157 Bonne fêtes, et bonne année 2015.I

l est évident, que nous venons vous souhaiter une bonne et bonne et heureuse année 2015, mais nous n’avons pas le droit de nous voiler la face, nous touchons au fond de l’acceptable pour une certaine catégorie de gens, qui ne peuvent pas vivre avec un SMIG de moins de 1500 Euros.

Il y a dans notre pays trop de pauvres, nous n’avons pas dit qu’il y avait trop de riches ; nous en avons besoin, mais le partage des revenus est trop mal réparti, et il n’y a pas d’autre solutions que d’instaurer un impôt sur le revenu à partir de la valeur du SMIG, proportionnel jusqu’à la plus grosse fortune. Nous avons pensé que des personnes de la base, travaillant sans animosités et avec sérieux, pouvaient proposer des solutions. Nous avons assez d’énarques dans notre pays pour mettre en harmonie un impôt équitable à toute personne produisant un revenu.

Comment un ménage ne rentrant pas 3000 Euros par mois, peut-il vivre décemment, et participer au relèvement de son pays. Ils seront très fiers de payer un minimum d’impôt sur le revenu, c’est une œuvre citoyenne qui ne les rabaissera pas auprès de la Société, et changera obligatoirement leur comportement.

A partir de cette augmentation d’impôts, le problème serait réglé, et le gouvernement issu d’un important scrutin, qui serait obtenu par le vote de 85 % de citoyens, pourrait décider toutes classes confondues, des désirs de réaliser, quelques initiatives heureuses, ou de freiner quelques actions secondaires, ou non prioritaires. Et là encore une fois nos énarques seraient chargés d’accommoder le menu.

Tout d’abord, il faudrait donner aux PME et PMI,  les pouvoirs d’embauche avec quelques garanties, d’abaissement des charges, une limitation de paperasses, et une protection aux frontières pour la vente. Les entreprises devant participer  à la finalité de ces décisions. L’argent du particulier doit servir notre pays : obligation avec l’Impôt, par civisme pour les emprunts d’état. Mais voilà !

Ou est passé notre confiance avec les affaires qui nous minent depuis des décennies, il nous faut retrouver le civisme, l’honnêteté, l’égalité, la rigueur, qualités essentielles pour nos élus. Peut-être reverront nous à ce moment, des citoyens revenir à 85% auprès des urnes, voter pour des hommes dépouillés de leur « carte »qui  pour nous n’a plus de valeur, mais plutôt voir rallier des programmes conséquents, auxquels on aura envie d’adhérer.

Le tout sera complété par un équilibre dans notre pays qui permettra d’être de bons élèves pour notre Europe indispensable, mais ou les frontières joueront un rôle de protection et d’équilibres avec le commerce mondial. (je souhaiterais que vous lisiez le chapitre 36 : Un Rêve que j’avais publié le 18/11/2011).Ne nous prenez pas pour des donneurs de leçons, mais plutôt pour des citoyens qui pensent à l’avenir de leurs enfants, afin qu’ils soient encore fiers de regarder sur les portails de nos Mairies les trois mots de :

 Liberté, Egalité, Fraternité.

 Bonne et heureuse année 2015 à tous

 

 

 157 Bounos hèstos et bouno annado 2015

Qui évidén, qué bous bénguén souhaità uo bouno é èyrouzo annado 2015, més n’aouén pas lou drét dé mous vouèla la faço, qué toucan aou cap dé l’inaccèptablé éntà uo cèrtaino catégorio dé moundé qué nou podén pas bioué, dabé un SMIG d’aou méns 1500 Euros.

Y a diguén nosté païs trop dé praoués, n’aouén pas dit qu’i a trop dé richés ; qué n’aouén bézouy, més lou partatgé dous rébénguts y bièn maou répartit, é n’y a pas d’aoutos soulutious qué d’énstaoura un impôt suou rébéngut, a parti dé la balou dou SMIG,proportionnèl dinco la més grosso fourtuno.Aouén pénsat, qué pèrsounos dé la bazo trabaillàn sénsé animozitat, é dabé sérious poudéouon proupouza solutious. Aouén prou d’énarquos diguén nosté pays, éntà bouta én harmounio un émpôt équitablé à touto pèrsouno qué produich un rébéngut.

Coumo pot hai un ménatgé qué n’éntro pas 3000 Euros pèr més éntà bioué bièn, et participà aou dévelopomén dé soun pays.Qué séran fièrs dé paga un minimum d’impôt suou rébéngut, qu’éy uo obro citoyèno qué nou rébachérà pas aouprès dé la souciétat, é cambiérà aoubligatouèromén lou coumpourtomén.

A parti d’aquéro accepatioun d’émpôt  lou problèmo sérà règlat, é lou goubèrnomén issut d’un voto émpourtén dé 85% dé citoyèns, pouyré décida, toutos classos counfoundudos, dé l’émbéjo dé réaliza initiativos hèyrouzos, ou frènà quaouquos actious ségoundarios, dou méns pas prioritarios, é aquiou éncouèro nostés énarquos s’éncargéran de préparà lou ménu.

Tout d’abord caléré bailla  àous PME é PMI lous poudés d’émbaoucho dabé quaouquo garantido, dé bacha las cargos,uo limitatioun émpourténto dé papérassos, proutèctioun à las frountièros éntà la bénto. Las éntréprézos déouran participà à la finalitat dé las déçizious. L’argént dou particuliè déou sèrbi nosté païs : Aoubligaçioun pèr l’émpôt, pèr civismé pèr émprouns dé l’éstat ; Mès voilà !

Oun y passado nosto counfiénço dambé lous ahais qué nous minon démpuch quaouquos décados. Qué mous caou lou civismé, l’haounèstétat, l’égalitat, la rigou qualitats éssentièlos éntà nostés éluts. Bélèou qué bèyran én aquét moumént citoyèns s’approuchà à 85 % dé las urnos, voutà éntà homés  sénsé ésta éncartats qué éntà nouzaous n’a pas més dé balou, més méillou ralià programos couséquéns oun aouran émbéjo d’adhérà.

Lou tout sérà coumplétat pèr un équilibré diguén nosté pays, pèrmétén d’èsté dé bounés élèvos éntà nosto Eouropo indispénsablo, oun las frountièros joguén lou rôlé dé proutectioun, et d’équilibré éntaou coumèrço moundial. (Qué bouléri qué légiscoussot lou chapitré N°36 éscriou lou 18/11/2011.) Nou mous préngats pas pèr baillayrés dé léçous, més béléou pèr citoyèns qué pénson à l’abéngué dé nostés dronlés, éntà qué sion éncouèro fièrs dé légi suous pourtaous dé nostos mairios lous très mots dé

Libertat, Egalitat, Fraternitat

Bouno é hèyrouzo annado 2015 à touts.

Lou Georges dou cadet