémounio aous monuméns aous morts, aouè loc   diguén las ruos dé la bilo un   défilat dabé la Cliquo Mirandézo ‘ lous bibérous’ oun participaouon   d’aillurs quaouqués rugbymans.

Qué   counduiouo l’après méyjour à l’Ilo dou pount,   oun aouè loc uo courso landézo spèctaclé, animado précisémén pous jouguayrés, àco qu’én hazéouo soun charmé. Evidamén lous   jocs dé piscino dé la Télé én prumè loc, més èron més   variats, dabé coursos dabé lous Azés, à la carrétto,   un grand taoulè dabé dé grossés ‘Sandouitchs’   préparats dabé ‘béntrésco’ pèr   l’équipo dé l’énténdént Bèth. Qu’aléouo bézé la   participatioun dé tous lous   ‘afficionados’ sabéouon qu’èro éntà énrichi un paou la ‘cagnotto’ dou   club.

On nou pot pas sé désbrémbà   la partiçipatioun dé l’USAM à la hèsto patrounalo du quinzé d’aouch. Et spéçialomén lou marcat diguén la ruo, dou Dilus dabé lous répas dé méyjour é dou   sé, véritablo aoubèno éntaou club, més qu’in trabail   éntaous organisaturs, éntré lou méyjour é   lou sé, més dé très cénts répas èron sèrbits. Qu’èri bièn plaçat à l’anglé dé la plaço é   dispouzaoui d’un arcèou én cas dé ploujou, més surtout uo planto bacho à cèou aoubèrt dabé granjo ciméntado dabé aygo é électriçitat diguén l’immoblé, communiquant pèr un largé coulouèr dabé l’arçèou

. Tout aco pèrméttéouo à nostés couzinès é sérviçis dé trabailla diguén counditious accèptablos. Qu’éro ma partiçipatioun aou club, oun jouguaouon   lous dus dronlés Alain et Serge.   Qu’ém brémbi d’uo célèbro ‘Mounjétado’ ou cassoulét, dé l’annado quouaté vint dus servido pèr l’USAM, dabé coumo animatioun lou grou‘Aspatarak’ coumpouzat én partido pèr jouguayrés dou   club. Quino émbiénço totalo péndént doutzé horos d’affilado.

Lous   mémbrés dirigeants d’ount hazéoui   partido èron soubén récoumpénsats pèr réceptious dé la Muniçipalitat   é nou poudén pas déjbrémba la partiçipatiou dé Françis lou patissiè,   cargat dou sèrviçi dou sport à la Muniçipalitat, qué mous aouffriouo tèrréns dé Rugby à   counsoumà, à hai pâli, lous més granés pintrés. Nostalgio ém dirat : bélèou !!,

Més qué dé souvénirs dé désplaçomén dabé lous jouguayrés,   accoumpagnats dé quaouqués supportèrs fidèlos é d’atgé madut, qu’aouéouon coumo counsigno dé sé hai déjbrémba   durant lou désplaçomén d’aouan match, éntà nou pas   déscouncéntrà l’équipo. Soubén un car dé supportèrs,   mès bruyéns , bénguts éntà hai l’émbiénço,   l’éntrain, é lou support à nosto équipo. Quén brémbi dous bréspails d’après match,   oun cado dirigeant aouè soun trabail éntà préparà la rèstaouratioun  dé las équipos ahamados. Lous   arrêts éron prébichtés à l’aouanço én éndréts counéguts, é qu’én   brémbi d’uo taoulo plégablo dé camping roundo dé grano diménsioun qué pèrméttéouo dé   paouza las victuaillos, lou ‘cubi’ dé vin rougé, é la   plaço énta coupa lou pan, la   saouçisso é lou saouçissot. Aquésto, qué l’aouén toujours, y éstado lardado dé milès dé cot dé coutèts, qui éntà jou un   voubénir hèyrous, d’uo époquo oun puntaoui lous cinquant’ans.

Evidamén époquo révoludo,ou uo équipo dé Rugby éngloubaouo tout un cantoun é més, drainaouo   paréns é amics, é bézis, aoutour dou tèrrén, sé countinuaouo lou   dilus aou marcat dé Mirando éntà critiqua lou match   passat, é réhai l’équipo éntaou match à béngué. Aouéy, méns dé   jouguayrés ‘dé l’éndrét’, dounc méns dé paréns é amics éntà ségui, quaouqués jouguayrés ’subvéntiounats’ pèr émployurs parténaris pèrmétén un nibèou dé joc qu’à bièn évoluat   diguén las sérios apérados ‘dé   proumoutioun’.

Més si la nostalgio bous tiraillo, anat dounc bézé un match ‘dé Rugby dé billatgé’ én quatrièmo sério. Aco qu’èxisto éncouèro.

 

Défilé dans les rues de la ville

Défilé dans les rues de la ville

La course à la cocarde

La course à la cocarde