72. Un stage ITCF en   Janvier à Paris.

Tous les ans, après les fêtes de fin d’année, l’ITCF   réunissait tous ses agents régionaux pendant deux semaines. Afin de faire le   point sur nos méthodes de travail, de coordination, et surtout d’information   et de perfectionnement.

Donc tous les ans nous arrivions dans la capitale,   pour voir les champs Elysées se dévêtir de leurs parures multicolores. Pour   nous également ,se retrouver une fois l’an, tous réunis. Les agents   régionaux avaient deux fois dans l’année l’occasion de se retrouver, soit à   Toulouse, soit à Montpellier, pour des réunions plus spécifiques,   exceptionnellement hors de France.

Chacun d’entre nous avait des relations   sur la capitale, ou en banlieue, car quinze jours en chambre d’hôtel coupés   de la famille n’était pas très agréables. Car les agents excentrés, donc   éloignés, n’avaient qu’un déplacement de remboursé. Il nous est arrivé pour   quelques uns qui avaient par la suite, un stage spécifique, d’effectuer trois   semaines de stage.

Les journées étaient très studieuses Arrivée 8h30, repas   sur place sortie 18h30. Vous comprendrez bien que le soir, les Céréales, les   Maïs, et les fourrages débordaient de nos petites têtes, et que nous étions   tout disposés à rencontrer d’autres personnes pour changer de discours, car   le lendemain c’était « bis répétita ».

J’ai eu la chance pendant ma carrière   à l’ITCF, d’avoir sur Paris, une amie de mon épouse, mariée à un Parisien,   qui était propriétaire d’un restaurant, et je peux dire que pendant plus de   vingt ans j’ai passé 80% de mes soirées en leur compagnie, et suivant même   par trois fois, leur changement d’adresse. Il m’arrivait les fins de semaine   d’effectuer quelques visites de monuments sur la périphérie «St germain en   Laye »etc. Dans la semaine en soirée nous organisions quelques sorties   entre amis, ou amis régionaux, j’avais eu l’initiative d’organiser quelques   fois des diners, chez nos « pays » restaurateurs.

Ces stages   étaient pour nous d’une grande utilité, car pendant ce temps, il était   organisé sur la région parisienne des visites de laboratoires de qualité pour   les farines de Blé, les grands moulins, des stations de Sélectionneurs, de   grosses coopératives, et également la ferme expérimentale de l’ITCF, à   Boigneville. Pour les « régionaux » que nous étions les réunions de   travail sur les Maïs et les blés durs, se faisaient à Toulouse, Castelnaudary,   et Montpellier (INRA). Cela nous permettait d’être toujours très bien   documentés sur le message que nous avions à transmettre auprès de nos   Techniciens et Conseillers Agricoles de nos secteurs respectifs.

Apres les   travaux sur les Variétés de Céréales et des fourrages, nous fût adjoint   une  nouvelle expérimentation sur   l’utilisation des fourrages par les animaux, et pour une vingtaine d’entre   nous, c’était des stages spécifiques qui étaient organisés, Forgeassoud (Savoie),   Baqueira (Val d’Aran Espagnol) J’eu l’occasion d’organiser celui-ci,   profitant d’occasions exceptionnelles d’ouverture d’une station de Montagne.   Car ces stages de plein hiver en Montagne, permettaient de joindre l’agréable   à l’utile, Ils furent très appréciés par les participants. Il fut reconnu   également par les responsables, le côté positif de cette manière de procéder.  

J’aurais l’occasion dans quelques semaines, de vous narrer l’organisation de   ce stage qui fit à l’époque l’unanimité, et qui permit de démontrer que les   Gascons étaient capables de sortir du Giron parisien, pour faire de la   formation positive, dans un milieu ludique et reposant.

 Un statgé ITCF en Janviè à Paris.

Cado annado, après las hèstos dou prumè dé l’an, l’ITCF réuniouo toutés lous agants dé   régioun péndén duos sémanos. Entà hai lou punt sur las   méthodos dé trabail, dé courdinatioun, é surtout d’énfourmaçioun é   dé pèrféctiounomén.

Dounc touts   lous ans arribaouon à la capitalo, éntà bézé lous champs Elizées quita las paruros multicoloros. Enta nouzaous   égalomén, sé rétrouba un cop l’an, touts réunits. Lou agants dé régioun aouèn l’aoucazioun, dus cops diguén   l’annado, dés rétrouba ou a Toulouzo ou a Mountpélliè   énta réunious més spécificos,   excèptionèlomén hors dé Franço.

Cadun d’éntré nouzaous    aouè rélatious sur la capitalo, ou aou pourtour, émprémou qué quinzé jours én   crampo d’hôtèl, coupats dé la famillo n’èro pas rédé agréablé. Lous agants èxéntrats, dounc   éloignats, n’aouèn qu’un déchplaçomén dé rémboursat. Qué mous y arribat éntà quaouqués zus, d’ aoué pèr la suito très   sémanos dé statgé.

Las journados èron couplètos. Entrado à ouéyt horos é mèjo, répas sur   plaço, sourtido à chés horos é méjo. Qué coumprénguét bièn qué lou sé, las céréalos, lou milloc, é lous fourratgés,   déjbourdaouon dé nostés pétits caps, é qu’ èron   tout dispouzats à  réncountra d’aoutos pèrsounos entà cambia dé discours, lou   léndouman qu’èro »bis répétita ».

Qu’èy agut la chanço , péndén ma carrièro à   l’ITCF, d’aoué sur Paris, uo amigo dé Luciènno, maridado à un parisièn,   proupriétari d’un rèstaourant, é qué podi dizé qué pédén més dé vint ans, qu’èy passat quouaté vint pèr   cént dé mas souèrados én la suo coumpagnio,é mèmo lous èy ségits pèr très cops,aou   cambiomén d’adrésso. Qué m’arribaouo lous fins dé sémano dé hai quaouquo visito « St   Germain en Laye » etc. Diguén   la sémano, én souèrado qu’organizaouon quaouquo sourtido éntré amics, ou amics dé la régioun, qu’aouèy aut l’initiativo d’organiza quaouqués cops, soupas, ché nostés   « pays »restauraturs.

Aquérés statgés, èron éntà nouzaous ‘uo grano utilitat, péndén aquét téms, qu’èro organizat sur la régiou parizièno, visitos dé laboratouèros dé qualitat éntà las harios dé blat, lous granés   moulis, las statious dous grans séléctiounurs, dé grossos coopérativos, é   égalomén la fèrmo expériméntalo dé   l’ITCF à Boigneville. Entaous   « régionaux »qu’èron, las réunious dé trabail suou milloc é lou blat dur, sé hazéouon   à Toulouzo, Castelnaudary, é   mountpélliè (INRA). Aco nous pèrmétéouo d’èsté toutjours rédé bièn documéntats suou méssatgé quaouéouon à transméaous Tèchnicièns é   Counseillès Agricolos dé nostés sècturs.

Après   lous trabails sur las variétats dé céréalos é dous fourratgés,   qué nous éstèt ajoutat uo naouèro èxpériméntaçioun   sur l’utilisatioun dous fourratgés pous animaous ; é pèr uo vintéo   d’éntré nouzaous, èro statgés spécifiquos qu’èron organizats, Forgeassoud (Savoie) Baqueira   (Val d’Aran Espagnol). Qu’aouy   l’aoucazioun d’organiza aquésté, qué proufitèy   d’aoucazious èxcèptionèlos d’aoubèrturo d’uo statioun dé mountagno. Emprémou aquérés statgés de plén hiouèr én   mountagno, pèrmétéouon dé jouégné l’agréablé à l’utilé, qu’échtèn rédé appréçiats pous participants. Qu’échtèn   récounéguts égalomén pous réspounsablés, lou coustat   positif d’aquéro manièro d’aoupéra.

Qu’aourèy l’aoucazioun, diguén quaouquos sémanos, dé   vous racountà l’organizatioun d’aquét statgé,qu’é hèzouc à l’époquo l’unanimitat, é   qué pèrmétou dé déjmountr, qué lous gascous èron capablés dé sorté dou tour dé Paris, éntà   hé uo fourmaçioun positivo, diguén un mèyloc attractif é   répaouzén.

Aline, Guy, et votre serviteur

On déguste l’Armagnac