Le BAC Mirande.Espoirs et déceptions

.Nous sommes en Avril  97, le conseil d’administration prépare une saison, qui compte tenu de l’ambiance s’avère prometteuse. Le recrutement se prépare, car il faut renforcer cette équipe qui peut avoir quelques prétentions pour la saison 97/98.

D’autant qu’un sponsor qui se veut sérieux, viens présenter ses services sur 5 ans, et pour une somme conséquente. Nous sommes tenus au secret  quelques temps, mais les documents fournis pendant deux mois se veulent crédibles (Le sponsor a ouvert un compte à notre banque pour faire le  1er transfert !) Deux mois très difficiles, car nous n’étions que deux à connaître le déroulement des opérations, les premières fuites se propagent autour des administrateurs, le climat de dégrade un peu, ce qui permet de découvrir quelques faiblesses, voir même quelques irrégularités chez quelques uns. Nous avions équilibré un 1er Bilan à 1 900 000 Frs.

Le prévisionnel de la 2ième année fut présenté à 2 500 000 Frs (très prudent par rapport à la somme annoncée par le Sponsor). Deux joueuses supplémentaires de haut niveau furent recrutées, afin d’avoir une équipe devant se qualifier pour la coupe Européenne. Ceci étant la demande du Sponsor, qui désirait au travers de 3 équipes  nationales de sports différents, ayant mérité une importante promotion, dont le Bac Mirande, afin de véhiculer à travers l’Europe une image de marque, à cette Société.

Mais il nous fut demandé du temps, et les jours passant la saison se préparant, les dépenses s’échelonnant, la trésorerie s’affaiblissant, tous les ingrédients qu’il faut pour rendre des dirigeants méfiants, qui au lieu de se resserrer comme un an auparavant, se dispersent, accusent, et médisent.

La saison démarre très fort, nous gagnons de fort belle manière le derby des voisins, et battons Tarbes à Tarbes (Très grosse équipe du moment) On est en Septembre, toujours pas d’argent du Sponsor, le président se fait reprocher de ne pas avoir fait appel aux sponsors locaux habituels, il s’en défend en rappelant que les promesses faites, permettaient de laisser souffler un peu ceux-ci, compte tenu des efforts qui leur avait été demandé l’année d’avant.

Car on sait pertinemment que les racines doivent être locales, si on les veut durables, et indispensables. Que ceux-ci soient encore une fois remerciés, pour la saison qu’ils ont permise au Club. Il y eut des démissions au sein du Bureau et pour finir, une demande très ferme par 3 membres du bureau, de la démission du Président. Motif : Les joueuses n’ont  plus confiance en vous, si vous démissionnez elles acceptent de continuer à jouer, compte tenu des paiements non respectés de leur dernier mois de salaire.

Une gifle ne m’aurait pas plus abattu, mon état de santé assez déficient compte tenu des évènements, m’obligea à m’aliter un peu, et c’est le 3 Octobre que le secrétaire vint chercher ma démission écrite. Cette démission serait caduque, si les fonds prévus étaient versés et le contrat signé par notre partenaire, (car j’avais des engagements auprès de celui-ci)

Depuis cette date je n’ai jamais mis les pieds au siège du Club, mes seules informations m’étant fournies par la presse départementale, et sportive (celles-ci, très avides des informations de tous ordres, et surtout bien pimentées au sujet de l’ex Président. J’appris donc qu’après avoir perçu les ¾ du salaire du mois, l’équipe 1 refuse d’aller jouer à Limoges, et c’est l’équipe Espoirs qui fait les deux Matchs. J’apprends aussi que le club s’inscrit en cessation d’activité, nous sommes le 9 Octobre 1997.

Président, je n’aurais jamais accepté ce cheminement, il y avait mieux à faire, mais arrêtons là cette discussion, j’ai encore trop mal aujourd’hui, et je ne vous ai pas tout raconté.

 

 Lou Bac Mirando. Espouèrs é décèptious.

Qu’én én Abriou Quouaté vint dèzo sèt, lou counséil d’administratioun préparo uo sazoun, qué counté téngut dé l’ambiénço  s’anounço proumétuzo. Lou récrutomén sé préparo, qué qu’aou rénfourça aquéro équipo qué pot aoué quaouquo préténçioun éntà la sazoun quouaté vint dézo sèt/quouaté vint dèzo ouéyt.

D’aoutan qu’un spounsor, qué sé bo sérious, mous bén prézéntà sous sèrviçis sur 5 ans, é pèr uo soumo counséquénto. Qu’én tenguts aou sécrét péndén quaouqué témps, més lous documéns fournits péndén dus més soun crédiblés (lou pounsor a aoubèrt un counté à nosto Banquo éntà hai lou prumè transfèrt). Dus més rédé difficilés, n’èron que dus à counégué lou déroulomén dé las aoupératious, las prumèros ‘fuitos’ sé proupatgeon aoutour dous administraturs, lou climat és désgrado un paou, so qué pèrmét dé déscoubri quaouquo faiblésso, bézé mèmo quaouquo irrégularitat, ché quaouqués’us dé nouzaous.Aouéouon équilibrat lou prumè bilan à Un Milioun Naou Cén Milo Francs.

Lou Prévisounèl dé la ségoundo annado éstèc préséntat à Dus milious Cin Cén Milo Francs (prudént pér rapport à las soumos announçados pou Spounsor). Duos jouguayros suppléméntarios dé haout nibèou éstèn récrutados, éntà prézéntà uo équipo qualifiablo éntà la coupo Européèno. Aco èro la démando dou Spounsor, qué bouléouo aou traouès dé très Equipos nationalos dé sports différéns, aoué méritat uo émpourténto proumoutioun, doun lou Bac Mirando, én fin dé véhiculà un imatgé dé marquo, éntà’quéro souciétat.

Més qué mous démandèc un témp dé réalizatioun, é lous jours passan, la sazoun sé préparan, las déspénsos s’échelounaouon, e la trézorério s’affébliouo ; tous lous éngrédiéns qué caléouo éntà réndé lous dirigeants méfiéns, qué aou loc dé sé ressérà coumo un an aouan, és dispèrson, accuson, é dizén maou.

La sazoun déjmarro rédé fort,qué gagnan dé fort béroyo manièro lou derby dous bézis, é battén Tarbo à Tarbo ( équipo forto dou moumén). Qu’én én sètémé, toujours pas argén dou Spounsor, é lou Présidén sé hai réproucha dé nou pas aoué héy appèl aous spounsors habituèls, qué m’én déféndi én rappélan qué las prouméssos hèytos, pèrméttéouon dé décha répaouza un paou aquéstés, counté téngut dou grand éffort  qué lous aouéouon démandat la nado aouan.

Qué sabén bien qué las racinos déouén èsté localos, sé las boulén durablos, é éndispénsablos. Qu’aquéstés én çion un cop dé més rémèrçiats, pèr la sazoun qué pèrmétoun aou club.Y agout démissious aou sén dou burèou, é éntà fini uo démando rédé fèrmo dé trés mémbrés dou burèou, dé la démissioun dou Présidént. Motif : Las jouguayros n’an pas més counfiénso én bous, sé démissiounat qué countinuon dé jougua, counté téngut dou pagomén noun rèspèctat dou darrè mès dé salari.

Uo téco nou m’aouré pas abatut mès, la santat déficiènto counté tengut dous darrès évènoméns, m’aoubliguèt à préngué lou léyt, é qui lou très Octobré qué lou sécrétari véngout coillé la démissioun éscriouto. Aquéro démissioun séré quaduquo, si las soumos prébistos èron vèrsados é lou countrat sinnat pès nosté parténari ( qu’aouéoui éngadjoméns aouprès d’ét)

Démpuch aquéro dato nou tournèy pas bouta lous pès aou siètgé dou Club, las soulos infourmatious m’èron founidos pèr la prèsso départoméntalo,  et sportivo ( aquéstos éntéréssados pèr énfourmatious divèrsos, é surtout bièn piméntados aou sujèt dé l’ex Présidént. Qu’appréngouy qu’après aoué récébut lous trés quart dou salari dou més, qué l’équipo 1 réfusèc d’ana jouga à Limoges, é qui l’équipo Espouèr qué hèscout lous dus matchs. Qu’appréngui tabén qué lou Club s’inscriou én céssatioun d’activitat, Qu’èm lou Naou Octobré Quouaté vin dèzo sèt.

Présidént, n’aouri jamés accèptat aquét caminomén,y aouéouo méillou à hai, més arrèstén la discussioun, qu’èy éncouèro trop maou aouéy, é nou bous éy pas tout racountat !!.

Equipe de rugby Mirande équipe 2

Equipe de rugby
Mirande équipe 2 – 1983

Tour cycliste de l'Astarac Juin 1983

Tour cycliste de l’Astarac
Juin 1983