N°155 Coup de Gueule.

Apres les orages de cet été,  tombés très irrégulièrement, avec aussi de la grêle en certains endroits, nous avons pu voir que de l’eau il en tombait, mais elle est difficile à maitriser.

Souvent maîtrisable, c’est nous qui ne suivons pas les moyens avec l’évolution. On ne peut pas reprocher aux agriculteurs, d’avoir agrandi leur champ, changé de techniques culturales, éviter le labour ; mais faut-il à ce moment là, prévoir les écoulements,  et améliorer la profondeur du sol, pour augmenter la rétention de l’eau.. Car cette eau, dont nous savons qu’elle manquera dans quelques décennies tout proche, il nous faut la garder, la maîtriser, mais aussi l’économiser.

Il est surprenant que des « amis de la terre » bien intentionnés, alors qu’il vienne pour les trois quart d’entre eux de milieux urbains, donner des leçons à ces braves paysans pour cultiver, sans engrais, n’utilisant que l’eau tombée du ciel, et qui nous donne des rendements, dont eux vivent. Pourtant de l’eau il en tombe, pas régulièrement, mais le rôle de nos élus n’est-il pas de se préoccuper de la retenue, et de la répartition de celle-ci pour le bien de tous.

Car l’eau n’est pas seulement utile à ces « vilains maïsiculteurs ». Jeunes gens du Bassin Adour Garonne Aquitain, dans vingt ans vous reprocherez a vos élus des années 90 de ne pas avoir réalisé la retenue de Charlas 31 !

Vous les écologistes de 2014, voulez vous encore suspendre la retenue du Testet dans le Tarn, alors qu’elle a été votée par 95% des élus Tarnais. Quelle leçon de démocratie veut-on nous servir. Notre gouvernement qui danse la Samba (un pas en avant un pas en arrière). Seuls nos « Gagoulés », eux ont foncé, pourquoi ? Pour détruire !

Amis écologistes,(si je me permet cette familiarité ;c’est qu’il n’y pas plus écologiste que moi). Ne vous laissez pas leurrez par ces fréquentations malsaines, vous auriez tant de  choses, à faire sans discriminé ce qui a été fait, mais ne vous attaqué pas a des brindilles,  regardez plutôt le tronc. Aujourd’hui on a du mal à vous suivre, le milieu paysan, qui devrait être le « terreau » de votre action est méprisé par vous, ensemble vous pourriez faire de grandes choses, en ce moment vous faites la guerre. Car dans notre pays tant que l’on se dispute, on recule. Pensez un peu à demain, des concentrations (TOULOUSE), des régions (Golfech), en manque d’eau ? Ou seront les responsables, de la non-maîtrise de cet important problème ?

Il faut reconnaître qu’en ce moment nous avons tellement de problèmes, et que nous ne voyons pas apparaître de solutions, la division n’arrangera pas spécialement les choses. Et de grâce, ne nous présentez pas aujourd’hui un parti (le meilleur) capable de sortir la pays de l’ornière, il viendra obligatoirement de personnes prêtes à faire des concessions sur leur égo, ayant comme seul intérêt le bonheur de notre chère France.

Ecrire ce que je viens de faire, est pour moi un exploit ; je l’ai fait sur un coup de cœur, que seul mes 81 ans ont réussi à réaliser.

 

                                       Lou Georges.

 Cop dé gulo.

Après lous aouratgés d’aquésté éstiou, cajuts irrégulièromén, més tabén dé grêlo én cèrtains éndréts, aouén poudut bézé qué, ayguo én cay, més qui diffiçilo a mèstréja.

Soubén mèstréjablo, qui nouz’aous qué nous séguin pas lous moyèns dabé l’évoulutioun. On nou pot pas réprouchà aous Agriculturs d’aoué agranit las pèços, cambiat dé tèchniquos culturalos, éjbita lou labour ; més qué caou én aquét moumént prébézé lous echcouloméns, é améliourà la prégountou dou sol, éntà aouméntà la réténtiou dé l’ayguo. Emprémou, aquéro ayguo,  doun sabén touts que manquéra diguén quaouquos décénnios tout proché, qué la caou guardà, la mèstréja, é tabé l’éstaoubià.

Qui surprénén qué « amics dé la tèrro » bièn énténtiounats, alabèts qué vénguén pèr très quart dé méylocs urbains, baillà léçous à nostés brabés paysans éntà cultivà, sénsé éngrèch, n’utilizan qué l’ayguo cajudo dou cèou, é qué mous baillo réndoméns éntà bioué. Pourtan ayguo én cay ; pas régulièromén, més lou rôlé dé nostés éluts, n’y pas dé s’occupà  dé la réténgudo, é dé la répartitioun d’aquésto, én taou bièn dé touts ?

L’aygo n’y pas sulomén utilo  ént’aquérés «maïsculturs » ! Jouénés dou Bassin Adour Garonno Aquitaino, diguén vint’ans qué réprouchérat à vostés éluts dé las annados 90 dé nou pas aoué réalizat la réténgudo dé Charlas.31.

Bouz’aous lous écologistos dé 2014, boulétz éncouèro émpécha la réténgudo dou Téstèt, diguén lou Tarn, alabétz qui éstado  voutado pèr 95% dé Tarnés ? Quino léçoun dé démocratio mous ban serbi ? Nosté goubèrnomén qué danso la Samba (un pas éntà daouan, un pas éntà darrè). Souls lous « cagoulats », érés an founçat, éntà qué, éntà déstruizé !

Amics écologistos, sèn pèrmèti aquéro familiaritat ; (y a pas més écologisto qué jou). Nou bous dèchét pas amuza pèr fréquéntaçious malsainos, aouréts tant dé caouzos à hai, sénsé discriminà ço qui éstat haiyt, més nou bous attaquét pas à las brancos, éspiat més laiou lou trounc. Aouéy, aouén maou à bous ségui, lou méyloc paysan, qué déouré èsté lou « tèrrè » dé bosté trabail, y mésprizat pèr bouz’aous, énsémblé pouyrét hai dé bounos caouzos, én aquésté moumén, qué hazét la guèrro. Emprémou, diguén nosté pays tant qu’on sé disputo, on réculo. Pénsat un paou  à douman, councéntraçious coumo (Toulouzo), régious coumo (Golfèch) én manquo d’Ayguo ?  Oun séran lous réspounsablés dé pas aoué méchtrézat aquét émpourtén problèmo ?

Qué caou récounégué qu’én aquésté moumén aouén tèllomén dé problèmos, qué nou bézén apparéché nado soulutioun, la divizioun n’arréngean pas las caouzos. Més dé graço,nou nous prénzéntét pas aouéy un partit (lou méillou) capablé dé sorté lou pays dou barat, qué bénguérà cèrtainomén dé pèrsounos prèstos à hai coucéssioun sur la solo fièrtat, qu’aoujon coumo soul intérêt lou bounhur dé nosto Franço Aiymado.

Escrioué ço qué béngui dé hai,éy éntà jou uo prouésso ; Qu’agu’èy héyt sur un cop dé co, qué soulés mous 81 ans an réussit à réaliza.