N° 125. Une pause. Et oui, le mois d’Août aura été pour moi assez difficile ; la chaleur a eu raison du bonhomme, qui a marqué assez sensiblement ses habitudes. Tout d’abord un vilain handicap supplémentaire de mes jambes, à obligé la médecine  de m’imposer deux traitements successifs aux antibiotiques  pour me débarrasser d’un désagréable virus.

Voilà pourquoi je vous ai abandonnés pendant un mois. De plus nous sommes en train de préparer le deuxième tome du « patois gascon » qui paraitra peut être avant la fin de l’année. Il n’amènera rien de nouveau à mes fidèles  ‘blogueurs’ puisqu’il ne comportera que 50 chapitres (de 25 à 75). Mais il m’est demandé par les ’séniors’, mais aussi par des amateurs de livres ; le papier a encore de beaux jours devant lui. J’ai été agréablement surpris de recevoir des coups de fil de personnes ne voyant pas paraitre l’article hebdomadaire,  se sont intéressés de mon état de santé ; très touché, et merci à eux.

Mon mois a été quand même occupé par beaucoup de méditation, et peut-être de réflexion à un peu plus de sagesse, car il faudra que je travaille sans m’imposer de délais, à un rythme plus détendu. Oh ne croyez pas que je vais vous abandonner, mais vous allez rencontrer un autre bonhomme, plus décontracté, c’est ce que je me souhaite. Peut-être parlerons-nous quelquefois de la vie qui passe, avec ce qu’elle a de bon et de mauvais ; mais le fil conducteur sera toujours la vie passée dans le contexte ou nous l’avons vécue.

A ce propos ce mois d’Août place notre pays devant de sérieux problèmes, face aux actions innommables subies dans des pays pas très éloignés. Des réactions rapides, et que j’ai trouvées assez saines, s’estompent doucement les unes après les autres, on se fait des politesses, on se demande pardon dans les couloirs ‘si toi tu ne viens pas, moi j’y vais pas, et ‘l’autre’ qui vous répond ‘si tu viens attention !!’

Sommes-nous prêts à revenir cent ans en arrière, et accepter que des frères humains disparaissent par de tels procédés ? Je pose moi aussi la question, mais la réponse doit venir des élus des nations, ils n’ont pas été élus pour le meilleur, mais aussi pour le pire ! Car ou va le civisme, l’honnêteté intellectuelle, le partage, le bonheur de l’autre, et la paix dans le monde.

Bien triste me direz vous, mais souhaitons que la période de vacances d’été ne réduisent à néant ces graves problèmes, et que la rentrée de nous tous, soit une rentrée réfléchie mais responsable, face aux problèmes qui nous attendent pour le monde de demain.

Les beaux jours sont encore avec nous, les écoliers et étudiants ont regagnés leurs écoles, souhaitons vivement que leurs professeurs leur donnent un parfait équilibre de connaissances, entre le respect de l’autre, l’équité au travail,  au partage des revenus, pour construire un monde qui sera un peu plus facile à gouverner, mais ou le bonheur sera le même pour tous.

 

 

Uo Paouzo. Et oui, lou més d’aouch én jou y éstat prou difficilé ; la calou a ut razoun  dou typé, qu’a marquat sénsiblomén sas habitudos. Tout d’abord un machant handicap suppléméntari dé mas camos, a aoubligat la médéçino de m’impaouza dus traitoméns én ségui aous antibiotiquos, én t’am déjbararassa d’un désagréablé virus.

Voilà pèrqué bous éyt abandounats péndén un més. Dé més qu’èm én train dé préparà lou ségoun ‘tomé’ dou « patouès gascoun » qué sérà émprimat aouan la fin dé la nado. N’amiérà arén dé naouèt aous fidèlos  ‘locuturs’ qu’èts, pusqué nou coumpourtérà qué cinquanto chapitrés ( dé vinto cinq à soixanto quinzé). Més qué m’y démandat  pous ‘sèniors’, més tabén pous amaturs dé libés ; lou papè a éncouèro dé bèts jours daouan ét. Soy éstat agréablomén surprés dé récébé cops dé téléphono dé pèrsounos , dé nous bézé pas l’articlé sémanè, s’éntéréssa dé mon éstat de santat ; rédé émut, é mèrçio à érés.

Aquéro mézado y éstado quand mèmo occupado pèr forço méditatioun, é bélèou dé réflèxioun  à un paou mès dé calmé, qu’ém ba calé trabaillà sénsé m’émpaouza datos, à un rytmé més désténut. Oh nous crézét pas qué bous baou abandounà, més qu’é bat bélèou réncountrà yaouté typé, més désténut, qui ço qu’ém souhaiti. Bélèou qué parléram mès dé la bito qué passo, dabé ço qu’a dé boun é dé machant ; mès lou hiou conductou sérà toutjours la bito passado diguén lou méyloc dount l’aouén biscudo.

A prépaous, aquésté més d’aouch plaço nosté pays daouan dé sérious problèmos, faço à actious innoumablos subidos diguén un pays pas trop louy dé nosto. Réactious rapidos, é qu’aouèy troubat prou sainos,  s’assoumbrichén douçomén las uos après las aoutos, qué sé hèn poulitéssos, sé pérdounon diguén lous coulouèrs ‘ sé nou béngués pas, jou n’y baou pas ; é ‘l’aouté’ bous réspoun ‘sé béngués atténtioun !’

Es qué ém préstés à récula dé cént ans, é acceptà qué frays humans disparéchén pèr aquérés proucédats ? Qué paouzi jou tabén la questioun, més la réspounso déou véngué dous éluts dé las natious ; nou soun pas éstats éluts éntaou méillou, més tabén entaou piri. Emprémou, oum ba lou civismé,l’aounèstétat éntélèctuèllo, lou partatgé, lou bounur dé l’aouté, é la pat diguén lou moundé.

Bièn tristé ém dirat, més souhaitén qué las bacansos d’éstiou nou  hascon pas désbrémbà aquèts émpourténs problèmos, é qué la réntrado dé nouzaous toutés, sio uo réntrado réfléchido més réspounsablo,  faço aous problèmos qué mous atténdén éntaou moundé dé douman.

Lous bèts jours soun éncouèro dabé nouzaous, lous éscouliès é éstidians an réjouén las éscolos, souhaitén qué lous proufèssous lous baillén un parfait équilibré dé counéchénços, éntré lou respèct dé ‘l’aouté’ l’égalitat aou trabail, aou partatgé dous rébénguts, éntà counstruit un moundé més façilé à goubernà, més oun lou bounur sio lou mèmo éntà touts.

C'est la fête au village en 1980. L'orchestre local à l'apéritif.

C’est la fête au village en 1980.
L’orchestre local à l’apéritif.

On déguste les melons. Vendus au profit de la fête.

On déguste les melons.
Vendus au profit de la fête.