Bonnes fêtes et bonne année 2013.

En cette fin d’année, qui n’a pas été très drôle, mais ou souvent le pessimisme matraqué, a pris la place à une période certes difficile, mais surtout inégale de la société. Que nous réserve l’avenir ?

Oublions un moment nos tracas, et essayons de partager avec quelques uns, qui eux ont besoin de compassion, de l’optimisme, et un peu de réconfort.

 

Nous venons de passer Noël, avec une semaine ou il était presque impossible de connaître les nouvelles de notre pays, tellement la télévision, les journaux, nous ont gavés (et le mot n’est pas trop fort) de champagne, foies gras, et nouvelles recettes, que les réveillons classiques nous ont presque parus fades.

Ou est parti l’époque, ou le geste et l’amitié de ces repas passaient avant le contenu, et la valeur marchande de ceux-ci. Ouvrons un peu les yeux, afin que nos réunions de famille soient surtout amicales avec un brin de réalisme et  d’optimisme. Il y a quelques décades les Aguilhounès nous régalaient avec leurs clochettes et leurs chansons, afin de recueillir bonbons et gâteaux dans ces périodes de fin d’année.

Je ne peux résister a vous relater le refrain que chantaient en Patois nos écoliers :

Bien le bonsoir nos braves gens,

Bien pour la nuit et pour longtemps,

Nous sommes les Aguilhounès,

Nous venons apporter nos souhaits.

 (1940-1950).

C’était l’époque des mandarines dans le sabot, et plus aisé, le petit Jésus dans le sabot de chocolat. Nous sommes à quelques jours de cette fin d’année (qui aurait du être la dernière) !

Bien que difficile, souhaitons encore une fois, que la prochaine ne soit pas pire, et que le civisme des hommes, accompagné surtout par celui de nos gouvernants, fasse que la période difficile que nous traversons, laisse augurer d’un avenir meilleur et plus équitable entre tous. Nous aurons besoin pour cela d’une certaine harmonie avec nos voisins européens, et ceci sans arrière pensée. Car la confiance et l’espoir aident à surmonter les difficultés, et nous pourrons nous souhaiter à tous une Bonne et heureuse Année 2013.

Souhaitons surtout que nos acteurs du développement , entreprises du Bâtiment, des Services, puissent embaucher dans de bonnes conditions, afin que nos ouvriers puissent travailler avec un salaire décent qui leur permettra de faire tourner le commerce pour les uns, et de vivre décemment pour les autres.

Il n’est pas possible à un pays de rétablir notre équilibre avec des salaires aussi bas pour quelques uns (et il y en a beaucoup), il faut redonner confiance aux investisseurs, et à tout le monde. Nous en avons besoin, et nous devons rappeler à nos gouvernants qu’ils doivent gouverner notre pays avec un instrument perdu depuis longtemps : La Balance.

Bonne et heureuse année 2013, à toutes et à tous

Lou   Georges dou Cadet.

Bouno annado accoumpagnado dé forços d’aoutos.

En aquésto fin d’annado,pas rédé agréablo éntà touts, més  oun soubén lou péssimismé matraquat, à prés la plaço à uo périodo bélèou diffiçilo, més surtout inégalo dé la Souciétat. Qué mous résèrbo  l’abéngué ?

Déjbrémbén un moumén lous tracas, é assajén dé partatja dabé quaouqués’us, qui érés am bézouy coumpassioun, amistat joouè , optimismé, é un paou dé récounfort .

Qué vénguén dé passa Nadaou, dab uo sémano oun èro prèsqué émpoussiblé dé counégué las noubèlos dou pays, tèlomén la télévisioun, lous journals, mous émbucaouon (lou mot n’y pas trop fort) dé champagno, hidgé gras, é naouèros récètos, tèlomén qué lous réssoupéts habituèls mous paréséouon fadas.

Oun n’éy pasado l’époquo, oun lou gèsté é l’amistat d’aquéts répas, passaouon aouan lou counténgut, é la balou marchando d’aquéstés. Aoubrin un paou lous ouéils, énfin qué nostos réunious dé famillo sièn surtout amicalos, dab un paou dé réalismé é d’optimismé.Y a quaouquos décados lous Aguilhounès mous régalaouon dabé sas campanétos é sas cansous, é amasaouon quoquos é bounbous, én aquéros époquos dé fin dé Nado.

Nou podi pas résistà a bous relatà ço qué cantaouon nostés éscouls :

Bièn lou boun sé las brabos géns,

Bièn pèr anéyt é pèr lountéms,

Nouzaous qu’èm lous Aguilhounès,

Bous vénguén appourtà nostés souhaits.

(1940-1950).

Qu’èro l’époquo dé las mandarinos diguén l’ésclop, è més ayzats, lou pétit jésus diguén l’ésclop dé chocolat. Quén a quaouqués jours d’aquésto fin d’annado (déouéouo èsté la darrèro) !

Bièn qué diffiçilo, souhaitén qué la prochaino nou sio pas piré, é qué lou civismé dous homés, accoumpagnat surtout pou dé nostés goubernans hasqué, qué la périodo diffiçilo qué traouèssan, dèché  aougura d’un abéngué méillou é mès équitablé éntré touts. Aouram bézouy ént’aco d’uo cèrtaino harmounio dabé nostés bézis Eouropéèns , é aco sénsé pénsados éntéréssados. La counfiénço é l’èspouèr aydon à surmountà las difficultats, é pouyran souhaità à toutés uo Bouno annado Dus Milo Trétzé.

Souhaitén surtout qué nostés acturs dou dévelopomén, éntréprézos dou Bastimén, dous serviçis, pousquén émbaoucha diguén dé bounos counditious,  éntà qué nostés aoubriès pousquon trabaillà dab un salari décént qué pèrtmétérà dé hai marcha lou coumèrço éntaous’us, é bioué corrèctomén éntaous’aoutés.

N’y pas poussiblé éntà un pays dé réstabli nosté équilibré dabé salaris ta bachés énta quaouqués’us (é qué n’y a rédé), qué caou bailla counfiénço aous énvèstissurs, é à tout lou moundé. Qué n’aouén bézouy, é qué déouén rapéla à nostés goubérnans qué déouén goubèrna nosté pays dabé un énstrumén perdut démpuch lountéms : La Balanço.

Bouno é hèyrouzo Annado Dus Milo Trétzé, à toutés, é a touts.

Lou Georges dou Cadét.

Quelques fleurs pour le nouvel an

En attendant le printemps