Bonne année 2014 !

 Titre classique me direz vous, indispensable pour continuer des traditions ancestrales, mais qui fait du bien au cœur, et rassemble pendant un moment des souvenirs et des souhaits bienveillants.

Quand à moi j’ajouterais les miens, ils feront suite au chapitre précédent, d’abord la santé, primordiale pour toutes vos familles, ensuite beaucoup d’espoir pour l’année difficile qui se prépare. Le malaise est réel, mais comme  dans toute entreprise, nous avons nous aussi un rôle important à jouer, tout d’abord en retrouvant un peu d’enthousiasme, d’encouragements auprès des nôtres, d’aide à nos proches  à chasser la morosité, afin de retrouver une vie plus heureuse.

Nos échéances de citoyens vont commencer dans deux mois, démontrons par notre acte de vote que nous nous intéressons à la vie de notre commune, et au choix des hommes et des femmes qui seront chargés de l’administrer. Et qui plus tard écouterons nos doléances pour le bien être de tous, et le respect de nos impôts pour l’obtenir. Cela s’appelle de la participation ; critiquer est très facile, participer demande un peu plus de réflexion.

Dans le courant de l’année la région va nous demander notre avis ; la aussi soyons présent pour donner un mandat aux responsables régionaux, en participant par le plus grand nombre, a cette très importante élection. C’est devant la réaction des électeurs, et de leur choix, que nous ferons bouger ensemble notre pays. Que cette année soit l’année du Civisme (nous en avons largement parlé au chapitre précédent) et de la Simplification. Dans ce domaine il y a tellement à faire, et là je pense qu’on ne peut pas seulement accuser nos dirigeants actuels, car depuis plus d’un demi siècle chacun des leurs à (pondu) des lois et décrets,  sans en supprimer. Et quand la corbeille est pleine, il faut, au moins, faire un tri, il semble qu’on en ait l’intention, mais derrière le mot intention, il faut compléter par l’action.

On entend de ci, de là, que l’on veut supprimer « des papiers », à condition que ce ne soit pas pour remplir les ordinateurs. J’ai beaucoup de mal à suivre, mais quand je vois les paysans avec leur comptabilité et leur déclaration on perçoit un peu mieux leur crainte. Même problème avec les artisans et les commerçants, qui avant d’aménager l’atelier, ou le magasin, doivent aménager un bureau, au moins à deux places. Facile à expliquer que tout cela à un coût, qui vient affaiblir les marges. Si toutes ces (tracasseries) qu’il faudra diminuer obligatoirement, pouvaient permettre à tous une certaine décontraction, au profit d’une vie un peu mieux équilibrée qui permettrait quelques distractions bien méritées.

Les ouvriers et fonctionnaires avec des salaires un peu plus conséquents au bas de l’échelle permettraient de participer à la relance d’une économie un peu fragilisée.

Car la relance viens des bas salaires, ceux-ci ne peuvent épargner car bloqués dans leur dépenses.

Que de vœux pieux me direz-vous ! Je pense qu’il va quand même falloir y penser sérieusement !

Et bonne année à tous mes locuteurs !

 

Bouno annado 2014.

Titré classiqué ém dirat, éndispénsablé éntà countinuà las traditious ancèstralos, més qué hai bén aou co, é amasso péndén un moumén soubénirs é souhaits bien bous.

Quant à jou y ajoutérèy lous més, qué héran suito aou chapitré précédént, d’abord la santat, primourdialo éntà toutos vostos famillos, après rédé èspouèr éntà la nado diffiçilo qué sé préparo. Lou malayzé y réèl, més coumo diguén touto éntréprézo, aouén nouzaous tabén un rôlé émpoutén à jouga, tout d’abord én cèrca un paou d’énthousiasmé, d’éncouratjomén aouprès dous nostés, aydo à nostés prochés à quittà la mourouzitat, én fin dé rétroubà uo bito més haiyrouzo

Nostos échéénços dé citoyèns van couménça diguén dus més, déjmountrén pèr nosté acté dé voto qué mous éntéréssan à la bito dé nosto coumuno, é aou chouès dous homés é dé las hénnos qué séran cargats dé l’administrà. E qué més tard éscoutérant las rémarquos éntaou bièn èsté dé touts, é lou rèspéct dé nostés émpôts ént’à  l’obténgué. Aco s’appèro la participatioun ; critiquà y façilé, partiçipà démando un paou més dé réflèxioun.

Diguén lou courén de l’annado lé régioun mous ba démandà nosté avis ; aquiou tabén qu’aou èsté prézént éntà bailla un mandat aous rèspounsablés dé la régioun én partiçipà aou més gran noumbré én aquéro émpourténto élèctioun. Qui daouan la réactioun dous élèctous qué hairan boutja énsémblé nosté pays, Qu’aquésto nado sio  l’annado dou Civismé  (n’aouén larjomén parlat aou chapitré d’aouan), é dé la Sémplificaçioun . Diguén aquét domaino, y a tèlomén à hai, é aquiou qué pénsi qué nou podén pas accuza nostés dirigeants actuèls, émprémou démpuch la méytat d’un sièclé, cadun dous sous an prés léys é décrèts, sénsé én supprimà. E quand lou paniè y plén, qué caou aou méns trià, qué sémblo qué s’én ban occupà, més darrè l’énténtioun qué caou coumplétà pèr l’actioun.

Qu’énténén pèr çi, pèrquiou qué ban supprimà « papès », à coundiçioun qué nou sio éntà pléa lous ordinaturs. Qu’èy rédé maou à ségui, més qu’an béy lous paysans dabé sas countabilitats é las déclaratious, qu’imaginon bièn lous souçis. Mèmo problèmo dabé lous artizans é lous coumerçants, qué aouan d’aménatja un atéliè, ou un magazin, déouén aménajja un burèou aou mén à duos plaços. Façilé à èxpliquà qué tout aco à un prêt quén affaiblich las margeos. Si tout’aquéros (tracassérios) qué calérà diminuà aoubligatouèromén, poudéouon pèrmétté à touts uo cèrtaino décountraccioun aou proufit d’uo bito més équilibrado qué pèrmétousso qu’aouquos distraccious bièn méritados.

Lous aoubriès é founctiounaris dabé uo rénumératioun més counséquénto aou bach dé l’éscalo pèrmétéré à la rélanço d’uo économio un paou fragilizado.

Emprémou la rélanço vénguérà dous pétits salaris, érés nou podén pas éspargna soun blouquats pèr las déspénsos.

Qué dé bounés souhaits mé dirat ! Qué pénsi mèmo qui ba calé pénsà sériouzomén !

E bouno annado à toutés mous locuturs !