1. Le ganadero de l’Astarac

Il y a longtemps qu’il m’aurait plus de vous présenter ce Gascon bien de chez nous, râblé, trapu comme le rugbyman qu’il a été, un cœur aussi gros que le bonhomme, mais un tempérament affirmé et ne reculant devant rien, et donc pourtant : il élève des taureaux de combat.

Ce bonhomme s’appelle Jean Louis Darré. Si je me permets ces familiarités avec lui, c’est que je l’ai connu à l’âge de 14 ans, alors qu’il était à l’école d’Agriculture St Christophe à Masseube, avec mon jeune frère Michel. Apres nous nous sommes retrouvés autour des barrières de terrains de rugby, et plus tard travaillant dans la construction, lui suivant les travaux de restauration  de son nid familial de couple. Par la suite, avec deux aficionados à la maison, j’ai suivi sa promotion de ganadero, rendu visite une ou deux fois à Cantaous, et dernièrement, lors d’une visite de nos jumelés Espagnols de Sangarrèn , nous avons passés une agréable journée avec les communes d’Idrac et de Clermont avec cet homme qui est vraiment un personnage.

Jean louis nous a donc accueilli dans son  élevage, et nous a auparavant présenté sa ferme  300 Ha d’élevage, 100 ha de cultures (chiffres approximatifs) comprenant également un cheptel de 400 têtes avec les naissances. Les troupeaux sont disséminés dans de grands parcs, en fonction de leur âge, qui correspond à des traitements bien définis  (saillie pour reproduction). Car ici tout est produit à la ferme, le troupeau est marqué au fer rouge.

Jean Louis à deux lignées : la première : les Astarac et en deuxième les Santiago dé Compostèlla. Ici nous fut expliqué le travail du Sémental ,  le taureau qui doit être renouvelé assez souvent, afin d’éviter la consanguinité. Donc pas d’insémination artificielle (je ne voie pas l’éleveur derrière ses vaches avec la seringue). Apres toutes ces explications nous voici partis sur une grande remorque avec barrières, et chaises particulières s’il vous plait ! (40 personnes) le plus discrètement et lentement possible dans le parc des 4 ans (500 Kgs), bons pour la corrida du printemps 2015.

Jean Louis après avoir ouvert et refermer de grandes et solides barrières, s’installe au milieu d’une parcelle, descend de son tracteur, tranquille, et nous présente son troupeau d’une vingtaine d’animaux, seul sans défense au milieu de la prairie, après nous avoir demandé d’éviter les grands gestes, et bruits de voix. Le troupeau se trouvant à une cinquantaine de mètres, c’était magnifique à voir ; ce troupeau (noir de geai), ses cornes bien enlevées, un calme pas très rassurant pour nous, mais serein chez les animaux qui reconnaissaient bien leur gardien. Après beaucoup de questions posées, et des réponses tout aussi pertinentes, nous voici repassant les barrières, et très rassurés au passage de la dernière. En face nous dans un grand parc clôturé deux magnifiques taureaux « sémental » au repos.

La suite appartient à l’association « el Cambio » qui avaient  organisé cette magnifique journée, le maitre des lieux leur avait prêté ses magnifiques installations de restauration pour nous accueillir.

En conclusion Jean Louis est un passionné d’élevage, celui-ci sort de l’ordinaire, mais Jean Louis n’est pas quelqu’un d’ordinaire, il a baigné depuis son jeune âge autour, et dans les Arènes (très belle installation chez lui), son élevage (grandiose), il l’a créé durant une vie, sa propriété ; ne le prenez pas pour un nanti (il y a aussi du fermage) et cela n’a pas du être facile de faire des regroupements de terres pour lui.

Je vais vous faire un aveu ; je n’aime pas la corrida, je ne voudrais pas être matador, mais que je sache, il ne me viendrais pas a l’idée de critiquer cet art noble sans raisons. Et puis Jean Louis est un Ganadero, et un homme bien. Merci à tous pour cette belle Journée.

 

                                                                          Georges Pérès.

 

 

 Lou Ganadero dé l’Astarac. Y a lountémps qu’ m’aouré hèyt plazé dé bous préséntà aquét Gascoun bièn dé nosto. Rablat, traput, coumo lou rugbymèn qu’éy éstat, un co aoutà gros qué l’homé, més un tampéramén affirmat, nou réculan dawan arrén ; é dounc pourtant, qu’éjlèouo taourés dé coumbat.

Aquét homé s’appèro Jean Louis Darré. S’ém podi pèrmété quaouquo familiaritat damb’ét, qué l’èy counégut à l’atgé dé 14 ans, qu’èro à l’éscolo d’Agriculturo St Christophe dé Masséoubo dabé moun jouén fray Michèl. Après mous èn tournat  troubat aoutour dé la barrièros dous tèrréns dé Rugby, é més tard trabaillan diguén la counstructioun aoué séguit la rèstouratioun dé soun nizè familial dé couplé. Pèr la suito, dabé dus (affiçionados) à la mayzoun, qu’èy séguit sa proumoutioun dé « Ganadéro » réndut visito un ou dus cops à Cantaous, é darrèromén, péndén la visito dé nostés jumélats èspagnols dé Sangarrèn. Aouén passat uo agréablo journado dabé las coumunos d’Idrac é dé Claramount dab aquét homé qui réèlomén (un pèrsounatgé).

Jean Louis nous a accueillit diguén soun éjléouatgé, é nous a préséntat sa fèrmo dé 300 Ha d’éjléouatgé, 10o Ha dé culturos (chiffrés aou plus proché) é un cheptèl dé 400 caps, dabé las néchénços. Lous troupèts soun disséminats diguén dé grans parcs, én founctioun dé l’atgé, courrèspoundén a traitoméns bièn différénts (sallidos éntà la réprouductioun). Açi tout y produit sur la fèrmo, lou troupèt éy marquat aou hèr rougé.

Jean Louis a duos lignados : lous Astarac, é én ségound Lous santiagos dé Compostélla. Aquiou mous èxpliquèn lou trabail dou Séméntal, lou taouré déou èsté rénouvélat prou soubén, éntà éjbità la counsaguinitat. Dounc pas d’inséminatioun artificièlo (nou béy pas l’élevur darrè sas vacos dab uo séringuo). Après toutos aquéros explicatious, mous dirigean sur uo grano rémorquo barrado dé barrièros,é équipado dé cadièros particulièros, si bou plait ! (40 pèrsounos) lou mès léntomén poussiblé diguén lou parc dous  4 ans 500 Kgs, bounés éntà las corridas dou printéms 2015.

Jean louis après aoué aoubèrt é tourna barrà dé soulidos barrièros, s’instanlo aou méy dé la parcèlo, débaro dé soun tractur, tranquilé, é mous présénto son troupèt d’uo vintéo d’animaous, soul, sénsé défénso, après mous aoué démandat d’éjbità lous grans gèstés, é pas hai brut. Lou troupèt sé troubaouo à uo cinquant’éo dé mèstrés, qu’èro magnifiqué à bézé ; aquét troupèt (néré dé gay), las cornos bièn réléouados, un calmé pas trop  rassurén éntà nouz’aous, més tranquilé éntà las bêstios, qué récounéguéouon lou Gardièn. Après forço quèstious paouzados, é réspounsos pèrtinéntos, mous trouban  répassà las barrièros, é rassurats aou passatgé dé la darrèro. En faço nouz’aous diguén un gran parc clôturat dus magnifiqués taourés (Sémèntal) aou répaous.

La suito appartént à l’assouçiatioun « el Cambio » qu’aouè organizat aquéro magnifiquo journado. Lou  « mèstré dous locs » aouè prèstat sas magnifiquos énstanlatious dé rèstaouratioun éntà mous accuillir. En couclusioun Jean Louis èy un passiounat d’éjlèouatgé, aquésté sort dé l’ourdinari, à bagnat démpuch soun jouén atgé, aoutour, et diguén las Arènos ( bièn poulidos à souo), soun éjléouatgé (fabulous), qué l’a créat durant uo bito ; nous l’imaginét pas coumo un «nantit », (qué y a tabén fèrmatgés), é n’a pas dégut èsté façilé éntà régroupà las tèrros éntà ét.

Qué bous baou hai uo counfèso ; n’aymi pas la corrida, nous bouléri pas èsté matador, més noum bénguéré pas à l’èydéo dé critiqua aquét art noblé sénsé razoun. E Jean Louis quéy un ganadéro, é un homé bièn. Mèrçio pèr aquéro poulido journado.