Après les violents orages de l’année 2014.

Cette année un peu calamiteuse, n’est pas unique dans nos annales, mais comme nous avons la mémoire un peu courte, la météo régionale nous le rappelle de temps en temps. Il y a eu une évolution dans le monde rural qui nous entoure, plus ou moins bien suivi. L’eau est un fléau que l’on ne combat pas ; on  le maitrise.. Qu’avons-nous fait pour cela ? Le fauchage trop tardif des talus, avec des herbes de 1 m de hauteur bouche des fossés non entretenus, favorise le passage de l’eau sur les chemins, arrivant en trombe sur les points bas, et cause des dégâts importants, et un travail immense de remise en état. Le manque d’entretien des fossés, des chemins ruraux, provoque des dégâts très importants, et nos municipalités n’en sont pas toujours conscientes. Il est exact que refaire une route avec de gros engins est plus gratifiant à l’œil, sauf pour le contribuable. Que de dépenses évitées, s’il y avait un peu plus de discussions entre riverains et la Commune, chacun se rappelant ses droits et ses devoirs. Car la commune à des devoirs, mais aussi des droits.

Quand on voit aujourd’hui les arbres en bordures de routes, le riverain doit maintenir l’applond  de sa végétation à la limite de sa propriété (que de feuilles et branchages seraient évités causant des débordements). Tout propriétaire doit maitriser ses surfaces et conduire l’eau vers un fossé public (et non chez le voisin en aval : trop facile).

A ce moment là on peut exiger des services publics. Tout passage vers un champ est à la charge du propriétaire, par un pont sous contrôle de la commune, afin que celui-ci permette un bon écoulement de l’eau.

Revenons si vous le voulez bien sur les semis  d’été et d’automne : Il ya cinquante ans, des champs de 2 Ha paraissaient énormes, aujourd’hui ils font 10 Ha. Après le semis l’Agriculteur avec sa charrue, et sa paire de vaches, traçait un sillon léger vers les points bas pour « égoutter son champ ».. Aujourd’hui, c’est le drain enfoui qui remplace la technique ancienne, mais faut-il encore que le collectif public qu’est le fossé existe, et qu’il soit entretenu.

Tout cela se fait avec un dialogue constant, amical, et constructif entre les deux parties ! Les techniques culturales ont évoluées, les semis sans labours sont avancés (très bonne technique), mais les boulbènes de l’Astarac ont besoin d’être griffées profond au préalable, et régulièrement, afin d’améliorer leur perméabilité, et le ruissèlement trop important.

L‘orage sur l’ouest de Mirande, dans la soirée du 20 Septembre (27mm en 20 m) a été la photo conforme de ce qui a été relaté plus haut. Dommage que les doléances répétées, et une visite sur place, demandée depuis des années n’ait pas été prise en compte. Les dégâts sont là, il a fallu les réparer, et on est au même point.

Il semblerait qu’on va faire quelque chose, nous attendons de voir et surtout, si possible de pouvoir s’expliquer, et discuter ensemble  des décisions claires et le moins couteuses possibles, et une réalisation immédiate ; il est exact qu’il est de plus en plus difficile de prévoir ces intempéries aussi rapides que précipitées, pour lesquelles il faut prévenir si on ne veut pas avoir à guérir.

Commune de 2342 Hectares, beaucoup de chemins ruraux, l’agriculture et sa voirie sont relativement importants. Des élus riverains, seraient à même de rapporter ces problèmes.

 

Après lous aouratgés dé 2014. Aquésto annado, un paou calamitouzo, n’éy pas uniquo diguén las analos, més coumo aouén la mémouèro courto, la météo régiounalo nous at rapèllo dé téms én téms.Y a uo évoulutioun diguén lou moundé rural qué nous éntouro, plus ou mén bièn séguit. L’ayguo, éy uo caouzo qué nous coumbat pas, qué la caou mèstriza Qu’aouén hèyt ent’aco ? Lou daillatgé dous talus dabé hèrbos dé 1 m dé h²out boussouon lous barats maou éntréténgut, favorizo lou passatgé dé l’Ayguo suou camin, arribo én troumbo suou punt bach, é hai dégâtsémpourténs, é un travail dé réparatioun tèrriblé.Lou manquo d’éntrétièn dous barats dous camis ruraous provoquo dégâts émpourténs, é las municipalitats noun soun pas toutjours cousciéntos. Y bèrtat qué réhai uo routo dab² dé grossés angèns, y més gratifiant à l’ouéil, à part éntaou countribuablé. Qué dé déspénsos éjbitados, sé y aouéouo més dé discussioun éntré riverains é la Coumuno cadun rapélan sous dréts é sous déoués. La Coumuno a déoués,  més tabén dréts.

Quant on bé aouéy arbrés é sègos én bourduro dé routo, lou riverain déou ploumbà sa végétatioun à la limito dé la proupriétat (qué dé houéillo é brancos sérén éjbitats, qué caouzon forços déjbordoméns). Tout proupriétari déou méstréja sas surfaços é amia l’ayguo décap un barat public ( é nou ché aou bézin dé bach (trop façilé). En aquét moumént on pot èsté èxigeant éntaou sèrviçi public. Touto entrado diguén uo pèço éy à la cargo dou proupriétari, pèr un pount, sous countrolé dé la Coumuno, énfin qué l’Aygo pousqué coulà normalomén.

Tourném sé boulétz bièn suous sémis d’éstiou é d’aoutouno : y a 50 ans pèços dé 2 Ha pariouon énormos aouéy qué hèn 10 Ha. Après lou sémis, l’agricultur dabé sa charruo, é soun paréil dé bacos, traçaouo un pétit souc  décaaou punt bach éntà « ejgoutta » la pèço. Aouéy, qui lou drain éntèrrat qué rémplaço la techniquo anciènno, més caou éncouèro qué lou collèctif public qu’éy lou barat, èxisté, é sio éntrétengut.

Tout aco sé hai dab uo énténto pèrmanénto, amicalo, é counstructivo ²ntré las duos partidos. Las techniquos culturalos an évoluat, lou sémis sénsé labour aouanço (rédé bouno techniquo), més las boubéos dé l’Astarac am bézouy d’éstà griffados pérgoun aouan, é régulièromén, énfin d’améliourà la pèrmébilitat é lou ruissèlomén trop émpourtén.

L’aouratgé suou darrè dé Mirando diguén la sérado dou 20 dé sètémé (27mm èn 20 minutos y éstat la photo counformo, de ço qui racountat aou déssus. Doumatgé qué las démandos répétados nou soun éstados prézos én counté. Lous dégâts soun aquiou, a calut réparà, é qu’én aou mèmo punt.

Qué sémbléré qué qu’aouquoun ba èsté héyt,én atténdém dé bézé, si poussiblé dés poudé èxpliquà, é discutà dé décizious claros, é las méns ounérouzos poussiblé, é uo réalizatioun immédiato ; y bèrtat qui dé més én més diffiçilé dé prébézé intempérios    aoutà rapidos qu’impourténtos. Baou méiillou prébéngué qué gari .

Coumuno dé 2342 Hectaros, forço camis ruraous, l’Agriculturo é la voirio soun prou émporténs. Elutz réverains sérén à mèmo dé rappourtà tout aquéts problèmos.

Georges Pérès.