Adieu Pierre.

 Nous nous étions connus en 1944 au collège de Mirande, (appelée alors Ecole supérieure de Mirande), je rentrais élève interne à 11 ans, j’étais le plus jeune et le plus petit, lui élève externe  habitant la ville,  était déjà un  costaud de 14 ans.

Dire que nous avions sympathisé ne serait pas vrai, il y avait entre nous une grande différence, je me souviens de notre professeur de dessin en 6 ième, qui me disait toujours : regarde les dessins de Maïmir, et tu comprendras (je n’ai jamais su dessiner, ma meilleure note était  de 3/20). La classe de 3 ième était la classe d’études pour les internes, équipée de  bureaux fermant à clef, il m’arrivait de trouver quelques dessins du  « maitre » que je collectionnais, car il était doué le gaillard !

Quittant l’école en 1946, pour causes de maladie, par la suite habitant Clermont depuis 1948, nous nous rencontrions sur les marchés de Mirande, car ce jeune qui avait fait l’école des beaux Arts, mena pendant de nombreuses années, la double charge de professeur de dessin au collège, et de tailleur de pierre auprès de son père Marbrier.

Nous nous rencontrions de temps en temps, nos rencontres étaient furtives, mais assez profondes, on ne se tapait pas sur l’épaule avec Pierre, c’était toujours du sérieux. Ayant repris une formation d’Agronome je venais toutes les semaines à Mirande, ce qui provoquais les rencontres. Par la suite nos rencontres s’écartèrent un peu plus. Apres avoir fait une carrière dans l’Agronomie dans les départements du Gers et des Htes Pyrénées, nous nous retrouvâmes sur la place d’Astarac, moi dans l’immobilier et la location.

Les rencontres furent un peu plus nombreuses, car le sport, et la musique, étaient partagés par nos enfants respectifs, sur Mirande. C’est à partir de 1980 que le Commerce nous unit un peu plus. Toujours dans l’ombre Pierre participa ; il créa le « Logo » de l’UDEM (Union pour le développement économique du Mirandais) ; il avait déjà compris que Mirande sans son Canton, ne pouvait pas prospérer harmonieusement (il doit encore rester sur des portes d’entrée d’anciens magasins, ce logo qui est aujourd’hui un talisman). Son fils Philippe me remplaça, après mon passage à cette association.

Pourquoi j’ai eu une telle amitié pour un homme, avec lequel nous n’avions pas d’attaches particulières, mais nos rencontres étaient toujours réfléchies, sincères voir même commerciales, toujours terminées par un sourire qui se cachait derrière ses grosses joues.

Pourquoi ris-tu de là- haut quand je raconte ces histoires à tout le monde ? Tu l’as bien mérité !

 

    Adieu Pierre, A plus. 

                                   Ton Ami Georges.

 

 

 Adiou Pièrrot

 Mous èron counéguts én 1944 aou Coulètgé dé Mirando, (apérat à l’époquo Escolo supériuro dé Mirando) Qu’éntraoui élèvo éntèrno à 11 ans, qu’èri lous més jouén, é lou més pétit, ét, èro élèvo èxtèrno habitan la Bilo, èro déjà un costaud dé 14 ans.

Dizé qu’aouèn sémpatizat nou séré pas bertat, y aouè éntré nouzaous uo grano différénço, qu’ém brémbi dé nosté proufèssou dé déssèn én chés’ièmo, qu’ém dizéouo toutjours : èspio lous déssèns dé Maïmir, é coumprénguéras, (n’èy jamés sabut déssinà, ma méillou noto èro 3/20). La classo dé 3ièmo èro la classo d’éstudis éntaous éntèrnos, équipado dé burèous barrats à claou, qué m’arribaouo dé trouba quaouqué déssèns dou « mèstré », qué coulèctiounaoui, qu’èro douat lou gaillard !

Quittèy l’éscolo én 1946, caouzo dé maladio, pèr la suito habitant Claramount démpuch 1948, mous réncountraouon suou marcat dé Mirando, aquét jouén homé qu’aouè haiyt l’éscolo dous bèt’arts, amièc péndén dé noumbrouzos annados, la doublo cargo dé proufèssou dé déssèn aou Coulètgé, é dé tallur dé pèyro aouprès dé soun pay marbriè.

Mous réncountraouon dé téms én téms, nostos réncountros èron courtos més prou prégountos, mous tapaouon pas sur l’éspaoulo dabé Pièrro, èro toujours sérious. Aouèy réprés uo fourmatioun d’Agronomo, bénguéoui cado sémano à Mirando, ço qué prouvouquaouo las réncountros. Pèr la suito las réncountros s’éscartèn un paou més. Après aoué haiy uo carrièro diguén l’Agronomio diguén lous départoméns dou Gérs et dé las Haoutos Pyrénéos, mous tournèn trouba sur la plaço d’Astarac, jou diguén l’immoubiliè et la loucatioun.

Las réncountros èron més noumbrouzos, lou sport et la musiquo èron partatgeats pèr nostés dronlés rèspèctifs, sur Mirando. Qui à parti dé 1980, qué lou coumèrço nous uniscou un paou més. Toujours diguén l’oumpro, Pièrro participaouo ; qui ét qué créait lou « Logo » dé l’UDEM ( Uniou éntaou dévelopomén économiquo dou Mirandés). Qu’aouè déjà coumprés qué Mirando sénsé soun cantoun, nou poudéouo prouspérà harmouniouzomén. (Qué déou éncouèro démourà sur quaouquo porto d’éntrado d’ancièns magazis, aquét logo  qui aouéy un talisman). Soun hill philippo qu’ém rémplaçait après moun passatgé én aquéro assouçiatioun.

Pèrqué aiy aut uo talo amistat ént’àquét  homé, damb’aqui n’aouèy nado rélatiou particulièro ? Nostos réncountros èron toujours réfléchidos, franquos, bézé mêmo coumerçialos, toujours tèrminados pèr un arrizé éscounut darrè sas grossos machairos.

Pérqué arrizés d’aquiou haout quant racounti aqu²ros histouèros à tout lou moundé ? A g’as bièn méritat !

Adiou Pièrrot. A més tard.

Toun amic.        Lou  Georges.