135. Lou Bastard. Chapitre III

Sapristi, il n’y avait personne dans l’église. Enfin une pierre de l’autel se leva, et il sorti de terre un vieux prêtre mort, avec l’aube et la chasuble, et il avança jusqu’au pied de l’hôtel. Y at.-il quelqu’un ici pour me servir la messe ?

– Il y a moi répondit le Bastard – Mon ami, il y a bien longtemps que je t’attends. De mon vivant une veuve m’a donné l’argent de cent messes à l’intention de son pauvre mari. Il m’en restait une à dire quand je suis mort. Voila pourquoi notre Seigneur m’a condamné à ne pas rentrer au paradis avant d’être quitte. Depuis trois cents’ ans je me lève tous les matins, et j’espère un clerc pour me servir la messe ; voila enfin qu’il en est arrivé un, et je serais bientôt sorti du purgatoire. Confesse-toi et sers-moi la messe, comme cela tu gagneras la communion.

Au moment de lui donner la Communion, le vieux prêtre mort regarda la langue de son clerc et se troubla. Sapristi, il continua jusqu’au dernier évangile. Après cela il dit au Bastard : Mon ami, tu as une fleur de lys d’or marquée sur ta langue, ceci est une preuve que tu es du sang du Roi de France. Un jour viendra ou sans moissonner, tu sera Roi toi-même. Mais tu n’es pas au bout de tes peines, tu trouveras cachée derrière l’autel une vieille épée de chevalier, qui n’a pas sa pareille pour tuer les ennemis. Moi je m’en vais au paradis, et je prierais le Bon Dieu de te payer le service que tu m’a rendu.

Le vieux prêtre mort s’en retourna dans son vivier, la pierre retomba, les cierges s’éteignirent, et Bastard resta dans le noir jusqu’à l’aube. Alors il prit derrière l’autel la vieille épée de chevalier maltais, et s’en fut taper à la porte du château de Sérillac. –Bonjour Noble. – Bonjour Bastard- Noble je viens de la guerre, et maintenant je suis capitaine. Je suis un peu plus riche. Bientôt tu auras la preuve que je suis d’un sang plus élevé que le tien, mais maintenant il m’est demandé de me taire. Garde toujours ta fille, et dit aux galants de s’écarter d’elle. Autrement je suis capable de faire de grands malheurs. – Baltard je ferais tout mon possible pour te contenter

. Bastard salua le noble et il sortit. Comme il traversait le bosquet devant le château, il rencontra la demoiselle. –Bonjour mademoiselle –Bonjour Bastard. J’étais derrière la porte de la chambre quand tu es venu parler à mon père, je ne veux pas d’autre homme que toi. Reviens au service du Roi de France. Maintenant tu as assez de biens pour faire vivre nous deux et nos enfants. En attendant que tu prouve que tu es noble, j’espèrerais que le bon Dieu veuille. Si tu reviens compte sur moi comme sur toi. Si tu meurs, je me rendrais moniale dans un couvent, et je prierais pour ton âme, jusqu’à ce que l’on me porte au cimetière.

Le Bastard salua la demoiselle et repartit. Tout en cheminant il pensait : voila une brave demoiselle, si j’en fais ma femme je ne serais pas à plaindre. Apres sept jours de voyage, le Bastard arriva au soleil couchant devant la porte d’un grand château. Monsieur dit ‘il à un passant ; qui est le maitre de ce château, mon cheval est fatigué, et je voudrais demander ici mon logement pour la nuit.

– Gardez vous-en bien Monsieur, ce château est mal habité, et tous qui y sont rentrés jusqu’à l’heure n’en sont jamais ressortis. !

 Lou Bastard. Chapitré III

Saquéla, y aouè digun diguén la glèyzo. Enfiuo pèyro dé l’aouta se lèouè, et sourtiscout dé tèrro un biéil curè, dabé l’aoubo é la chazublo, é aouansèc dinco aou pè dé l’aouta. Ya quaouqu’un açi éntam serbi la mèsso ?– y soy jou réspounouc lou Bastard – Mon amic y a bièn lountémp qué t’atténdi.Dé moun biouéuo béouzo én baillèc l’argént dé cént mèssos à l’énténçioun dé soun praoué homé. Qué m’én démouraouo uo à dizé qu’an mouriscouy. Voila pèrqué nosté Séigné én coundannèc a pas rentrà aou Paradis awan d’èsté quité. Démpuch très cénts’ans q’ém lèoui cado maytin, é qu’éspèri un clérc ént’am sèrbi la mèsso ; enfin qué néy arribat un, é qué sérèy lèou sourtit dou purgatouèro. Counfèssot, é sèrbijmé la mèsso, ataou qué gagnéras la coumunioun.

Aou moumén dou baillà la coumunioun, lou biéil curè mort éspièc la lénguo dé soun clérc é sé troublèc. Saquélà, é continuèc dinco’ou darrè éouangilé. Après aco lou digou aou Bastard : mon amic, qu’as uo flou dé lys d’or sur la lénguo, aco y uo probo qu’ès dou sang dou Réy de Franço. Un jour vénguéra, oun sénsé sègua, qué séras Réy tu mèmo. Més n’ès pas aou cap dé tas pénos, qué trobéras éscounut darré l’aouta uo biéllo éspaso dé chibaliè, qué n’a pas sa parèillo éntà tua lous ennémics. Jou qué m’én baou aou paradis, é qué préguérèy lou boun Diou d’ét paga lou sèrbiçi qué m’as réndut.

Lou bieil curè mort s’én tournèc diguén soun traou, la pèyro tounèc cayjé, lous cièrgés s’amourtiscoun, et Bastard démourèc diguén lou néré dinc’a l’aoubo. Après préngout darrè l’aouta la viéllo éspasso dé chibaliè, é s’én angout tusta à la porto dou castèt dé Sérillac. – Bonjour noblé – Bonjour Bastard – Noblé qué véngui dé la guèrro, é aro qué soy capitani. Qué soy un paou més riché. Lèou qu’aouras la probo qué soy dé sang més éjlèouat qué lou toun, mès aro qué m’i démandat d’ém cara.  Guardo ta dronlo, é dit aous galants dé s’éscarta d’éro. Aoutamén qué soy capablé dé hai dé grans malhurs. – Bastard qué hérèy tout moun poussiblé éntat counténta.

Bastar saludèc lou noblé é soutiscout. Coumo traouèssaouo lou bousquét daouan lou castèt, réncountrèc la démayzèlo. – Bonjour madémayzèlo – Bonjour Bastard. Qu’èri darrè la porto dé l’éntrado qu’an ès véngut parla à moun pay, nou bouy pas d’aouté homé qué tu. Tourno aou serviçi dou Réy dé Franço. Aro qu’as prou dé dinès éntà hai bioué nouzaous dus, é lous dronlés qu’aouran. En atténdan qué probés qu’ès noblé, qu’éspèrérèy qué lou boun Diou bouillo. Sé tournos counto sur jou, couno sur tu. Sé mourissés, m’én anguérèy monialo diguéns un coubén, é préguérèy pèr tuâmo, dinco qu’ém portén aou céméntèri.

Lou Bastard saludèc la démayzèlo et partiscout. En tout caminà qué pénsaouo : Aquiou uo brabo démayzèlo, sé m’én haiou ma hénno nou sérèy pas à plagné.Après sèt jours de bouyatgé, lou Bastard arribèaou sourèil couchant daouan la porto d’un gran castèt. Moussu digout à un passant : qui éy lou mèstré d’aquét castèt, moun chibaou y fatiguat, é qué bouléri démandà açi lotjomén pèr la néyt.

– Guardats bous én bièn Moussu, aquét castèt y maou habitat , é touts lous qué soun éntrats dinca l’horo, én soun jamés tournats sorté !