Il est là….Le Béret Gascon.

Voilà longtemps qu’il y pensait. Pour lui il pensait que ce serait une consécration de vie.Quand le créateur vous a accordé 4 fois 20 ans, (et un peu plus) vous ne pouvez savoir quand il vous rappellera. Après avoir raconté pendant 4 ans, sa vie, son amour pour sa  Gascogne, et pour  sa « lénguo Mayrano » : Le Patois Gascon, il veut maintenant concrétiser et surtout rassembler.Quoi de plus beau que porter sur sa tête l’emblème de notre pays : Le béret Gascon avec son blason, et l’inscription en lettre d’or : Je suis Gascon, je porte le béret.

Son Ier Objectif chercher un fournisseur ; il ne pouvait venir que d’Oloron. 64. Capitale mondiale du Béret. La brodeuse est dans la même vallée, l’inventeur et le créateur sont Mirandais, et c’est un Clermontois qui en aura la concession.

Car il voulait que cette mission qu’il souhaite confier, soit menée par des hommes et femmes dynamiques, et en pleine force de l’âge. Mais il y est arrivé, les modèles sont sur son bureau, il faut juste organiser les commandes, faire un peu de publicité,  trouver des précurseurs qui portent le béret.

Car il faut relancer cette belle coiffure, qui rassemblera les Gascons du Val d’Aran au Bec d’Ambez, sous l’aile gauche de la Garonne. Bien sur qu’il sait qu’il y a plusieurs patois, plusieurs petites régions, mais soyons sérieux : la langue maternelle, nous en avons tous une, sachons la garder, et surtout la transmettre.

Nous avons besoin de nos racines, elles sont indispensables à notre équilibre.  Il se propose très prochainement de vous faire des propositions très avantageuses, car il est bien entendu que lui ne prendra aucun bénéfice, sa passion et son plaisir à rassembler, le paieront largement de son travail. Mais qui est ce bonhomme :

Lou Georges dou Cadét.

Y aquiou ….Lou bèrét Gascoun.

Ya lountémps qui pénsaouo. Entà ét, qué pénsaouo qué séré uo consécratioun d’uo bito.Quand lou créatou bous a accourdat 4 cops 20 ans, (é un paou més) nou poudét pas sabé quand bous appèrérà. Après aoué racountat péndén 4 ans, sa bito soun amour éntà sa Gascougno, é pèr sa « lénguo Mayrano » : Lou Patouès Gascoun, qué bo, aro, countrétiza, é rassémbla.Qué dé més bèt qué dé pourtà suou cap l’émblèmo dé nosté pays : Lou bérét Gascoun dambé soun blasoun è l’inscriptioun én léttros d’or : je suis Gascon, je porte le béret.

Soun prumè objectif : cèrcà un fournissur ; nou poudéouo véngué qué d’Oloron 64. Capitalo moundialo dou bèrét. La Brouduzo éy diguén la mèmo valéo,L’énbéntur é lou créatou soun Mirandés, é qui un Clèrmountoués qué aourà la Concéssioun.

Emproumou qué bouléouo qu’aquéro missioun qué souhaitaouo counfià, éstèsso amiado pèr homés ou hénnos dynamiquos é én pléo forço dé l’atgé. Més y éy arribat, lous modèlos soun sur soun buréou, manquo justé à organisa las coumandos, trouba précursurs aou port dou bèrét.

Qué caou relança aquéro poulido couaffuro, qué déou rassemblà lous Gascous : dou Val d’Aran, aou bèc d’Ambèz, débat l’alo gaoucho dé la Garouno. Ségu qué ya plusiurs patouès, forços pétitos régious, més un paou dé sérious : la lénguo maternélo n’aouén toutés uo. Sagén dé la guardà, é surtout dé la transmété.

Qu’aouén bézoui dé nostos raçinos, qué soun éndispénsablos à nosté équilibré. Qué bous ba hai  lèou proupousitious aouantatgeousos, I bièn énténut qué nou prénguéra nat bénéfiçi, sa passioun, é soun plazé à rassémblà, lou paguéran largeomén dé soun trabail.Més qui éy aquét homé :

Lou Georges dou Cadét.

Fabriqué en France à Oloron Sainte Marie (64)

Fabriqué en France à Oloron Sainte Marie (64)

Lou Georges portant fièrement le béret

Lou Georges portant fièrement le béret