140 Le Collège à Mirande en 1944

 

Tout d’abord celui-ci à l’époque se dénommait Ecole supérieure de Garçons  Je me souviens encore, au mois de juin partant avec mon père, par le train depuis Mirande passer mon examen d’entrée en VI ième au Lycée Salinis à Auch (j’avais 11 ans). Au 1er Octobre me voilà donc  faisant mon entrée d’interne à Mirande. C’était également la venue  dans cet établissement du nouveau Proviseur et de son épouse, Intendante. Ils venaient des Ardennes.

J’étais le plus jeune, le plus malingre de l’école, et dans ces périodes assez troubles, compte tenu de l’exode vers le Sud, nous avions des élèves de Vingt ans qui préparaient leur Bac. Un internat aussi disparate n’était donc pas à mon avantage, et vous en verrez par la suite les inconvénients. L’entrée dans ma classe se passa sans problèmes, c’était le seul endroit ou je pouvais combler un peu ma différence. Je reconnais que j’avais un comportement assez sérieux, et que10 jours après mon entrée, le professeur principal me nomma chef de classe. Titre très honorifique, qui consistait à faire l’appel des élèves le matin. A ce propos, et malgré mes 81 ans, je garde en mémoire, par ordre alphabétique les noms de : Audirac, Baquias, Barbé, Bordas, Capdecomme, Capdevielle, Danos, Denouailles, Déjean (ou son-ils passés ? )Je voudrais savoir ! Nous étions Vingt.

Au mois de février 45, je fus accidenté dans un « Empilage » au milieu de la cour pendant le goûter, qui me provoqua un étirement des vertèbres lombaires ; et pour n’avoir rien dit (craignant les remontrances annoncées) se transforma plus tard en Rhumatisme articulaire aigu avec atteinte du Cœur. Je dus donc quitter le collège et terminer ma VI ième auprès de mon Institutrice. (Merci Madame). Ma santé en fut ébranlée pendant deux ans, et ma Vième et  ma IV ième  en pâtirent ; ce qui ne m’empêcha pas de faire quelques tableaux d’honneurs trimestriels. Quand à ma III ième, elle se termina en fin de 1erTrimestre, ou je dus renoncer pour continuer ma formation par correspondance.

La vie au Collège pour les Internes état assez monastique,  et la nourriture pour nous, était complétée pas la caisse à provisions, nous faisions des gouters (venant de la maison) assez pantagruéliques. Notre Intendante au marché, achetait en fin de journée, et je puis vous assurer que les broutes « repousses de choux d’hiver » excellentes en salade, son répugnantes quand elles fleurissent, et quand vous avez dans un réfectoire des convives de 20 ans, ceux-ci se font entendre. Je me souviens d’une discussion de ceux-ci avec l’Intendante, qui outrée, leur fit savoir « que ce n’était pas à un vieux singe que l’on apprenait à faire des grimaces », le réfectoire pouffa d’un rire non retenu, et celle-ci passa la porte pour revenir dans ses appartements. Il faut reconnaître qu’à l’époque, il n’y avait pas beaucoup d’esthéticiennes !

Les sorties du Samedi midi pour les internes avaient lieu toutes les quinzaines ; et pour les mieux notés toutes les semaines. On remarquait que pour les sorties de semaines les notes étaient un peu plus élevées. Quand à moi j’avais un vélo, et je rentrais à 12 ans,  avec une voisine de l’école ménagère, et nous avions 20 Kms à parcourir. Voilà succinctement relatés, quelques points de vie scolaire à Mirande, dans une période assez trouble, dont on ne doit garder que les bons souvenirs.

 

 

 

Lou coulètgé dé Mirando èn 1944.

 

Tout d’abord, aquésté, à l’époquo s’appéraouo Ecole supérieure de Garçons. Qu’ém brémbi éncouèro, aou més dé Juin parti dabé moun pay, pou train démpuch Mirando, passa moun éxamèn d’éntrado én chézièmo aou Lycée Salinis à Aouch (qu’aouéoui ounz’ans). Aou Prumè Octobré haiou moun éntrado b’éntèrno à Mirando. Quèro égalomén la béngudo diguén aquét éstablisomén dou naouèt Prouvizur, é dé la suo éspouzo, Inténdénto. Qué bénguéouon dé las Ardènnos.

Quèri lou més jouén, é lou més magrot dé l’éscolo, é diguén aquéros périodos prou troublos, counté téngut dé l’èxodo décap aou Sud, qu’aouéouon élèvos dé bint’ans qué préparaouon lou Bac. Un éntèrnat rédé diffiçilé, qué nou biraouo pas à moun aouéntatgé, qu’én bèyrat pèr la suito lous éncounvéniéns. L’éntrado diguén ma classo  sé passéc sénsé problèmos, qu’èro lou soul éndrét oum poudéwi coumblà un paou ma différénço. Qué récounégui qu’aouèy un coumpourtomén prou sérious, é dèt jours après l’entrado, lou proufèssou prénçipal en noumèc chèf dé classo. Titré honorifiqué qué counsistaouo à hai l’appèl dous élèvos cado maytin. A prépaou, é malgré mous 81 ans, que guardi én mémouèro pèr ordé alphabétiquo lous noms dé : Audirac, Baquias, Barbé, Bordas, Capdecomme, Capdevielle, Danos, Denouailles Déjean, ( oun soun passats) ? En hairé plazé d’at sabé ! Qu’èron bint.

Aou més dé héouérè 45 quéstèy accidéntat diguén un « émpilatgé » aou mèy dé la cour péndén lou bréspayl, Qu’ém prouvouquè un éstiromén dé las vèrtèbros lombairos ; é pèr n’aoué dit arrén (qué cragnéoui las rémountrénços anounçados) sé transfourmèc mès tard én un rhumatismé articulari puissén qué m’attaquaic lou co. Qué dégouy quittà lou  coulètgé, é tèrminèy ma chézièmo dabé ma régénto (Mèrçio Madamo). Ma santat n’éstèc éjbranlado péndén dus ans, é ma cinqu’émo é ma quatrièmo én patiscoun ;so qué nou m’émpèchèc pas dé hai quaouqué tablèous d’haounou trimèstrièls.Quand à ma troizèmo, qu’és tèrminèc a la fin dou prumé trimèstré, oun dégouy rénounça éntà countinuà ma fourmatioun pèr courrèspoundénço.

La bito aou Coullètgé éntaous  éntèrnos éro prou mounastiquo, é la néourituro énta nouzaous, èro coumplétado pèr la caisso à prouvizioun, qué hazéouon bréspails (qué bénguéouon dé la maysoun), pantagruéliquos. Nosto énténdénto aou marcat, croumpawo én fin dé journado, é qué bous podi asségurà qué las brotos « répoussos dos caouléts d’hiouèr » goustouzos én salado, y un pouzoun qu’an flourichén, é quan aouét diguén un réfèctouèro inbitats dé vint’ans, aquéstés qués s’èn énténé. Qu’ém brémbi d’uo discoussioun dabé l’inténdénto,  éro qué lous réspounouc qué n’èro pas aous biéillés singés qué caléouo appréngué à hai grimaços. Tout lou réfèctouèro ésclatèc d’arrizé nou dissimulat, é aquésto, passèc la porto éntà tournà én sous appartoméns.Qué caou recounégué qu’a l’époquo y aouè pas trop d’èsthétiçiènos !

Las sourtidos dou dissatté mèyjour éntaous éntèrnos aouè loc cado quinzéo ; é éntaous méillos noutats cado sémano. Qué rémarquaouon qué éntà las sourtidos dé sémano las notos èron un paou més éjléouados. Quand à jou qu’aouèy un vélo, é qué réntraoui dabé uo bézio dé l’éscolo ménatgèro, é qu’aouéouon vint Kms à parcouré. Voilà succéntomén rélatats, quaouqués punts dé la bito scolairo à Mirando diguén uo périodo prou troublo, doun nou déouén guardà qué lous bounés soubénirs.