106. La Paélla à Clermont.

 Il était   de coutume, dans nos communes rurales, d’inviter pour la fête patronale   parents et amis proches afin de passer une bonne journée ensemble. A partir   des années 90, il devint difficile de réunir parents et adolescents aux mêmes   festivités, le bal disco n’enthousiasmant pas les parents.

Le 15 Août étant   la fête de Clermont, des initiatives de repas en commun furent tentées, et   ils obtinrent un grand succès. Succès d’autant plus attirant que les français   d’Afrique du Nord nous avaient ramenés dans leur valise un plat convivial, la   Paëlla. Ce plat Espagnol typique de la région de Valence était réalisé et   consommé par les Paysans des Huertas (jardins) Valenciennes, riches en riz,   Légumes et Volailles, c’est la Paella ‘Valénçiana’. Plus tard quand elle   s’est répandue dans les villes et les ports, les citadins ont ajouté du   poisson, c’est la paella ‘marinéra’. Elle est restée longtemps, et est   toujours un plat de  famille cuisiné le vendredi. L’Afrique du Nord et   surtout les français d’Afrique, l’ont transformée en plat festif qui se mange   en assemblée.

Il faut avouer qu’ils en sont de très bons cuisiniers, et   l’ambiance qu’ils savent mettre autour de ce plat festif, les font rechercher   pour les grandes réunions. Ceci aidant, les animateurs, et élus de nos   villages participèrent à l’organisation de ce grand repas, ou plus de 200   personnes se trouvaient réunies, des familles ayant des invités apportant   leurs couverts pour ceux-ci, et la fête s’organisait autour d’une paëlla   géante bien arrosée, et nos jeunes pouvaient aller à leur bal Disco, et les   ‘séniors’ continuant leurs discussions accompagnées de rafraichissements.  

C’est ainsi que s’est déroulé au fil des décennies une tradition, elle a   permis de réunir le jour de la fête jeunes et moins jeunes, car en Gascogne,   si vous recherchez une réunion réussie, terminez là par un bon repas, et le   succès vous en est assuré.  Et le jour   du 15 Aout, voir arrivé vers les 13 h    cette foule, avec le panier à la main contenant les couverts de leurs   invités, se diriger vers les longues tables recouvertes de papier blanc, et   avec un gros feutre, aller marquer les places réservées, prendre un verre   d’apéritif, et surveiller les derniers bouillonnements de la Paëlla géante   faisait plaisir à voir.

Apres les congratulations, retour à la table, ou sont   servis quelques entrées de salade Gasconne, et c’est le ballet des convives   assiette à la main, a la queue leu leu, passer devant les cuisiniers,   effectuant eux mêmes le service. La crème anglaise et le tourteau du   Boulanger, terminaient ses agapes. Les vins rouges et blanc des ‘coteaux de   Gascogne’ et le café Armagnac permettaient d’activer les conversations et les   retrouvailles  pour les uns, et le bal   endiablé pour les autres.

Quelques modifications furent apportées au fil des   années, le mois d’Aout assez sensible aux orages  demanda compte tenu du nombre de   participants, l’achat d’abris démontables (tunnels) pour améliorer le confort   des participants. Cela a permis de déplacer un peu plus tard le repas du Midi,   en repas du soir, l’éclairage sous tunnel et l’abri fixe pour les grillades,   permettant de s’installer ‘à la fraiche’.

Ce que certains appelleront   ‘révolution’ de la fête locale, a tout simplement été une ‘évolution’ qui   s’est faite progressivement durant 20 ans, et aujourd’hui quand au marché on   vous questionne, et on vous demande : c’est quand la Paëlla a Clermont,   on répond : c’est pour le 15 Aout.

La Paëlla à Claramount.

Qu’èron habituats, diguén nostos coumunos ruralos, d’émbità éntà la hèsto Patrounalo paréns é amics prochés, éntà passa uo bouno journado énsémblé. A parti dé las annados quouaté vin dèt, qué bénguéouo difficilé dé réuni paréns et  jouénés éntà las mèmos fèstivitats, lou bal disco n’énthousiasmaouo pas lous paréns.

Lou quinzé d’Aouch, èro la hèsto dé Claramount, é initiativos dé répas énsémblé éstèn rentréprézos, é qu’obténgoun un grand succès. Succès d’aoutan més attirant qué lous Françés d’Afriquo dou Nord, mous aouèn amiat diguén las valizos, un plat counviviaou, la Paêlla. Qu’èro un plat espagnol typiquo ,dé la régioun dé Valénçia, qu’èro réalizat é counsoumat pous payzans dé las Huértas, ‘cazaous’ Valénçians, richés én riz, légumés, é pouraillo, qu’èro la ‘paëlla Valénçiana’. Més tard, qu’an sé rapprouchaic dé la vilo é dous ports, lou citadèns y ajoutèn lou péch, qu’èro la ‘paëlla marinéra. Qui démourado, é qu’éy toutjours un plat dé famillo couzinat lou dibés. L’Afriquo dou Nord, é surtout lous Françés d’Afriquo, l’an tranfourmado én plat dé hèstos é dé rassémbloméns.

Qué caou avoua quén soun dé bounés couzinès, é l’ambiénço qué sabén bouta aoutour d’aquét plat, lous s’è réssèrca éntà animà aquéros granos réunious.Aco éstan, lous counseillès é organisaturs d’aquérés gran répas, oun més dé dus cénts pèrsounos sé troubaouon réunidos, las famillos pourtaouon lous coubèrts éntaous énbitats, é la hèsto s’organizaouo aoutour d’uo paëlla énormo bièn arrouzado, é lous jouénés après poudéouon ana aou bal disco, é lous ‘sèniors countinuaouon las discussious accoumpagnados dé raffrésquissoméns.

Qui ataou qué si implantado aou courént dé las annados uo tradiçioun, qu’a pèrmés dé réuni lou jour dé la hèsto, jouéns é ancièns, émprémou qu’én Gascougno sé  réssèrcat uo rénioun réussido, tèrminat’lo pèr un boun répas, é lou succès sérà asségurat. E lou jour dou quinz’ouch , bézé arriba décap à u’ouro aquéro foulo, dabé lou payrét aou bras pourta lous coubèrts dous émbitats, és dirigea décap las filos dé taoublos récoubèrtos dé papè blanc, é dabé un gros futré, ana marqua las plaços réservados, préngué un béyré d’apéritif, é ana surbeilla lou darrè bourit dé la paëlla  géanto, hazéouo plazé à bézé.

Après las coungratulaçious, rétour à la taoublo, oun èro sèrbit quaouquos éntrados dé salado Gascouno, é qu’èro la proucessioun dous émbitats, assiètto én man, én filo éndièno passa daouan lous couzinès qu’éffèctuaouon érés mèmo lou sèrviçi. La crèmo Anglézo, é lou Tourtèt dou Boulangè tèrminaouon aquét répas. Lous bis rougés é blancs dé  ‘las côstos dé Gascougno’, é lou cafè Armagnac pèrméttéouon d’activa las counvertatious éntaous us, é lou bal éndiablat éntaous aoutés.

Quaouquos moudificatious éstèn appourtados aou courént de las annados,lou més d’Aouch prou sénsiblé aous aouratgés démandaic, counté téngut dou noumbré dé participants, l’achat d’abrits déjmountablés, (tunnèls) éntà améliourà lou counfort dous participants. Aco pèrméttouc més tard dé désplaça lous répas dé méyjour, én répas dou sé, l’ésclayratgé  débat lou tunnèl, l’abrit fixé éntà las grillados, pèrméttéouo dé s’installà ‘à la frésco’.

So qué cèrtains appèréran ‘révoulutioun’ èro tout simplomén uo ‘évouluçioun’ qu’és’haiscout progrèssivomén én uo vintéo d’annados, é aouéy, quant on bous démando : quand éy la paëlla à Claramount qué réspounét : qui én t’aou quinz’out

 

Une Paëlla à Clermont

Une Paëlla à Clermont

 

C'était au Parc de l'Eglise

C’était au Parc de l’Eglise