Soixante ans de vie rurale (suite) 

Chose est faite, pour un 1er livre reprenant les 25 chapitres édités (sans retouches, par rapport au blog) avec un certain succès. Un 2ème livre comprenant 50 chapitres agrémentés par 100 photos couleur  est en vente. Ils ont été dédicacés le mardi  16 Septembre à Trie et le18 à Miélan.

Le tome III Gascon d’un jour, Gascon toujours, sera dédicacé à Mirande sous la halle les 23 Février et le 2 Mars2015.

Avec ce livre sera complétée la vie d’une famille depuis 1940 à 2000  « paysanne jusqu’au bout des ongles ».

Je voudrais ici, répondre a de nombreuses personnes, qui m’ont demandé comment j’avais pu faire tout cela. J’ai découvert que la maturité, et le potentiel d’un individu, se situe de 35 à 45 ans. Que l’équilibre familial, des enfants sans gros problèmes, bien éduqués par la maman, compte tenu d’un père souvent absent, et surtout d’une épouse discrète, mais toujours au soutien de l’homme dit « fort ».  Que serait-il sans l’appui de Lucienne. Qu’elle en soit ici publiquement remerciée.

L’auteur a voulu relater en Français-Patois Gascon, seule langue parlée en Gascogne par les anciens :La lénguo mayrano « la langue maternelle ». Comprenez son désespoir quand il voit que l’on veut remplacer en Gascogne, par l’enseignement de la langue occitane, pourquoi ? Egalement marquer nos places d’Auch capitale de la Gascogne en Occitan, ou allons nous !

Facile de comprendre qu’a mon âge, je ne vais pas révolutionner notre département, mais je pourrais encore participer avec une équipe de Gascons un peu plus jeunes, a réveiller quelques endormis, sur des réalités qui font mal.

Je viens de publier sur mon blog, La chanson du béret que j’ai traduite en Gascon.

Je voudrais proposer de faire un béret avec le blason Gascon, avec une portée de musique supportant les notes et lettres de : Je suis Gascon, je porte le béret.

Cela serait fort et indélébile

                                                                   Lou Georges dou Cadet.

Soixant’ans dé bito ruralo, (suito)

Caouzo y hèyto , éntà un prumé libé, qué réprén lous 25 chapitrés éditats (sénsé retoquo) dabé un certain succès.Un ségoun libé dé 50 chapitrés agréméntat dé 100 photos én coulou, qu’éy én bénto. Qu’éstè dédicaçat lou 16 Sètémé à Trio, é lou lou 18 à Mièlan.

Lou troizièmo : Gascou d’un jour, Gascon toujours sérà dédicaçat à Mirando débat la Hallo lous 23 dé héourè et lou 2 dé Mars 2015

Dab aquét libé sérà coumplétado la bito d’uo famillo dé 1940 à 2000 « paysanno dincaou cap dé las unclos ».

Qué boulérii réspouné a dé noumbrouzos pèrsounos, qué m’an démandat coumo awéy poudut hai tout aco. Qu’èy déchcoubèrt tout d’abord qué la maduritat, é lou pouténcièl d’uo pèrsouno, és situon dé 35 à 45 ans. Qué l’équilibré familial, dronlés sénsé problèmos émpourténs, bièn éduquats pèr la mama, counté téngut d’un d’un pay soubént partit, é surtout d’uo coumpagno réservado aou soutièn dé l’homé dit « fort » Qué séré, sénsé lou soutièn dé Luciènno. Qué sio açi publicomén rémerçiado.

L’aoutou a voulut rélétà én Françés-Patouès Gascoun, soulo lénguo parlado én Gascougno pous ancièns : La lénguo Mayrano « la lénguo maternèlo ». Coumprénguérat soun désespouèr quant bé qué bon rémplaça én Gascougno, pèr l’énseignomént dé la lénguo occitano, pèrqué ?. égalomén marqua las plaços d’Aouch capitalo dé la Gascougno  én occitan, aoun ban !

Façilé dé coumpréngué qu’a moun atgé, nous baou pas révoulutiounà nosté départomént, mès qué pouyri éncouèro partiçipa dabé uo équipo dé Gascous un paou més jouéns, à déjbeillà quaouqués éndroumits, sur réalitats qué hèn maou.

Qué béngui dé publià suou Blog, la cansoun dou bérét, qu’èy traduito én Gascoun.

Qué bouléri propaouza dé hai un bérét dabé  lou blazoun Gascoun, dambé uo pourtado dé musiquo suppourtan  las notos é léttros dé : je suis Gascon, je porte le bérèt .

Aco séré fort, é éndélébilé.