L’indispensable changement.

 Ce titre un peu triste, cache une décision réaliste, et pour mon épouse un déracinement  difficile que je comprenais très bien. Mon état de santé ‘surtout mes jambes’ se dégradait de jour en jour, et la médecine était formelle : une polynévrite ne peut que s’accentuer. J’avais du mal à monter les escaliers, il me fallait donc une maison de plein pied, d’entretien facile compte tenu de nos âges qui avançaient, et aux abords immédiats d’une ville. Je voulais laisser le choix à mon épouse pour essayer de ne pas trop la traumatiser, Seissan 32260, Masseube 32140, et pour terminer sur Mirande qui était notre Canton, ou j’avais fait ma 1ère Communion, et mes études « un peu courtes », mais qui était depuis 50 ans, le centre de mes activités.

Mes connaissances de la région, ma courte carrière dans l’immobilier, nous permirent de rencontrer la maison qui devait nous convenir, elle avait 3 ans d’âge, de belle construction sur 1500m² de terrain qui permettait à mon épouse d’avoir son indispensable jardin. L’achat fut effectué en Septembre 2004, et nous en prîmes possession en Novembre de la même année. Habitué à ces tractations difficiles, un prêt relais fut mis en place en attendant la vente du bien familial à Clermont.

Celui-ci fut vendu en juillet 2005, jusque là l’entretien fut effectué par nous même, ainsi que celui de notre voisin au château, pour la tonte. La cassure permettait une plus grande douceur pour mon épouse, et notre temps se partageait entre l’entretien à Clermont, et quelques aménagements à Mirande notamment la confection d’un abri pour la voiture de Lucienne. Quand à son nouveau jardin, il avait été soulevé à la Mini pelle, lors de la plantation de quelques arbres, et il avait déjà fort belle allure.

La vente du bien familial plus conséquente que l’achat de notre nouvelle maison, nous permis après l’achat de celle-ci, de faire 4 parts égales, une pour notre couple afin de garder quelques économies, et les 3 autres pour chacun de nos trois enfants. Ma dernière profession m’avait permis de voir que les héritiers de 60 ans, auraient apprécié ce geste 20 ans auparavant, il faut aussi rajouter qu’aucun de nos enfants n’avait souhaité reprendre l’héritage, trop lourd pour eux de le partager.

Et voici Georges et Lucienne repartis pour une autre période de vie de septuagénaires avec quelques handicaps pour l’un, beaucoup de regrets pour l’autre, mais malheureusement, il fallait être réaliste, donc il allait falloir s’adapter. Apres 8 ans de vie Mirandaise, nous n’avons jamais passés 15 jours sans aller à Clermont, soit a certains offices, au cimetière ou reposent nos parents, à toutes fêtes, rassemblements de tous ordres ou sépultures des Clermontois, ce sont nos racines.

Car moi aussi j’ai été déraciné, je conçois que j’étais jeune (15 ans) mais cela marque, et même encore, je passe voir notre maison natale à Bastanous. Mais Lucienne m’affirme que ce n’est pas pareil, elle à été déracinée à 70 ans je le conçois très bien ; mais ce n’est pas une volonté délibérée, cela a été une nécessité, elle en est consciente, mais cela a du mal a passé, et malheureusement j’en suis le responsable.

Souhaitons vivement  qu’à l’avenir nous puissions partager les quelques années heureuses qui nous restent à vivre, dans un climat qui ne sera pas terni par ces problèmes, que rencontrent tous les couples en fin de vie.

 L’Endispénsablé changeomén. 

Aquét titré, un paou tristé, escoun uo décizioun réalisto, é éntà Lucièno un déraçinomén difficilé qué coumprénguéoui rédé bièn. Ma santat ‘surtout las camos’ sé désgradaouo dé jours én jours, é la médéçino èro formèlo ; uo Polynévrito nou pot qué s’accéntuà. Qu’aouèy maou à mountà lous éscalès, qu’ém caléouo dounc uo mayzoun dé plén pè, d’éntrétièn façilé, counté téngut dé l’aouançomén dé l’atgé, é aous abords immédiats d’uo bilo.Qué bouléoui déchà lou chouès à Lucièno, éntà asaja dé pas trop là traoumatiza, Chichan, Massèoubo, é éntà terminà Mirando, qu’èro lou nosté Cantoun, iaouèy hèyt la prumèro Coumunioun, é lous éstudis « un paou courts », més qu’èro démpuch cinquant’ans lou céntré dé mas activitats.

Ma counéchénço dé la régioun, ma courto carrièro diguén l’immobiliè, mous pèrmétoun dé réncountrà la maysoun qué mous counbénguèouo, aouè très ans d’atgé,dé bouno countructioun sur Milo cinq cént M² dé tèrrén, qué pèrméttéouo à Lucièno d’aoué soun éndispénsablé cazaou. L’achat éstèc éffèctuat én Sètémé Dus Milo Quouaté, é én préngoun poussèssioun én Nouvémbré dé la mèmo nado. Habituat én aquéros tractatious diffiçilos, un prèch rélais éstèc boutat én plaço én atténdén la vénto dou bièn familial à Claramount.

Aquésté éstèc vénut én Juillét  Dus Milo cinq, dinc’aquiou l’éntrétièn éstèc éffèctuat pès nouzaous, coumo aou castèt éntà la tounto dé l’hèrbo. La coupuro pèrméttouc uo més grano douçou éntà Lucièno, é nosté témps sé partatjaouo éntré l’éntrétièn à Claramount, é quaouqués aménatjoméns à Mirando, én particuliè un abrit éntà sa  voituro. Quant à soun naouèt cazaou, èro héstat laourat dabé la Mini palo, lors dé la plantatioun dous arbrés, caouéouo déjà béroyo alluro.

La vénto dou bièn familial més counséquénto qué l’achat dé nosto mayzoun, nous pèrmétouc  après l’achat d’aquésto, dé hai quouaté parts égalos, uo éntà nosté couplé éntà gouardà quaouquos économios, é las très aoutos éntà cadun dé nostés très dronlés. Ma darrèro proufféssioun m’aouè pèrmés dé bézé qué lous hayrétès dé soixant’ans aourén appréçiat aquét gèsté vint’ans aouan, qué caou ajouta qué nat dé nostés dronlés n’aouè souhaitat répréngué l’héyritatgé, trop lourd  à partatja.

Aquiou Georges é Lucièno tournam  parti décap iaouto périodo dé bito dé sèptuagénaris, dabé quaouqué handicap éntà l’un, forços régrèts éntà l’aouto, més malhérouzomén caléouo èsté réalisté, dounc és caléouo adapta. Après ouéyt’ans dé bito Mirandézo, n’aouén jamés passat quinzé jours sénsé ana à Claramount, éntà cèrtains aouficés, aou céméntèri, oun répaouzon nostés paréns, éntà las hèstos, rassémblomén dé touts ordés ou sépulturos dé Clèrmountouès, qué soun nostos raçinos.

Jou tabén soy éstat déraçinat, récounégui qu’èri jouén (quinz’ans), més aco marquo, é mèmo éncouèro, qué passi bézé la mayzoun natalo à Bastanous. Més Lucièno m’affirmo qué n’y pas parèil, éro y éstado déraçinado à soixanto dèts’ans, qu’at coumpréngui rédé bièn, més n’y pas éstat uo bouléntat lèougèro, qui éstat uo nécéssitat, qu’én éy counciénto, més aco ca maou à passa, é malhérouzomén qu’én soy lou rèsponsablé.

Souhaitén franquomén qu’a l’abéngué pouchquan partatja las quaouquos annados qué mous démoro a bioué, diguén un climat qué nou sio tèrnit pèr aquéts problèmos, qué réncountron touts lous couplés én fin dé bito.

L'Embarrat. Souris, la gardienne de la maison sur la voiture.

L’Embarrat. Souris, la gardienne de la maison sur la voiture.

La maison en novembre 2005.

La maison en novembre 2005.