146 L’Ecologie en Astarac.  

Difficile de connaître tous les problèmes, et mieux armés pour parler d’une région bien connue, nous parlerons en 1er de nos coteaux pentus.

Je comprends la réaction de nos éleveurs, quand on leur à expliqué qu’il ne fallait pas fertiliser ceux-ci, à cause du drainage vers le bas, car moi aussi, en vieux paysan que je suis resté, je me suis frappé la tête, pour savoir si j’avais bien entendu. Il y a déjà les bandes de protection en bordure des ruisseaux et rivières. Je suppose que des solutions adaptées seront trouvées, mais lâcher des informations telles ne peut que semer la révolte, dans un milieu sensible en ce moment.

Il est exact que l’Agriculteur, le chasseur, le pêcheur, sont les 1ers acteurs à la conservation de l’écosystème de notre nature. Il vaudrait mieux ensemble, trouver des solutions adaptées, et faites leur confiance, ils sont capables de les mettre en application, mais pas sans eux ; ils sont les gestionnaires de notre terre.

A propos de nos moteurs diesels, qui tout d’un coup sons devenus ‘de vilains’ pollueurs, alors qu’ils avaient, il y a quelques années reçus une bénédiction gouvernementale ! La non plus les Gascons que nous sommes, ne pourront accepter que d’un seul coup nous changions le fusil d’épaule, et commençons à sortir du parc automobile, tous les vieux camions et voitures sans entretien qui ont dépassé les 20 ans d’âge, quitte à aider leur propriétaire à un rachat plus rationnel, serait plus rapide et efficace.

Quand au développement de la voiture électrique, si les règles du jeu ne sont pas changées, ce n’est pas demain que ces merveilleux véhicules rouleront dans nos belles campagnes. Les ‘pétroliers’ ne voient pas cela d’un bon œil (ne vient ‘on pas de relancer le G P L tiens tiens !). Et croyez en un praticien qui viens de faire en un an 8000 Kms, les véhicules sont épatants, mais l’autonomie de 130 Kms et les bornes de recharge très rare.

S’il n’y a pas très vite des charges rapides (30m) tous les 40 à 50 Kms, il ne peut y avoir de voitures électriques. Pour cela il faut qu’il y ait un programme :  Etat, Concessionnaires, stations services. Car aujourd’hui on peut faire sans risque 50 Kms autour de son domicile. Qui peut investir 20 000 Euros pour cette ‘Fantaisie’. D’ailleurs on voit le résultat.

Notre région a très bien compris l’intérêt du Photovoltaïque et on constate, surtout en Agriculture la polyvalence de ces bâtiments.

Les pompes à chaleur commencent à remplacer les chaudières à Fuel ; bien sur nous augmentons nos besoins électriques, mais nous contribuons à abaisser l’effet de serre par l’économie du C O 2.

Souhaitons à notre tour que notre esprit civique nous fasse comprendre, qu’a notre niveau de citoyens, seuls quelques M² de panneaux photovoltaïques permettraient d’auto-suffire notre consommation électrique. Nous aurions de cette manière, participé au rééquilibre de notre planète, La Société devra faire le reste.

 

 

 

L’Ecologio diguén l’Astarac. 

Diffiçilé dé counégué touts aquéts problèmos, é méillou armats dé parlà dé nosto régioun bièn counégudo, parléran en prumé dé nostos costos péntudos.

Qué coumpréngui la réactioun dé nostés élevurs, quand on lous èxpliquo qué nou caou pas fèrtilisa las pèntos, caouzo dou drainatgé décap a bach, émprémou qué jou tabén, én biéil paysan qué soy démourat, ém tustèy lou cap, éntà sabé s’aouèy bièn énténut. Y a déjà bandos dé proutèccioun én bourduro dous barats é arrious. Qué supposi qué soulitious adaptados séran troubados, més làcha énfourmatious d’aquét ordé, nou pot qué sémouà la révolto diguén un méyloc sénsiblé én aquésté moumén.

Qui exact qué, l’Agricultur,lou cassayré, lou péscayré, soun lous prumès actous, à la counserbatioun dé  l’échosystèmo dé nosto naturo. Balérà méillou, énsémblé, troubà soulutious adaptados, é hazét lous counfiénço, qué soun capablés dé las boutà én applicatioun, més pas sénsé érés : qué soun lous gèstiounayrés dé nosto tèrro.

A prépaous dé nostés moturs dièsèls, qué, tout d’un cop soun vénguts lous ‘machans polluurs’, alabéts qu’èron éstats, quaouquos annados aouan, bénazits pèr un goubèrnomén ! Aquiou tapoc lous Gascous qu’ém, nou podém accèptà qué d’un soul cop, pousqu’an cambià lou fuzill d’éspaoulo, é couménçén d’abord dé sorté dou parc automobilo, toutés lous viéils camious é vouaturos sénsé éntrétièn, é dépassat bint- ans d’atgé, quitté à aydà lous proupriétaris à un rachat ratiounèl, séré més éfficaço.

Qant oou dévelopomén dé la vouèturo électriquo, sé las règlos dou joc nou soun pas cambiados, ni pas douman qu’aquéros mèrvèllouzos vouaturos trouèsséran nostos campagnos. Lous ‘pétrouliès’ nou bézén pas aco d’un boun ouéil !( qui bén dé rélança lou G P L ? tè tè !). Et crézét un praticièn qué bén dé hai én un an ouéyt milo kilomèstrés, lous véhiculos soun éspaténs, mès l’autonomio dé cén trénto kilomèstrés, é las bornos dé récarga trop raros.

Sé n’y a pas rapidomén bornos rapidos (trénto minutos) toutés lous  quaranto à cinquanto kilomèstrés, n’y pot pas aoué véhiculos élèctriquos. Enta-co qué caou un programo :  Estat, councessiounaris, statious dé bénto. Aouéy qué poudén hai un trajèt dé  cinquanto kilomèstrés dou domiçilé. Qui pot énvèsti vint milo Euros éntà uo ‘fantaisio’.

D’aillurs bézén lou résultat. Nosto régiou, a bièn coumprés l’intérèt dou photovoltaïquo, é on bé surtout én Agriculturo, la polyvalénço d’aquéts bastiméns.

Las poumpos à calou rémplaçon las chaudièros à fioul ; dé ségu qu’aouméntan nostés bézouis élèctriquos, més qué countribuan a abacha l’éffèt dé sèrro pèr l’économio dou C O 2.

Souhaitén à nosté tour qué l’èsprit civiquo nous hasquo coumpréngué, qu’a nosté nibèou dé citoyèns, quaouqué mèstré carrat dé panèous photovoltaïquos, pèrmétérén d’aouto-suffiré nosto counsoumatioun élèctriquo. Qu’aourén, d’aquéro manièro participat aou rééquilibré dé nosto planèto. La souciétat déourà hai lou rèsto.