97. Le Vendredi Saint à Seissan.

32260. A  notre arrivée à   Clermont, le premier marché que nous avons découvert était celui de Seissan.

Distant de 6 Kms, nous étions d’ailleurs frontaliers,   celui-ci habité à l’époque par 660 Habitants avait un dynamisme commercial   exceptionnel (volailles veaux de Boucherie, porcelets, et surtout dindes,   canards, oies, et foies gras pour les marchés d’hiver)

On venait à Seissan pour vendre, acheter, et repartir à la   ferme pour travailler. Ce fut certainement le 1er marché à   terminer les transactions vers les 13 h. Mais quel succès qu’elle   évolution ! Il tient encore la route aujourd’hui ; mais évidemment   à un degré moindre. Il avait lieu le vendredi, et c’est pour cela que nous   parlons du Vendredi saint, et que je vais un peu dévier le sujet.

 Dans la semaine   sainte, à l’époque, et surtout chez les paysans, on ne travaillait pas le   vendredi saint. Du moins on ne joignait pas les bêtes de travail, et juste   des travaux légers d’entretien du bétail, et de visites de récoltes étaient   réservés. De ce fait cette journée était consacrée au marché de Seissan, mais   pour la rencontre et la promenade.

Journée agréable pour les « tourtereaux » qui   s’en allait roucouler le long du Gers, car les occasions de rencontres   étaient plus rares qu’aujourd’hui. La fête foraine et les chalands étaient   très nombreux, mais il n’y avait pas ce jour là de marché de gros bétail,   seule les volailles se vendaient sous la halle du Gravier.

Il était de tradition en ce jour de « maigre »,   d’aller manger la tanche à Seissan, et les épicuriens et Gastronomes que sont   les paysans, s’affairaient autour des 4 à 5 restaurants de la ville pour   déguster ce poisson d’eau douce de nos mares ou étangs, qui avaient à   l’époque une eau claire, seulement masquée par de belles touffes d’herbe sur   les bordures.

 Belles histoires me   direz vous mais nous n’avons pas le droit de ne pas les transmettre, même   celles qui sont moins agréable. A l’époque les marchés étaient   « alimentés » par cars et remorques seul moyen de transport pour la   moitié des Agriculteurs. Ceux-ci venaient vendre à Seissan et rachetaient à   Masseube, surtout les fermières. Masseube était un canton plus important, et   assez bien achalandé en Magasins. Les deux bourgs étaient complémentaires   (mais aussi concurrents).

Les affaires ont évoluées, Seissan à gardé un très bon   marché au gras, et son commerce local s’est très bien équilibré. Seissan à   doublé sa population ! Les édiles municipaux successifs dynamiques, ont   su favoriser en même temps, le commerce, la culture, les loisirs  et de plus « Lou Marcat dé   bèténza » (le marché d’avant) organisé le 1er Vendredi d’Aout   qui a un succès dépassant notre    Département et  il est la fierté   des Seissannais.

Ce village a aussi une académie d’Occitan Gascon, noble   formation ! J’y suis allé, et je ne me suis pas reconnu dans mon patois.   Mon métier d’Agronome m’a permis pendant 25 ans de fréquenter les paysans du   Gers et des Hautes Pyrénées, et je puis vous affirmer que de Lectoure 32700,   à Lourdes 65100, et de L’isle jourdain 32600. à Lannemezan 65300, je n’ai   jamais entendu parler que le patois Gascon.

Il est celui de nos racines, celui que nous ont appris nos   parents et grands parents « la Lénguo Mayrano ». Et croyez moi le   vieux paysan que je suis resté, sait que quand on plante un bel arbre, il   faut qu’il y ait de bonnes racines.

 

Lou Dibés Sant à Chichan. 32260.

A nosto béngudo à Claramount, lou   prumè marcat déscoubèrt éstèc lou dé Chichan.

Distén dé chés Kilomèstrés, qu’èron d’aillurs frountaliès, èro habitat à l’époquo pèr chés cént soixanto   habitants. Y aouè un dynamismé coumèrçial   èxcèptionnèl (bédèts, pouraillo, petits porcs, é   surtout pouloyos, canards, aoucos grassos, é hitgés, éntaous marcats d’hiouèr).

Qué véngéouon à Chichan éntà béné, croumpa,  é tournà parti à la bordo éntà trabaillà. Qu’éstèc cèrtainomén lou prumè marcat à tèrminà las transactious éntà u’horo dé l’après méyjour. Més qu’in   succès, qu’ino évouluçioun !   Qué tén éncououèro la routo aouéy ; més évidamén   à un dégrè méns. Y aouè lou dibés, é qui émprémou d’aco qué ban parlà dou dibés sant, é   qué dévii un paou lou sujèt.

Entà la sémano santo à l’époquo, et surtout à la campagno, nou   traballaouon pas lou dibés sant. Pou méns nous jugnéouon pas las bèstios dé trabail, é justé trabails   d’éntrétièn dou béstià, é dé visito à la récoltos èron résèrvats. Dou fait aquéro   journado èro counsacrado aou marcat dé Chichan, mès éntà la prouménado é las réncountros.

Journado agréablo éntaous amourous qué s’én anaouon « roucoulà »   lou loung dou Gérs, las aoucazious   dé réncountro èron més  raros q’uaouéy. La hèsto dabé chibaléts, é lous camélots èron noumbrouzés, més n’y aouéouo   pas aquét jour marquat de grossos bèstios, un paou dé pouraillo à la hallo dou   Graouè.

Qu’èro dé tradiçioun aquét jour dé   « magré », d’ana minja la ténguo à Chichan, é lous épicurièns é gastronomos qué soun lous payzans   s’affairaouon aoutour dous quouaté ou cinq rèstaourants   dé la bilo, éntà dégusta aquét péch d’aygo douço dé nostés clots é réténgudos qu’aouéouon à l’époquo uo aygo claro, soulomén masquado pèr dé béroyos touffos d’hèrbo sur las   bourduros. Béroyos histouèros ém dirat, més n’aouén pas lou drét  dé nou pas   las transmété, mèmo las qué soun  méns agréablos. A l’époquo,   lous marcats èron « aliméntats   pèr aoutobus é rémorquos soul moiyèn dé transport éntà la méytat dous agriculturs.   Aquéstés bénéouon à Chichan é   récroupaouon à Masséoubo, surtout las ménatgèros.Masséoubo èro un cantoun més   émpourtén, é bièn fournit én magazis. Las duos bourgados èron coumpléméntarios   (més tabén councurréntos).

Lous ahès an évuluat, Chichan à gardat un boun marcat aou gras, é lou coumèrço local s’y bièn équilibrat.   Chichan à doublat la populaçioun ! Las muniçipalitats   succcéssivos dynamiquos an sabut favoriza én mèmo témps la culturo, lou coumèrço,   lous plazés, é dé més « Lou   marcat dé bèténza » organizat lou prumè dibés d’Aouch, dab un succès   déchpassan nosté départomén, é qué   hai la fièrtat dous Chichanés.

Aquét billatgé a tabén uo Académio d’Occitan Gascoun : noblo fourmaçioun !   Y soy anat, é n’oun soy pas   récounégut dabé moun patouès. Moun   méstié d’Agronomo m’a pèrmés péndén vinto cinq’ans dé   fréquantà lous paysans dou Gérs é dé las Haoutos Pyrénéos, é qué bous podi   affirmà qué dé Lèctouro 32700, à Lourdo 65100, é dé L’Isle Jourdain 32600, à Lannemezan   65300, n’èy jamés énténut parlà qué lou Patouès Gascoun.

Qui lou dé nostos raçinos,  lou qué mous an apprés nostés paréns é grands paréns « la Lénguo   Mayrano », é crézéts mé, lou bieil payzan qué soy démourat, sab qué quant on planto   un béroy arbré, qué caou qué y aoujo dé bounos raçinos.

Calèche de Promenade du Marché

Calèche de Promenade du Marché

Un vétéran Seissanais avec sa canne

Un vétéran Seissanais avec sa canne