Résultats de nos   moutons.  Lous résultats dé nostés moutous.
Comme prévu dans des chapitres   précédents, nous abordons ici les résultats de 3 années d’expérimentation   fourragère transformée par l’animal.Travail oh combien difficile, les éleveurs comprendront   mieux qu’ici il n’y a pas de dimanche, et un travail de surveillance et   d’alimentation qui est permanent.Quand on sait de plus qu’ici tout est pesé a   l’entrée et a la sortie, et les résultats transformés en Matière sèche après   passage à l’étuve.

Quel était le but : Comparer la production   d’agneaux  de 100 jours, à la pousse de   l’herbe, en mode pâture, ou en bergerie. 1ère réponse, Poids et   qualité égaux a l’arrivée  soit 31 Kg, à 50 jours se dessinait un léger   avantage sur le lot bergerie, égalisé par la suite (température extérieure   pour le lot pâture).

Consommation journalière du couple mère agneau :   Bergerie 2,69 Kg de M. S (Matière sèche.) Pâture  3,43 Kg de M.S soit 30° de plus. Par extrapolation vérifiée, on peut produire 10   brebis et 15 agneaux à l’hectare à la   pâture, et 30 brebis et 45 agneaux a l’hectare en Bergerie.

 Ces chiffres, un peu rébarbatif dans ces lignes, sont la   somme de 3 ans d’expérimentation printanière, (100 jours) mais avec une   surveillance de 150 jours (avant et après) de conduite et surveillance du   troupeau expérimental.

Ce travail réalisé a l’époque dans le Gers, et dans la   Marne (1964- 1965- 1966), nous valut la visite des initiateurs de ce   protocole de travail, Mr COLEOU Maitre   de recherche utilisation des fourrages à l’I N R A, MARCHADIER, Ingénieur de l’ITCF (utilisations des fourrages)FEKETE et RUL Fédération Nationale Ovine, qui suivirent l’expérimentation.

Il serait déplacé de faire dans ces lignes une explication   du travail effectué, compte tenu des moyens dont nous disposions, mais   j’ajouterais encore une fois que sans le concours de l’Institut Agricole St Christophe, nous aurions eu beaucoup de   mal, merci encore une fois. Des ouvrages ont été diffusés par l’ITCF(aujourd’hui ARVALIS) en son temps.

Quand à notre équipe Gersoise, je pense que dans notre   carrière d’Agronome, ce travail a été le point culminant de notre carrière,   du fait de la novation de l’expérience, de sa mise en place, et de ses   résultats.

 

Coumo prébich diguén chapitrés précédéns, abourdani lous résultats dé très annados   d’èxpériméntaçiou fourratgèro transfourmado pèr l’animaw.Trabail oh coumbièn difficilé, lous   élevurs couprénguéran méllou qu’açi n’y a pas   dé diménchés, et un trabail dé surbéllénço é d’aliméntaçiou   qu’éy pèrmanén. Quant on sap qué   de més, qu’açi tout y pézat, a l’entrado é a la sourtido, é   lous résultats transfourmats én matièro séco après passatgé à l’étuvo.

Qu’in èro lou but : Coumpara la prouduccioun d’agnèt dé cén   jours, a la pousso dé l’hèrbo, en modo pâsturo, ou én   bèrgério. Prumèro réspounso, pés é   qualitat égals a l’arribado sio 31Kg ,   à cinquanto jours és déssinawo un awéntatgé éntaw lot bèrgério, égalizat pèr la suito(-   (témpératuro èxtériuro éntaw lot pâsturo).

Counsoumaçiou journalièro dou couplé may agnèt : én bèrgério : 2,69 Kg de MS ( Matièro séco), aw pasturatgé 3,43 Kg dé MS  sio 30%   dé més. Pèr extrapoulatioun vérifiado,   qué podén prouduit dét awéillos é quinzé agnèts à l’hèctaro à la pâsturo, é trénto awéillos é quaranto cin agnèts à la bèrgéri

 Aquéts chiffrés un paw péniblés en aquéros lignos, soun la soumo dé très ans  d’éspériméntaçiou aw printémps ( cén jours)  més dabé   uo surbéllènço dé cén cinquantyo   jours (awan et après) dé counduito é surbéllènço dou   troupèt espériméntal

Aquét trabail réalizat à l’époquo diguén lou Gérs, é diguén   la Marno ( Milo naw cén soixanto quaté- soixanto cin-soixanto chés), nous balou la bizito dous initiaturs   d’aquét protocolo dé trabail, Mrs COLEOU Mèstré dé réssèrcos   utilizatioun dous fourratgés à l’I N R A,MARCHADIER   Engéniur dé l’ITCF (utlizatioun dous fourratgés) FEKETE et RUL Fédératioun Natonalo Ovino, qué séguiwon l’éspériméntaçiou.

Qué séré désplaçat dé hai sur aquéros   lignos uo ésplicatiou dou trabail éffèctuat, counté téngut dous moyèns doun   dispouzawon, més qu’ajoutérèy un cop dé més qué sénsé lou concours dé l’institut   Agricolo dé St christopho awrén   awgut bièn més dé maw, merçio éncwèro un cop dé   més Forços documéns éstèn diffuzats én soun   téms pèr l’ITCF (awéy ARVALIS).

Quant à nosto équipo gèrswèzo, qué pénsi qué diguén nosto bito d’Agronomo, aquét trabail y éstat lou pun culminant dé nosto carrièro, dou fait dé la primou dé l’èspériénço, dé la boutado én   plaço, et dous rézultats obténguits.

.

Juillet 1966. Fin de l'expérimentation.

Mr COLEOU au centre, discutant avec Robert mon assistant.