166. Déceptions et regrets.

Comment ferait votre serviteur, s’il ne venait pas, encore une fois, vous rappeler sa déception de voir se créer cette grande région, dont il ne peut pas prononcer le nom. Non pas que celui-ci lui soit désagréable, bien au contraire, mais  à condition qu’il s’arrête à la Garonne.

Dans son N°148 : Le dépeçage, du 5 Juin 2014, il exprimait une pensée, osée, personnelle, qui pouvait surprendre, celle de voir le Gers, et les Hautes Pyrénées, se rattacher au bassin Aquitain. Il avait émis une proposition qui était la sienne. Dans le N° 151, du 22 Aout 2014 : Et si Bordeaux retrouvait sa Gascogne, il a essayé de justifier par le sentiment, quelques connaissances réelles, quelques chiffres indispensables  pour justifier son ressenti. Le chapitre 165 : Gascons et fiers de l’être du 20 Octobre 2015, laisse parler son cœur, et vous confier ces sentiments

Quand il voit dans la presse ces bagarres électorales qui n’ont pas beaucoup de discussions sur les problèmes de régions, (la seule chose qui nous intéresse), du moins pour la plupart d’entre nous. Laissons, et subissons cette bataille de partis, qui dans des temps pas très anciens s’appelaient : droite, gauche, modérés, et qui  ont une dizaine d’appellations, à ne plus s’y reconnaître, qui de plus, veulent s’entourer de barrières impénétrables.

La déception est évidente, mais il voudrait quand même s’en expliquer. Tout d’abord a t’on posé la question aux  Gascons (de souche ou habitant notre province) ; qu’elle est votre position ?

Car ce sont les racines qui sont habilitées à donner cette réponse. Tout individu à sa naissance a ses racines, et sa langue « imprégnées » dans le ventre de sa maman. Ceci est, et sera toujours indélébile, et à toujours été ignoré par les élus, à qui nous avons donné nos voix.

Ce qui pour imager nos propos explique l’importance que nous attribuons à la famille, le village, le quartier, le département, notre province, et notre pays, chacun a sa place dans notre comportement de citoyens. Ce sont les racines, le tronc, les branches, les feuilles, et les fleurs, qui constituent notre bel arbre La France.

Mais de grâce, gardez en l’ordre pour ne pas en couper la prospérité. Voilà pourquoi il avait donné son avis (très personnel) le 5 juin 2014 chapitre 148 de voir rattacher, le Gers et les Htes Pyrénées à l’Aquitaine.(la fusion avec le Languedoc Roussillon faisant déborder le vase).

Révolution pensez-vous ? Non, tout simplement évolution normale, et surtout naturelle, vérifiable dans le comportement humain, culturel, et agronomique.

Ces propos me seront je pense pardonnés, ils sont l’expression d’un homme mur (82 ans) qui pense avoir encore le droit de s’exprimer, sans avoir besoin de (lisser) ses mots, afin d’être agréable à tout le monde, Il a vraiment mal, que l’on ignore sa Gascogne.

           Lou Georges dou Cadet

Décèptious et régrèts.

Coumo hèré vosté sèrbitou, sé nou bénguéouo pas, éncouèro un cop, bous dizé sa décèptioun dé bézé sé créa uo grano régioun doun nou pot mèmo pas prounounça lou nom. Noun pas qu’aquésté lou sié désagréablé, bièn aou countrari, més à counditioun qué s’arrèsté à la Garouno.

Diguén soun N°148 dou 5 dé Juin 2014: Lou Déspésatgé, qu’éxprimaouo uo pénsado, aouzado, pèrsounèlo, qué poudéouo surpréngué : bézé lou Gérs, é las Haoutos Pyrénéos, sé réstaca aou bassin Aquitain. Aouéouo émètut uo proupouzitioun qu’èro la souo. Diguén lou N° 151 dou 22 aouch 2014 : E si Bourdèou rétroubaouo sa Gascougno

Qu’énsageait pou séntimén, quaouquo counéchénço réèlo, é quaouqués chiffrés éndispénsablés éntà justifià soun résséntit.Lou chapitré165 dou 20 Octobré 2015 :Gascous, é fiers dé l’ésté,dècho parlà soun co sincéromén, é bous counfio sous séntiméns.

Quand bé diguén la prèsso las bagarros élèctoralos, qué n’an pas rédé discussious suous problèmos dé las régious, ( las soulos qué mous éntérèsson), aou méns éntà la plupart dé nouzaous. Déchém, é subim aquéro bataillo dé partits, qué diguén uo époquo pas trop éloignado s’appéraouon : dréto, gaoucho, moudérats, é aouéy i a uo dètzéo d’appélatious, qué, dé més, sé bolén éntourados dé barièros impénétrablos.

La décèptioun éy évidénto, més és bouléré quand mèmo éxpliqua. Qui a paouzat la questioun aous  Gascous ( dé soucho) : quino éyt vosto pousitioun ?

Qué soun las racinos qué soun habilitados à baillà aquéro rèspounso. Tout individu à sa néchénço, a sas raçinos, é sa languo « émprégnats » diguén lou vénté dé sa mama. Aquo éy, é sérà toujours indélébilé, é a toutjours éstat ignourats pèr nostés éluts, a qui aouén pourtant baillat uo bout.

So qué, éntà imatgea nosté prépaou, èxpliquo l’émpourténço qu’attribuan à la famillo, lou billatgé, lou quartiè, lou Départomén,nosto prouvinço,é nosté Pays cadun à sa plaço diguén nosté coumportomén dé citoyèns. Qué soun las raçinos, lou trounc, las brancos, las houéllos, é las flous qué counstituon nosté béroy arbré : La Franço.

Més, surtout, guèrdat diguén l’ordé, éntà pas én coupa la prouspéritat. Voilà pèrqué aouéouo baillat soun avis (pèrsonnèl) lou 5 juin 2014 chapitré 148, dé bézé réstacats lou Gers é las Haoutos Pyrénéos, à l’Aquitaino.( la fusion dabé lou Languedoc Roussillon hazéouo déjbourda lou Vasé).

Révoulutioun qu’é pénsat ? Noun tout simplomén normalo, é surtout naturèllo, vérifiablé diguén lou coumportomén humain, culturel, ,é Agronomiquo.

Aqués prépaous én séran dé ségu pardounats, qué soun l’èxpréssioun d’un homé madut (82 ans), qué pénso aoué éncouèro lou drét dé s’exprimà, sénsé aoué bézouy dé (lissà) lous mots, enfin d’èsté agréablé à toutlou moundé. Qu’à réèlomén maou dé bézé ignourà sa Gascougno.