N° 142 Retour en arrière.

 

C’était dans les années 50, arrivé à Clermont en 1948, tout en faisant mes cours par correspondance, je faisais l’inventaire des maisons de la commune, j’avais 17 ans. Jeune garçon je rêvais un peu, et m’amusais a compter les maisons de Clermont.Il y en avait 33 : (33 feux comme on disait à l’époque).

Que les gens du hameau de Noilhan veuillent bien m’excuser ; la commune étant bicéphale, ils avaient un adjoint plus deux conseillers Municipaux, avec bureau de vote sous le porche de l’église. (Nos voisins de St Médard étaient dans le même cas avec Mongardin). Voilà pourquoi, à l’époque je ne les avais pas mis dans mon inventaire. J’us l’occasion pendant ma mandature de Maire en 1971, de faire, avec le conseil Municipal, le regroupement, évident à notre époque.

Revenons donc à la réflexion d’un jeune homme, plein de vie, qui cherche un lien pour regrouper son village de Clermont  en 1951. Il s’invente dans sa caboche un achat qui permette de regrouper toutes les maisons, et le plus burlesque c’est l’achat d’un avion. Quand on est jeune on ne doute de rien, car même pour monter un scénario, j’aurais pu choisir un autre sujet, mais au diable l’avarice !

Me  voila embarqué seul dans mes réflexions à faire participer tous les acteurs du village,  par une « tirade » émise par chaque participant. A croire qu’il y avait de la prémonition dans mes propos, puisque j’avais décidé de l’écrire en patois Gascon, il y a tout simplement 63 ans. Bien sûr quand on est jeune, on a du mal à tenir sa langue, on parle, on raconte, on note sur des papiers, chacun donne son idée, et personne ne conclut. Par contre les Clermontois en parlent beaucoup, et chacun souhaite connaître l’aboutissement final.

J’ai retrouvé quelques brins de feuilles écrites et réécrites. par des jeunes de l’époque, mais de  fait rien n’a été terminé et publié. Ah nostalgie quand tu nous tiens ! Et bien aujourd’hui, à mon grand âge, c’est avec un grand plaisir que je vais essayer de regrouper tout ces petits bouts de mémoire afin de rendre cohérent cette belle histoire communale, aussi vrai que possible, elle sera pour nous un lien, et pour vous mes chers locuteurs la preuve que votre serviteur n’a jamais cessé de servir sa « lénguo Mayrano » : Le Patois Gascon.

Votre prochain chapitre sera donc :

L’Avioun dé Claramount

 

 Rétour éntà darrè.

 

Qu’èro diguén las annados cinquanto, arribat à Claramount én quaranto ouèyt, én tout hai mous déoués pèr courrèspoundénço, qué hazéoui l’énbéntari dé las mayzous dé la coumuno, qu’aouèy dèzo sèt’ans. Jouén homé qué saounéjaoui un paou, é m’amuzaoui à countà las mayzous dé Claramount. N’y aouè trénto trés : (33 houécs, coumo dizéouon à l’époquo)

Qué las géns de Noilhan én bouillon bièn éxcuza ; la Coumuno èro bicéphalo, y aouè un adjouènt plus dus conseillès, dabé voto débat l’émban dé la glèyzo. (Nostés bézis dé St Médard èron diguén lou mêmo cas dabé Moungardin). Ou’èy pèrqué à l’époquo, nou lous aouèy pas boutats diguén l’émbéntari Qu’aouy l’aoucazioun péndén ma mandaturo dé Mairo én soixanto ounzé, dé hai, dabé lou counséil municipal, lou ,régroupomén, à nosto époquo.

Tournén dounc à la réflèxioun dou jouén homé, plén dé bito, qué sèrco un lièn éntà régroupà soun billatgé dé Claramount én cinquanto un. Qué s’émbénto diguén sa cabocho, un achat qué pèrméto  dé régroupà toutos las mayzous, é lou més éstounan, croumpà un avioun. Quant’on y jouén nou douton d’arrén, éntà mountà un scénari, aouri poudut caouzi yaouté sujèt, més aou diablé l’avariço !

Aquiou soy émbarquat diguén mas réflèxious à hai participà toutés lous actous dou bilatgé, pèr uo « tirado »dito pèr cado partiçipant. A crézé qué y aouè prémouniçioun diguén mous prépaous, pusqué aouèy déçidat  dé l’éscrioué én Patouès Gascoun, Y a tout simplomén soixanto très ans. E sigu quand on y jouén aouén maou à téngué nosto lénguo, on parlo, on racounto, on éscriou sur papès, cadun baillo soun èydéo, é digun nou tèrmino. Pèr countro, lous Aynats én discuton rédé, é cadun én souhaitéré l’aboutissomén final.

Qu’èy tournat trouba quaouqué tros dé houéllos écrioutos é rééscrioutos pèr jouéns dé l’époquo, més arrén n’y éstat tèrminat n’y publiat. Ah nostalgio, quan mous téngués ! Et bé aouéy, à moun gran atgé, qui dabé plazé qué baou énsaja dé régroupà touts aquéts pétits tros dé mémouèro, énfin dé réndé couhérénto aquéro histouèro coumunalo, qué sérà éntà nouzaous un lièn, é éntà bouzaous brabés locuturs la probo qué vosté sèrbitou n’a jamés cèssat dé sèrbi sa « lénguo Mayrano » : Lou Patouès Gascoun.

 Bosté prochain chapitré sérà dounc :

L’Avioun dé Claramount