138 Lou Bastard. Chapitre VI

 

Bastard tu vas monter à cheval. Tu as là une lettre pour le Roi de France, que tu lui remettras en main propre. Si tu l’ouvre pour la lire, il t’arrivera de grands malheurs.- Général vous serez obéi. – Bon voyage Bastard. Bastard prit la lettre et sauta sur son cheval. Sept jours après il était devant le Roi de France. – Bonjour Roi de France. Voila une lettre du général qui commande votre armée en pays  étranger. Le Roi de France prit la lettre, et l’a lut d’un bout à l’autre.

Alors il devint pâle comme la mort. – Bastard, ton général me dit que tu as tranché en deux un homme qui avait le pouvoir de se changer en toute sorte de choses sept fois par nuit,  et il s’était changé en vent. – Roi de France, mon général vous as dit la vérité. – Vite Bastard tire ta langue. Bastard tira  la langue et montra sa fleur de Lys d’or. – Tu es mon fils ! Tu es mon fils. Il y a bien longtemps que je t’attendais, et je suis content d’être le père d’un homme fort et hardi comme toi. Vite dis-moi ce que tu veux en paiement du service que tu m’as fait.

– Roi de France, j’ai promis mariage à une demoiselle belle comme le jour, et honnête comme l’or. C’est la fille d’un noble du château de Sérillac. Si vous ne me la donné pas pour femme, vous serez la cause d’un grand malheur. Je m’en irais loin, très loin, en pays étranger, et je me ferais moine dans un couvent, et je ne reviendrais jamais, jamais. – Bastard, je ne veux pas que tu te fasses moine. Ici tout le monde à besoin de toi. Je suis trop vieux pour rester  Roi plus longtemps ; et c’est toi, à partir de maintenant, qui commanderas à ma place. Je te donne un mois pour aller épouser ta maitresse et la mener ici. Pars et ne manque pas de revenir en temps voulu

– Merci Roi de France. Bastard partit de suite pour aller épouser la Demoiselle, et revins avec elle en temps prévu  Le Roi de France fut bien à l’aise de les voir  tous les deux. Il commanda de grandes fêtes, et fit distribuer beaucoup d’aumônes. Bastard devint Roi à la place de son père, et vécut longtemps auprès de sa femme, craint et aimé de tout le monde. Et tric tric, mon conte est fini. Et tric trac, mon conte est achevé.

Jean François Bladé (1827-1900).

 

Comme promis, j’ai voulu transcrire un conte publié dans l’Armanac dé Gascougno de  1908, en Gascon. J’ai voulu être fidèle à son écriture, et la traduction en Français d’abord, et en Patois Gascon phrasé afin de l’adapter à la lecture pour nos lecteurs.

Le texte très long, assez répétitif, un peu surprenant, m’a pris beaucoup de temps, et de patience. Mais comment ne pas remettre à notre mémoire c’est  écrivain qui a été un grand Ambassadeur de notre Gascogne !

                                                                      

 

Lou Bastard chapitre VI

 

Bastard, qué bas mountà à chibaou. Qu’as aquiou uo léttro éntaou Réy dé Franço, qué lou balléras én man propo. Sé l’aoubrèchés éntà la légi qué t’arribérà dé grands malhurs. – Général qué sérat aoubéit. – Boun bouyatgé Bastard. Bastard prén la léttro é saouto sur soun chibaou. Sèt jours après èro daouan lou Réy dé Franço. – Bonjour Réy dé Franço. Aquiou uo léttro dou général qué coumando bosto armado én pays éstrangè. Lou Réy prén la léttro,é la légich d’un cap à l‘aouté.

Qué béngout panlé coumo un mort. – Bastard toun général  èm dit qu’as tranchat én dus un homé qu’ouè lou poudé d’és cambia én touto sorto dé caouzos sèt cop diguén la néyt, é s’èro cambiat én bént. – Réy dé Franço moun général bous a dit la bèrtat. – Bisté Bastard tiro la nguo. Bastard tirèc la lénguo é mountrèc sa flou dé Lys d’or. – Qu’ès moun hill, qu’ès moun hill. Y a bièn lountémps qué t’atténdéoui, é qué soy countén d’èsté lou pay d’un homé fort é hardit coumo tu. Bisté dit-mé ço qué bos én pagomén dou sèrvici qué m’as haiyt.

– Réy dé Franço qu’èy proumés maridadgé à uo démayzèlo  béroyo coumo lou jour,  é haounèsto coumo l’or. Qui la hillo d’un noblé dou castèt dé Sérillac. Sé nou l’à mé baillatz par pèr hénno, qué sérat la caouzo d’un grand malhur. Qué partirèy én pays éstrangè, é qu’én hairèy mouaino diguéns un coubén, é nou tournérèy jamés, jamés.- Bastard, nou bouy pas qu’ét hasquos mouaino. Açi tout lou moundé à bézouy dé tu. Qué soy trop biéill éntà démoura Réy més lountémps ; qui tu, a parti d’aro, qué comandéras à ma plaço. Qu’ét bailli un més éntà anà éspousa ta mastrésso, é l’amiai. Saouot, é nou manqués pas dé tournà én témp boulut.

– Merçi Réy dé Franço . Bastard partiscout dé suito éntà anà éspousa la démayzèlo, et tounéc damb-éro én témp prébich. Lou Réy dé Franço éstèc countén dé lous bézé tout dus. Qué coumandéc dé granos hèstos, é hèscout distribuà forços éstréos. Bastard véngout Réy de Franço, à la plaço dé soun pay, é biscout lountémps aou proché dé sa hénno, éscoutat é aymat dé tout lou moundé. Et tric, tric, moun counté y finit. Et tric trac,  moun counté y acabat.

Jean François Bladé (1827-1900).

 

Coumo proumés, qu’èy boulut trancrioué un counté publiat diguén L’Armanac dé Gascougno dé 1908, én Gascoun. Qué soy boulut démourà fidèlo a soun éscriouturo, et la traductioun én Françés d’abord, é én Patouès Gascoun phrazat, énfin dé l’adaptà à la lècturo dé nostés lèctous.

Lou chapitré loung, rédé répétitif, un paou surprénént, m’a prés forço témps. Més coumo nou pas boutà én nosto mémouèro aquét éscriouan qu’èy éstat un gran émbassadur dé nosto Gascougno !

Lou Georges dou cadet