165. Gascons et fiers de l’être.

Que ces paroles chantent bien à nos oreilles, et font du bien à nos cœurs vieillissants.

Eh bien oui, comme nous le rappelait notre bon roi Henri (IV) notre Gascogne se trouve sous la protection de la Montagne, du fleuve, et de la mer  (l’aile gauche de la Garonne, depuis le Cap dé Baqueira au Val d’Aran, jusqu’au phare de Cordouan en Gironde. Les Vascons venus d’Espagne sont venus  peuplés notre pays, remontés vers le nord et protégés (et arrêtés) par le grand fleuve à l’Est.

Les racines de notre province se trouvent ainsi protégées, mais quand on veut voir s’épanouir un bel arbre, il faut s’occuper de ces racines, le nourrir, l’élaguer, le protéger, pour le voir prospérer. Notre brave cadet de Gascogne d’Artagnan, a bien magnifié notre pays, mais nous les Ambassadeurs du peuple, l’avons-nous bien défendue ?

Notre langue Gasconne (la lénguo mayrano) celle que l’on apprend dans le ventre de sa mère, perdue depuis des siècles, et remplacée par des dialectes locaux, qui en font un charme incomparable, mais qui n’ont aujourd’hui que le mérite d’être traduits par voie orale. Votre serviteur essaie de l’écrire (au phrasé) pour en faciliter la compréhension, et en ajoutant un caractère en gras sur l’intonation du mot. Il y a quelques années, lors d’une dédicace d’un dictionnaire français-patois Gascon, il, a rencontré quelques mordus de notre belle langue  Ceux-ci avaient souhaités que l’on l’écrive, pour la transmettre aux gens du pays l’à pratiquant encore un peu, afin de se l’à rafraichir.

Il ouvrit un blog : www.lepatoisgascon.fr comprenant à ce jour 165 chapitres. Que fallait-il faire à l’époque pour se donner un but d’écriture ? Il écrivit sa vie de fils de paysan, dans une région bien définie de 1938 à nos jours. Mais ses compagnons de l’époque, quelques uns disparus, lui dirent que le blog n’était pas spécialement leur (tasse de thé) et lui conseillèrent de les mettre sur livres, écrits en Français-patois.

Chose fut faite à ce jour le tome I Le patois Gascon (1938-1950), le tome II Un patois Gascon (1950-1980), le tome III Gascon d’un jour, Gascon Toujours (1970 à 2000) . Quand au 4ième (presque terminé) il est presque contemporain, et nous laisse entrevoir les soucis actuels de toutes sortes, mais également les espoirs de demain.

Souhaitons à l’auteur de ces lignes  un peu plus de courage pour terminer cet ouvrage, afin de bien mettre en place, ce qui sera certainement  la diffusion du Béret Gascon, sur toute la Gascogne. Il est déjà en Vente ; mais nous pensons que le mois de Novembre permettra de le diffuser correctement.

Lou Georges.

 

 

Gascous, é fièrs dé l’èsté

Qu’aquéros paraoulos canton bièn à nostos aouréillos , é hèn bén à nostés cos  endoulourits.

Et bièn oui, coumo mous at rappélaouo nosté boun réy Hénric (IV) nosto Gascougno sé trobo sou la proutèccioun dé la Montagno, dé la Riou é dé la Mèr, (l’alo gaoucho  dé la Garouno, démpuch lou cap dé Baquéira aou Val d’Aran, dinc’aou pharé dé Cordouan én Giroundo. Lous Vascous bénguts d’Espagno, puplèn nosté pays, mountèn diguén lou Nord, é proutètgeats, et arrèstats à l’èst pou gran arriou.

Las racinos dé nosto prouvinço sé troubèn doun proutètjados, més quand on bo bézé s’épanoui un béroy arbré, és qu’aou occupà dé sas raçinos, lou néouri, lou nétéja, lou proutétja, éntaou bézé prouspéra. Nosté brabé caddèt dé Gascougno d’Artagnan à bièn magnifiat soun pays ; més nouzaous lous  émbassadurs dou poplé, ès qué l’aouén bièn déféndut ?

Nosto lénguo Gascouno (la lénguo Mayrano) là qué s’apprén diguén lou vénté dé nosto may, perdudo dempuch plusiurs sièclés, é rémplaçado pèr patouès régiounaous, qué lous baillo un charmé éncoumparablé, més qué n’an aouéy qué lou mériti d’èsté traduits pou parlà. Bosté sèrbitou énsageo dé l’éscrioué (aou phrazat) ént’an façilità la coumpréhançioun, é én ajoutan un caractari én gras sur l’éntounaçioun dou mot.  Y a qu’aouquoos annados qué réncountrèc qu’aouqués (mourduts) dé nosto poulido lénguo, lou jour d’uo dédicaço d’un dictiounari Françés-patouès Gascoun Aquéstés aourèm boulut qué l’éscriousson, éntà lou transmétté aou moundé dou pays qué pratiquaouon éncouèro un paou, énfin dé sé là rafrésqui.

Qu’aoubrèscou un blog : Le patoisgascon.fr, qué coumprén aouéy 165 Chapitrés. Qué caléouo hai à l’époquo és baillà un but d’éscriouturo ? Qu’éscriou sa bito dé hill dé paysan, diguén uo régioun bièn définido dé 1938  dinco aro. Més sous coupagnous dé l’époquo, (quaouqués us disparuts), lou diguoun qué lou blog n’èro pas spéçialomén la souo (tasso dé thé), é lou counsèllèn d’at bouta sur libés.

Caouzo éstèc hèyto. Lou tomo I Le Patois Gascon (1938-1950), lou tomo II Un Patois Gascon (1950-1980), lou tomo III Gascon d’un jour, Gascon Toujours (1970 à nos jours soun diffuzats. Quant aou  4ièmo ( prèsqué finit, y prèsqué dé nosto époquo é mous dècho éntrébézé lous souçis actuèls dé toutos sortos, més égalomén lous èspouèrs dé douman.

Souhaitén à l’aoutou qu’aquéstos lignos un paou més dé couratgé éntà tèrminà aquésté oubratgé, énfin dé boutà én plaço ço qué sérà la diffusioun dou bérét Gascoun sur touto la Gascougno. Qui déjà én bénto,Més qué pénsan qué lou més dé Nouvémbré pèrméttérà dou  diffuza courrèctomén